mardi 28 juin 2005

26 juin 2005, l’anniversaire oublié… Joyeux anniversaire l’ONU !



C’est assez triste à dire (et en même temps révélateur de notre situation actuelle de pays qui se rétracte), mais personne n’a souhaité un joyeux anniversaire à l’ONU, ce 26 juin. Dommage, 60 ans c’est un bel âge. Enfin, pour être plus exact, rien dans la presse française… on trouve des articles en Suisse, au Canada, en Italie.



Je me rappelle avoir fait il y a quelques années une note sur l’ONU (ce devait être en 1995, à l’occasion des 50 ans) lors de mes cours du soir pour préparer le concours du préparatoire ENA (Finalement, j’ai quitté l’administration). Comme il n’y avait pas de blog à l’époque (j’installais alors mon premier Intranet…), et que j’ai déménagé 2 ou 3 fois depuis, je pense que j’ai dû jeter cette note. Le sujet était de savoir si l’ONU avait rempli sa mission de paix. Difficile à dire. Je pense que le plan devait s’articuler traditionnellement d’un côté « oui », d’un côté « non », pour conclure que globalement « oui » en esquissant des projets de réforme qui si ils étaient mis en œuvre permettraient de renforcer le rôle de cette vénérable institution.
Alors, où en est-on ? Une lecture du communiqué de l’ONU permet de faire un point. Selon le Secrétaire Général : « Nous avons connu de nombreux succès. Nous avons préservé la paix en de nombreux endroits. Nous avons aidé à banir la rougeole et la polio de la plupart des pays. Nous avons donné à des millions d'enfants une éducation dont leur parents n'auraient pas même pu rêver. Nous avons aidé à organiser des élections, de l'Afghanistan au Burundi. Et nous avons apporté une assistance aux victimes de catastrophes telles que le tsunami dans l'océan Indien ».
« Nous avons connu des échecs. Le pire, peut-être, a été notre échec collectif à empêcher le génocide au Rwanda ».
« Aujourd'hui, entrés dans un siècle nouveau, nous affrontons de nouvelles menaces et de nouveaux défis, en même temps que s'ouvrent de nouvelles opportunités ».
Je crois toutefois que le comportement américain de ces dernières années a fait énormément de mal aux ambitions des signataires de San Francisco en 1946…



Ainsi, en Septembre prochain, les 191 membres de l’ONU se réuniront à New-York pour essayer de relancer la machine, à partir du rapport préparé par l’actuel Secrétaire Général, Kofi Annan : « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous » qui permettra aux membres de débattre sur différents objectifs, avec en toile de fond la volonté de donner à l’ONU les moyens de jouer son rôle.



1 – Vivre à l’abri du besoin : « La profusion sans précédent de ressources et de technologies actuellement disponibles fait de nous la première génération qui peut réellement faire du droit au développement une réalité pour tous et mettre l’humanité entière à l’abri du besoin. » Mais les débats vont faire rage sur les notions de développement durable, de financement, de droit du commerce international.
2 – Vivre à l’abri de la peur : « Il faut transformer l’Organisation des Nations Unies en cet instrument de prévention des conflits, ce qui a toujours été sa vocation, en suivant certaines grandes orientations et en concrétisant les actions institutionnelles nécessaires » Nul doute que les Etats-Unis torpilleront ce sujet.
3 – Vivre dans la dignité : « Aussi, faut-il renforcer le cadre normatif développé de manière spectaculaire au cours des 60 dernières années. Mais, plus important encore, il faut prendre des mesures concrètes pour limiter l’application sélective, la mise en œuvre arbitraire et l’impunité. Le monde qui a légiféré doit maintenant passer de la théorie à la pratique. » ce qui impose des textes plus forts sur la primauté du droit, les droits de l’homme, un fonds pour le développement de la démocratie.
4 – Renforcer l’organisation des Nations Unies : réforme de toutes les structures, notamment le Conseil de Sécurité qui doit être « plus largement représentatif des réalités géopolitiques modernes ». La France va devoir se cramponner à son siège… à moins que l’on propose un poste commun pour l’Europe, mais là, il faut pas rêver.



Ce sera effectivement l’occasion de redonner du poids à l’ONU. Dans le cas contraire, la situation qui s’est développée avec l’intervention des Etats-Unis en Irak risque de n’être que le prémisse d’une longue séries de catastrophes.



En attendant, bon anniversaire l’ONU !







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire