mercredi 31 août 2005

Ils sont malins chez Google

En annonçant son intention de numériser toutes les oeuvres (livres, tableaux...etc.) de la planète (rien que ça) disponibles dans le domaine public, Google a piqué au vif l'exception culturelle française qui a réussi à stimuler d'autres pays européens... Inadmissible en effet que le planning du projet prévoit la numérisation des oeuvres en langue anglaise avant de s'occuper du reste (donc forte probabilité de trouver les oeuvres d'Alexandre Dumas, mais en anglais).



Résultat, contre un projet d'entreprise, la France et ses partenaires européens, lancent une contre-offensive gouvernementale avec Agence de l'innovation, groupe de projets... pour lancer un chantier de numérisation des oeuvres publiques dans les langues originales. Et comme on ne peut pas s'empêcher de faire les choses en grand, on en profite pour faire un effet d'annonce : on va créer un concurrent de Google(!). Google annonçant une pause dans son chantier de numérisation, tout le monde crie victoire. Erreur...



L'Europe annonçant qu'elle allait s'occuper de numérises ses oeuvres, Google peut du coup  se contenter de ne numériser que les oeuvres anglaises. Pour ce qui est de l'accès aux oeuvres, si l'Europe se met en tête de créer un format dédié, avec un moteur de recherche spécifique, elle va droit dans le mur.



Internet n'est pas anglais. Il est ce que le volume d'informations des différentes langues proposent aux internautes. Le boom des blogs chez les Français en est la meilleure preuve (sur 16,3 millions de blogs annoncés par Technorati plus de 3 millions doivent être en langue française - rien que Skyblog chez Skyrock, c'est 2.761.482 blogs).



Donc, s'il est judicieux de rapidement numériser et htmliser les oeuvres publiques européennes, je ne suis pas certain qu'il soit nécessaire de faire un effet d'esbrouffe sur un moteur de recherche européen (ou alors, il faut proposer quelque chose de plus efficace que Google, mais je ne suis pas sûr que cela viendra d'un projet gouvernemental).





mardi 30 août 2005

Le laisser-aller français

Je voulais démarrer ma note sur la dernière pub pour une marque de spaghetti vue à la TV récemment, mais je ne me rappelle plus la marque (paradoxal pour une pub...). Si vous voyez de laquelle je parle, ou si je la revois passer, je préciserai en commentaire la marque.



Il s'agit d'une nouvelle recette et l'on voit donc une série de personnages répondre "Oui" à la question "les nouvelles spaghetti sont-elles encore meilleures ?". La conclusion est que "vous êtes 80% à trouver que la nouvelle recette est meilleure". Avec bien entendu la petit précision illisible qui (ne m'a pas échappé et) précise que ce chiffre de 80% provient d'un test réalisé sur 100 personnes.



Et là, je me dis que ce n'est pas très représentatif comme échantillon.



Que fait donc le BVP qui s'autorise de temps en temps des campagnes pour nous rassurer sur le fait qu'il travaille et qu'il nous assure des publicités pleines de vérités ?


Le contre-exemple, c'est le BVP anglais qui n'a pas hésité à renvoyer L'Oréal dans ses buts à propos d'une publicité pour un produit anti-rides avec comme mannequin de démonstration Claudia Schieffer. Le BVP anglais a jugé que les résultats proclamés, qui n'avaient été obtenus que sur un groupe de 10 personnes, n'étaient pas dignes de foi.


On peut faire un rapprochement avec le crash au Venezuela. Le ministre français des Transports nous annonce aussitôt que l'avion avait fait l'objet d'un contrôle en France et que tout allait bien sur le plan du contrôle de la sécurité. Et l'on apprend quasiment dans la foulée (joie d'internet) que la compagnie avait fait l'objet d'une amende de 48.000 dollars de l'aviation civile colombienne pour défauts de respects de règlements.


Qu'à cela ne tienne. Le ministre nous annonce aussitôt la mise en ligne de la liste noire française des compagnies aériennes. L'objectif ? Difficile à comprendre. Cela ne peut sembler concerner que les Français qui achèteraient des billets à l'étranger car on espère que les compagnies vendues en France ne sont que des compagnies autorisées... Même en commercialisation charter, je ne vois pas comment un avion d'une compagnie non autorisée en France pourrait prendre des passagers en France ? Bref, un effet d'esbrouffe pour ne pas répondre à la question.


Et l'on découvre ensuite que chaque pays (Suisse, Italie ... ayant décidé de publier leur liste) dispose de listes différentes. A tel point qu'Air Cameroun est autorisé en France, mais pas en Angleterre... Va comprendre Charles !



vendredi 26 août 2005

Joie et allégresse, Aubade est de retour

Aubade67 Quel plaisir de retrouver cette saga Aubade embellir nos abris-bus... Juste rester concentré en voiture.



C'est sur www.aubade.com



La lutte selon MEL

Si vous ne l'avez pas remarqué, c'est bientôt la rentrée. Donc, tous les annonceurs ont préemptés les panneaux d'affichages et chacun nous promet une rentrée où nous pourrons profiter des meilleurs prix.



MEL nous livre donc le pourquoi de sa nouvelle campagne de communication "Aujourd'hui, la lutte c'est le pouvoir d'achat". Il y a pourtant des choses qui me chiffonnent dans cette campagne.



Img_blog_250805_culotte A première vue, en découvrant les affiches, on se dit effectivement que le ton est décalé, un peu provoc. On sent le volontarisme de l'enseigne qui se bat pour les prix.


La meilleure preuve ? Le déodorant est à partir de 1,36 €, les 8 piles 1,5V à 1,60 €, la culotte en coton à 4,15 €...


En fait, en voyant les prix de ces produits, je me suis vraiment demandé si c'était cher ou pas. Vous connaissez le prix de votre tube de dentifrice ou de votre bouteille de shampoing pour immédiatement percuter et vous dire que ce n'est pas cher ? Moi j'avoue que je n'en sais rien. Pour la culotte en coton, j'ai demandé à me femme qui m'a dit avoir trouvé...bon, je garde ça pour moi. Par rapport à Carrefour ou Auchan par exemple qui bombarde à la radio des promos sur des jeans à 4 € environ, je trouve que le choix des produits n'est pas très judicieux.


Img_blog_250805_deodorant_1


La note de MEL éclaire un peu plus sur le fait que cette campagne vise également un autre objectif qui n'est pas forcément le consommateur, mais le combat législatif et les débats autour de la loi Galland.


Tout ça mis bout à bout, je me demande si finalement cette campagne ne fait pas un peu combat d'arrière garde (le choix des références photos) : pas très actuel comme combat de prendre des représentations qui font référence à Mai 68, période dont on mesure au fil des années les conneries engendrées par cette explosion sociale. Si le but du combat c'est d'annoncer que même pour les produits de base, il faut désormais se serrer la ceinture, ça va pas forcément nous remonter le moral et aider de Villepin à gagner son pari des 100 jours. Si le but, c'est juste de dire on continue à se battre pour ne plus se voir dicter notre politique commerciale par l'Etat, j'adhère, mais je ne suis pas certain que ce soit judicieux de prendre prétexte des consommateurs pour faire passer ce genre de messages.



jeudi 25 août 2005

Déjeuner avec PRland

Après plusieurs échanges de liens, puis de mails, nous avons décidé de déjeuner ensemble avec PRLand.



Intéressant de rencontrer dans la vraie vie des gens que l'on a quand même l'impression de connaître déjà un peu, de par le contenu de leur blog.



Est-ce que de blogger vous a permis de développer de nouveaux contacts de la sorte ?



mardi 23 août 2005

Comment dell réagit à la blogosphère

Vivement attaqué par Jeff Jarvis cet été - sa note a rapidement fait le tour de la planète, Dell prend en compte et réagit. C'est ici.



Les services clients et autres services d'analyses des consommateurs ne peuvent plus faire l'impasse et 1 - mettre en place une veille efficace, 2 - être capable de réagir



Dumping sexuel

Alors que le débat sur l'ISF a refait surface au cours de l'été, Le Figaro nous apprend que les éleveurs français sont inquiets. Le sexe étant moins taxée en Irlande, c'est là-bas que nos pouliches se font saillir, et certaines décident même d'y rester.



"[...]il n'y a plus de grands étalons en France, à l'exception d'Anabaa ou de Linamix, la défiscalisation des saillies en Irlande étant la cause du malaise de l'élevage français. «Ce traitement favorable fait de l'Irlande un vrai paradis fiscal qui attire de plus en plus les éleveurs», explique-t-il : chaque année 600 juments françaises sont saillies en Irlande. Et certaines d'entre elles y restent."



De là à faire un rapprochement avec l'exil de certaines grandes fortunes françaises, ce serait un peu court en somme... Mais que fait notre étalon Galouzeau de Villepin pour que nos pouliches françaises restent se faire saillir en France ?





Blogpulse : pour surveiller ce qui se dit sur vous

Au hasard des lectures nocturnes, ce message sur Pointblog concernant le service Blogpulse qui permet d'avoir un service de recherches sur ce qui se dit sur les différents sites blogs de la planète.



C'est vrai que c'est un peu plus clair que Technorati dont les résultats sont parfois étonnants. Derrière Blogpulse, on trouve Intelliseek. On comprend alors pourquoi les services sont mieux structurés, les résultats plus clairement présentés.



Compar_marques_1  Outre les habituels classement (Top sources, Top Mots clés, Top links...), j'ai noté un service qui va pouvoir aider beaucoup d'entreprises à surveiller ce qui se dit sur elles, et à se comparer par rapport à d'autres marques de leur secteur (3 marques comparables en service gratuit - pour appater le chaland...). Exemple ci-contre entre 3 marques du secteur électronique grand public. 



Je pense que je vais délaisser Technorati pour Blogpulse...







lundi 22 août 2005

Blogs et médias, le Nouvel Obs

Je viens de constater que le Nouvel Obs allait plus loin que Le Monde pour inciter ses lecteurs (on line) à créer leur propre blog.



Au bas de chaque article se trouve en effe un lien "Réagir à cet article en créant votre blog". Imbrication croissante des médias professionnels et médias amateurs. Imbrication croissante des contenus professionnels et des réactions de lecteurs qui ne sont plus canalisés sur le courrier des lecteurs, ou des forums annexes.



L'actualité est présentée, analysée et... commentée. Le tout en un.



vendredi 19 août 2005

Approche des Blogs pour les agences de Com ?



Rencontre avec Pierre qui, comme le prouve la photo de son bureau prise par Loic, est un garçon qui fourmille d'idées ;-)



La discussion m'amène à tenter de pousser un peu plus loin les idées proposées dans une note précédente (Blog : recadrage) et je vous propose à la suite quelques pistes de réflexions sur l'approche des blogs pour les agences de Com.



C'est un peu long, mais je vous remercie d'avance pour les éventuels commentaires que vous pourrez m'apporter.



2 phénomènes sont à prendre en compte :


1 - Le développement de la communication personnelle, avec les blogs : tout le monde en parle, on commence à mesurer l'ampleur du phénomène, puisque tout un chacun peut "prendre la parole" et disposer d'une puissance de feu (en terme de résonance médiatique) aussi forte que les médias traditionnels, et souvent plus que les sites institutionnels des entreprises...  donc accroissement de l'information disponible sur n'importe quel sujet, avec toute la problématique de la valeur de cette information...


2 - Le développement technologique : les blogs reposent sur des logiciels de gestion de contenus dont les coûts de mise en oeuvre et d'exploitations vont forcément impacter les SSII, Web agency... et forcément intéresser les DSI. Certaines entreprises commencent à en comprendre l'intérêt (cf. les références chez Tubbydev), mais le phénomène va exploser car la mise en place de sites pour des équipes projets, des directions fonctionnelles, directions métiers... se fait en 3 clics de souris. Les plates-formes peuvent s'interfacer avec les annuaires d'entreprise (type LDAP) pour gérer les contrôles et droits d'accès. Les flux d'informations produits par ces sites peuvent ensuite être traités comme on le souhaite.


Donc, comment peuvent se positionner les agences de Com par rapport à cela ?


En préambule, je conseillerais toutefois aux Agences qui prennent position sur ce sujet (et aux clients qui les écoutent) de mettre en place au moins 1 blog pour savoir de quoi l'on parle ;-)...   


1 - L'approche Blog
Il s'agit de proposer à son client de mettre en place un blog, notamment pour "surfer" sur la mode actuelle qui attire autour du mot blog journalistes, analystes financiers...donc articles, dynamisme de marque...etc. MAIS, dans ce cas il faut respecter les règles d'amateurisme (de passionnés) qui existent autour de ce mot (y compris jusque dans la forme qui peut se contenter des possibilités de personnalisation proposées basiquement) :


a) Ne pas faire de faux blogs...
Dans un Consumer magazine traditionnel, une fiche produit, un catalogue produit, une information corporate, vous pouvez créer des personnages fictifs censés représenter la cible et qui vont permettre aux lecteurs/prospects de s'identifier.
Donc, ne surtout pas inventer ces personnages virtuels et chercher à les présenter comme les vrais auteurs des articles. Le lièvre sera très vite levé.


b) Il faut trouver Qui rédige ? Quoi ? Comment ?
Plusieurs pistes que j'entrevois :
- L'Agence écrit. Mais il faut clairement annoncer la couleur, et expliquer ce sur quoi les rédacteurs (donc des gens du métier de la Com) vont faire des notes; quelles sont les limites qui sont imposées...etc. Il faut toutefois que les rédacteurs en Agence se posent la question de savoir s'ils sont capables d'écrire naturellement, alors qu'ils ont l'habitude d'écrire ce qui convient à un DirCom, Marketing, Chef de Produit...
- L'Agence accompagne et encadre au besoin. L'Agence se charge de trouver des "blogueurs" qui ont déjà mis en place des sites d'informations et leur proposent de devenir "rédacteurs" sur le blog mis en place par une marque. Mais il ne faut expliquer clairement le lien entre ces auteurs amateurs et l'entreprise : est-ce qu'il y a des contraintes ? est-ce qu'il y a un lien financier ou cadeau... etc. bref, tout ce qui peut entacher la supposé liberté des auteurs vis-à-vis de la marque et des produits.
- L'agence accompagne. L'idéal est sûrement de trouver des ressources internes à l'entreprise, qui puissent disposer de la liberté de ton nécessaire pour écrire eux-mêmes leurs passions. L'agence peut dans ce cas là être en soutien de l'entreprise pour expliquer les règles du jeu.


Pour la question du "Quoi écrire ?" là encore, plusieurs options sont possible... Vous pouvez tourner en rond autour des produits de la marque, mais vous risquez de peu intéresser les lecteurs. Si l'on est dans le concept Blog, il faut intégrer tous les éléments qui vont avec, donc élargir aux sujets connexes de la marque (l'univers de la marque). Lorsque Vichy fait un blog sur un de ces produits pour la peau, c'est dommage de ne pas élargir sur les sujets de beauté, de maquillage, de séduction, de coiffure. Une fois que l'on a raconté les différentes étapes du produit miracle depuis la peau terne jusqu'à la peau éclatante (bien entendu :-), il ne reste plus grand chose à raconter.


Pour la question du "Comment écrire ?" encore une fois, respecter les règles qui font qu'un blog raconte des passionnés, du personnel, du subjectif...


2 - L'approche outil


On peut bien évidemment exploiter simplement la partie "gestion de contenus".


a) Proposer aux clients d'une marque la possibilité de créer eux-mêmes leurs blogs (cf. Le Monde, Skyrock...). Il peut être envisageable de cadrer les thématiques des blogs qui seront créés (imposer des modèles de sites qui cernent les sujets qui seront abordés), mais cela ne me semble pas vraiment nécessaire. Si je crée un blog sur Skyrock, c'est que je suis plutôt dans la cible Skyrock (ce qui n'est plus mon cas). L'Agence peut dans ce cas  travailler sur les chartes qui seront validées par les inscrits, l'organisation pour éviter les débordements (comment on les détecte, comment on les traite), l'exploitation des flux produits (concours de votes sur les blogs les plus lus, les plus intéressants...) qui peuvent être exploités également pour faire le lien avec les fournisseurs (voilà ce pensent les gens de votre produit), et bien évidemment le plan de com pour faire connaître ce service.


b) Exploiter la souplesse technologique pour repenser le concept de Consumer Magazine. On ne va pas dans ce cas communiquer sur le mot blog qui n'apparaîtra nulle part. On va simplement mettre en place un Consumer magazine comme cela peut se faire traditionnemmement, quelques évolutions mises à part :
- on peut profiter des fonctionnalités de "Commentaires", donc on va modifier la manière d'écrire... de sorte d'obtenir des réactions de lecteurs qui seront autant de pistes d'articles à suivre
- on va modifier l'organisation car il ne s'agit plus de travailler sur un process d'éditions périodiques, avec planning à rebours pour définir un chemin de fer, produire du contenu, passer en exécution, imprimer... le cadre va se limiter aux sujets qui doivent être abordés (les catégories), mais il faut ensuite obtenir le droit de mettre en ligne des articles sans forcément qu'il y ait de validation de la part du client.


Bien entendu, in fine, l'agence devra établir des reporting clairs sur la fréquentation, les réactions, travailler sur les études de reconnaissance de la marque (qui doit progresser), l'image qu'en ont les gens...




jeudi 18 août 2005

Comment devenir un personnage de roman

Name_auction_1 Je vous préviens, on frôle le n'importe quoi...



C'est simple avec Ebay et la folle créativité des Américains. Le Monde tente bien de nous expliquer, mais à mon avis, il n'y a que les Américains qui peuvent comprendre ce genre d'opérations.



mercredi 17 août 2005

On n'a pas de pétrole, mais des idées. Mon oeil !

C'était le slogan après le premier krach pétrolier en 1973 alors que le gouvernement lançait une campagne d'économie d'énergie, mais...




Avec les hausses régulières du pétrole depuis quelques mois, ainsi que la prise de conscience que même en tirant sur la corde au maximum, les réserves de pétrole n'iraient pas au-delà de 100 ans grand maximum (et encore dans ce cas, le pétrole aura vraiment mérité son sobriquet d'or noir)... Bref, on peut se demander quand même pourquoi aucune idée n'a été développée pour chercher un autre moyen de propulsion que le moteur à explosion.




Quand j'étais petit, on me promettait qu'en l'an 2000, on se déplacerait en soucoupe volante. Résultat, en 2000, on s'est retrouvé avec des quadras attardés se déplaçant en trotinette.




Que les producteurs, distributeurs de pétrole ne jouent pas le jeu, je peux comprendre à la limite. Encore que ceux qui nous promettent l'énergie d'avancer, ou d'aller plus loin, devraient tout de même se pencher sur la question. Mais que les gouvernements soient incapables d'impulser des recherches en ce sens (comme cela a été fait dans les années 60/70 pour le nucléaire, les télécommunications...). Ce sont des pays comme le brésil qui sont en train de faire des développements de carburant à partir d'éthanol obtenu de la canne à sucre...




Pire encore, je ne comprends absolument pas la position des constructeurs autos. Il semble que ces entreprises aient limité leur métier à la construction (certains osent la création) d'automobiles, ou camions, ou autobus.




Dès lors que ces entreprises reprendront conscience que leur métier c'est de proposer aux gens des moyens de locomotions, peut-être seront-ils capables de consacrer quelques investissements aux moyens de permettre aux gens de se déplacer d'un point A à  un point B, sans forcément dépendre d'une seule technologie ou d'une seule source d'énergie...




Si vous connaissez des exemples de moyens de locomotions qui puissent un jour rivaliser, voire dépasser, la commodité des automobiles actuelles, je suis preneur.






mardi 16 août 2005

Ca se restreint...

Le Monde annonce la suppression des espaces fumeurs dans les trains d'ici la fin de l'année (l'article est ici). Attendons-nous à ce qu'à la rentrée, on nous annonce la suppression dans les espaces publics (j'espère qu'ils penseront à préciser "confinés" pour les espaces publics, sinon j'ai peur que fumer dans la rue ne devienne un crime...).



Ca me fait penser qu'il y avait dimanche soir sur TF1 en deuxième partie de soirée "Un baiser avant de mourrir", film américain de 1991. Et bien, en 1991, les Américains osaient montrer au cinéma : une dame qui fume dans son bureau alors qu'elle est à l'accueil, une scène d'amour où l'on voit, non pas un, mais deux seins messieursdames (sans que ce soit une doublure corps) ... !



Y a pas à dire la liberté évolue dans le bon sens, non ? 





lundi 15 août 2005

La route est longue

Trouvé dans le Monde, cette phrase : "Dominique de Villepin n'a pas le temps de tenir un blog, à la différence de l'un de ses prédécesseurs à Matignon, Alain Juppé. Premier ministre est en effet un travail à temps plein."



Voilà qui confirme encore une fois l'incompétence qui règne. Cette phrase est du même ordre que de dire : "Dominique de Villepin n'a pas le temps d'écrire des emails..." 



En passant, je pense que MEL doit apprécier de savoir que son boulot n'est pas à plein temps puisqu'il trouve le temps de nous livrer très régulièrement ses réflexions.







dimanche 14 août 2005

Les Iraniens savent jouer aux échecs

Les Iraniens ont choisi d'annoncer une reprise de leurs recherches en matière de nucléaire civil. Du coup ça n'a pas loupé, M. Bush nous a refait le couplet de "comme nous, nous savons ce que c'est que la liberté, si vous faites pas comme on vous dit, on vous casse la gueule pour vous montrer ce que c'est que la liberté..."



Il me semble que l'Iran est le pays d'invention des échecs. Contrairement aux Etats-Unis où l'on préfère le poker. D'un côté la stratégie et la tactique où toutes les pièces sont disponibles dans l'aire de jeu, de l'autre un jeu fait de mensonge et de bluff...



Il ne serait donc pas surprenant qu'il y ait autre chose derrière la prise de position iranienne que la recherche d'un rapport de forces avec l'Europe et les Etats-Unis. L'Iran réclamait que l'Europe s'engage sur certaines garanties. Je n'ai pas très bien saisi les garanties souhaitées...



Si ce n'est que je me dis que comme l'Iran est le deuxième producteur de pétrole des membres de l'OPEP; quand on voit le comportement des Etats-Unis en Afhganistan, mais surtout en Irak... je ne serai pas surpris que l'Iran cherche à obtenir des garanties de l'Europe pour que les Etats-Unis ne puissent refaire le coup de l'Irak avec l'Iran. 



vendredi 12 août 2005

Pour contrer les chinois...



Pas eu le temps d'en parler avant, mais lundi soir (08 août), très belle émission sur France 2 retraçant l'histoire de Gengis Khan.



Où l'on découvre comment il a mis au pas la Chine (entre autres) ... bon, je veux pas dire par là qu'il faut mettre à feu et à sang la Chine, mais l'erreur des Chinois fût d'être hautain...



http://perso.wanadoo.fr/steppeasia/biographie_gk.htm
http://www.memo.fr/article.asp?ID=PER_MOY_008





jeudi 11 août 2005

Nouveau jeu de pistes

Focuson Trouvé ici la présentation d'un jeu organisé par Sony pour le lancement de son nouveau téléphone, le K750i : www.focus-on.fr. Dommage c'est terminé, donc trop tard pour participer.



Mais la mécanique mise en place est intéressante :



- présentation sur un site dédié d'un jeu consistant à nommer des lieux présentés à partir de photos, prises bien évidemment avec un K750i. 4 villes, 12 lieux, 3 photos indices par lieu.
- 20 téléphones et un voyage à Tokyo à gagner.
- communication de l'opération en mixant pubs on et off-line (pubs dans 20 minutes et flyers en terrasse de cafés).
- possibilité de jouer via son téléphone portable



Résultat : 35.000 participants. Pas mal non ?







Principe de précaution

Imaginez qu'à la suite d'un accident de voiture, on immobilise toutes les voitures du même modèle. Qu'à la suite d'un crash aérien, on immobilise tous les avions du même modèle.



Vous vous dites "n'importe quoi" !



C'est pourtant ce qu'on vient de nous servir avec les canadairs pendant 10 jours, à l'issue du crash qui s'est produit en Corse, avec toutes les incohérences dans ce genre de situation :



- pour les pilotes : ce ne peut pas être la faute des pilotes
- pour le constructeur : ce ne peut pas être un problème technique
- pour les autorités : tant que nous ne connaîtrons pas les raisons, nous n'autoriserons pas la reprise des vols. Il y va de la sécurité des pilotes.



Finalement, on ne connaît toujours pas l'origine du problème. Il a fallu attendre que tous les avions soient contrôlés pour reprendre les vols (pourquoi ne pas remettre en vol un par un dès lors que l'avion est contrôlé ?). Hier à 11 heures et quelques, 6 avions sur 10 étaient contrôlés (donc 10 jours environ pour aboutir à ce résultat; soit 1,66 jour par avion). Hier à 14 heures et quelques, tout était OK (donc 4 avions contrôlés en 3 heures...).



Pendant ce temps là, ça a bien brûlé au sol...





mercredi 10 août 2005

Histoire d'eau

Alors que Chirac nous garantissait il y a quelques temps qu'il n'y avait aucun problème avec l'eau (mais, fidèle à lui-même, principe de précaution oblige, qu'il fallait rester vigilant quand même :-), finalement les agriculteurs se font taper dessus par UFC Que Choisir, les golfs sont mis à l'index par la ministre de l'écologie (il serait temps que l'on sache qui c'est celle-là).






Un petit truc mis en place chez moi (bon je sais, ce n'est valable que pour les gens qui habitent en maison...). Placez une dérivation sur votre goutière avec un bac ou une cuve de récupération d'eau - exemple chez Casto (moi j'ai mis un bac vertical de 300 litres). Vous trouverez des systèmes dans tous les bons magasins de bricolage, jardinage... qui permettent de flitrer les feuilles, gérer le trop plein. Cela vous permet de faire un peu d'arrosage du jardin avec de l'eau de pluie.




En fait, peut-être que ces systèmes devraient pouvoir être défalqués des impôts ?




Si vous avez d'autres truc écologiques de ce type, n'hésitez pas à les indiquer.


mardi 9 août 2005

Se mettre sur son 36 ???

Rencontre avec la famille vivant au Canada de passage à Paris quelques jours.



Nous avons bien évidemment fait des réclamations sur l'invasion de chanteuses canadiennes. Ce à quoi, on nous a rétorqué qu'on envoyait bien Alain Juppé faire des cours sur la bonne gestion (alors que son aventure judiciaire passe très mal là-bas pour occuper ce genre de poste).



J'ai pu noter encore une différence d'expression. Si nous nous mettons sur notre 31 en France, les Canadiens se mettent sur leur 36. Alors que chez nous quand on vous promet quelque chose pour le 36 du mois...





Blog : recadrage

On lit beaucoup de choses sur les blogs. On en entend aussi beaucoup, notamment dans le cadre de discussions avec des professionnels de la Com ou du Marketing. [Mise à jour du 09 août] :  ... et à 3 heures du matin, Zizou est venu me parler..."



1 - Selon moi, le concept de Blog ne recouvre q'un outil technologique, dont le maître mot est simplicité. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'un outil de gestion de contenus (Content Management System comme je dirais pour faire plus pro), qui propose des fonctionnalités de base, notamment la gestion des flux RSS.



2 - Le fort développement s'est fait jusqu'à présent par les particuliers (vous et moi). En raison de la simplicité de l'outil lui-même et des plate-formes qui proposent ces services. En moins de 5 minutes, votre site est prêt à l'emploi. Il ne vous reste plus qu'à écrire pour mettre du contenu en ligne (sans aucune connaissance, si ce n'est de traitement de textes). On peut comparer la situation à l'explosion des services d'emails pour particuliers.



Cette situation a créé toutefois un glissement de sens. C'est ainsi que certains responsables en entreprises considèrent que les blogs ne sont que réservés aux particuliers. Je vous renvoie au point 1.



Autre point vis à vis des entreprises. Comment expliquer que pour mettre en place de gestion de contenus, vous avez dû dépenser quelques milliers, voire millions d'euros, alors que ce type de services est maintenant disponible pour moins de 100.000 euros si l'on considère une plate-forme privée avec des élements de personnalisation dans le cadre d'un intranet par exemple...



Comme je le disais dans une note précédente, les entreprises vont désormais moins vite que les particuliers pour s'approprier un certain nomb d'outils.



4 - L'impact pour les entreprises
a) en communication interne : mise en place de plate-forme sur les intranets permettant le développement "à la volée" de sites personnels, d'équipes projets, de métiers, de clubs... chacun des flux produits (et autorisés) pouvant alimenter le portail personnalisé du salarié.



b) en communication externe
- principe de Veille / Réaction : l'entreprise suit ce qui se passe sur les sites d'influences de son secteur, et participe éventuellement au débat
- principe d'Action : on assiste là à une évolution de la communication.
Les entreprises peuvent développer leur propre média d'informations sur la base de leurs secteur d'activités (ce qui s'y passe vu à travers leur lunette), des préférences de sa cible clientèle...
Les entreprises vont développer de plus en plus de "Consumer Magazine", mais sou forme interactive.
Les services Com (et agences) vont devoir effectuer un réapprentissage des règles d'écriture (on entre dans l'arène puisque l'on va profiter de l'écriture pour interroger, faire réagir...).



N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ces quelques réflexions.





lundi 8 août 2005

Maîtrise technologique

La maîtrise technologique étant la première couche de maîtrise d'un marché, il est toujours bon de suivre ce qui se passe sur ce sujet. D'autant que depuis quelques mois, les choses bougent à nouveau comme lors des débuts du Web.



Ainsi, Google vient de déposer un brevet concernant la possibilité d'intégrer des publicités dans les flux RSS (pour l'instant système uniquement aux Etats-Unis).



Bon, c'est quoi une flux RSS ? Un flux RSS c'est un flux de données qui peut être intégré dans des logiciels que l'on appelle "intégrateurs" (jusque là c'est simple). Donc, encore des logiciels à installer et à étudier pour en comprendre le bon fonctionnement. Mais je pense que ces logiciels et services (Newsgator, Alert infos, Bloglines...) ne vont pas vivre très vieux étant donnée que  MSN, Yahoo ...etc. ont vite compris l'intérêt et commencent à permettre l'intégration de ces flux dans vos portails personnalisés. Et Microsoft ne devrait pas non plus être absent lors d'une prochaine version de Internet Explorer ou Windows.



Donc, côté lecteurs, on peut rassembler en un seul point des flux d'informations provenant de divers sites qui nous intéressent ; dans la mesure où ces sites proposent ce système. Ce que font de base les blogs. Ce que commencent à faire les sites de médias traditionnels (cf. tf1). Les flux se mettent à jour automatiquement, simplifiant la vie de ne pas avoir à naviguer sur chacun des différents sites qui vous intéressent.



Côté producteurs d'informations, cela vous permet de démultiplier les liens vers votre site et ainsi augmenter votre renommée et réputation ; et accessoirement augmenter vos revenus publicitaires... puisque leq flux RSS sont censés faire du teasing amenant les lecteurs sur votre site.



Google développe ainsi une techno qui va permettre aux producteurs d'informations de pouvoir associer de la publicité à leurs flux RSS. Leurs publicités ne seront plus ainsi uniquement présentées sur leur propre site, mais sur tous les sites où leurs contenus seront repris. Donc, plus forcément besoin que les lecteurs viennent sur votre site. 



Je pense que cela va permettre de faire émerger de nouveaux acteurs qui auront compris ces nouveaux modes de fonctionnement. Déjà, récemment, je lisais un article (désolé j'ai perdu la source) à propos d'un producteur de sites internet qui récoltait 25 dollars par site par jour. Sachant qu'il a mis en place une nébuleuse d'une centaine de sites, faites les comptes... (le million ! le million !).





vendredi 5 août 2005

Une nouvelle pression sur les entreprises

Déjeuner ce midi avec BJ. Nous avons pu parlé du bon (pas trop sur la fin d'ailleurs) temps de BLM et Redcalm où nous nous étions croisés, tous les deux seuls perdus dans le nord de la France... Séance de dédicace de son livre :-)



Nous avons également discuté de son initiative "Vous les hommes", et de la difficulté pour les marques d'appréhender cette nouvelle génération de sites internet qui permettent d'affronter la critique de face, sans forcément avoir besoin de passer par des études aseptisées, des freins des Français devant la nouveauté, du manque de curiosité des patrons de Marketing ou de Com...



Egalement, la discussion a permis de déceler un phénomène que j'avais pressenti il y a quelques années, mais qui se confirment de plus en plus. Auparavant, les entreprises disposaient d'un arsenal technologique supérieur aux particuliers (moyen de communication, ordinateur, minitel, internet...). Or depuis une bonne dizaine d'années, le phénomène s'inverse. Les particuliers sont en effet mieux équipés, avec les derniers produits technologiques, tandis que les entreprises ont du mal à suivre le rythme.



Si mon téléphone perso fait appareil photo, gestionnaire d'email, mais que je suis obligé de travailler avec un appareil qui date de 2 ans parcequ'il faut rentabiliser l'investissement, et que c'est compliqué au niveau de l'informatique de basculer les droits de l'appareil... si je ne peux pas disposer sur mon ordinateur de bureau des derniers outils multimédias alors que je les ai chez moi...etc.



Peut-être est-ce un facteur qui joue quelque part sur la motivation des employés au bureau ? Peut-être est-ce aussi une pression insidieuse mal encore identifiée par les entreprises ?





Emménagement

J'arrive sur Typepad après quelques mois passés chez Blogger... Donc, je prends possession des lieux, j'essaie d'importer mes anciennes notes, je cherche quel papier peint je vais mettre...



jeudi 4 août 2005

Alors : Forum ou Blog ?



Que ce soit le RDV d'hier ou celui de ce matin, mes interlocuteurs m'ont posé une colle. Pourquoi un Blog plutôt qu'un Forum ? J'avoue que je suis tellement convaincu de la réponse que je suis resté un peu sec, n'ayant pas réfléchi aux arguments.



Dixit ce matin : "un forum est plus gérable qu'un blog. La lecture est plus facile par rapport aux blogs où il peut y avoir des tartines et où ne retrouve pas facilement l'info intéressante..."



Donc ni une, ni deux, je fais quelqes recherches d'arguments et vient de trouver cette étude qui me semble bien poser les enjeux.



J'en retiens quelques points essentiels :
- Alors que sur un Forum tout utilisateur peut être l'initiateur d'une discussion, sur un Weblog seuls les utilisateurs référencé comme étant contributeurs peuvent initier une discussion
- Confort de lecture pour les Blogs, contre vision synthétique pour les Forums - Les outils de recherche et les principes de syndication penchent en faveur du Blog comme outil générateur de trafic
- Accès et diffusion des infos : pour suivre un forum et participer il faut se rendre sur le site où est hébergé le forum; un weblog permet que le contenu soit accessible et commenté depuis d'autres points (via la diffusion de contenus ou syndication) sur le Web



Bon, une fois que j'ai dit ça, je m'aperçois que je n'ai pas encore l'argument massue...



Je pense que c'est un point que de nombreuses personnes qui "vendent" le concept blog doivent rencontrer. Quels sont vos avis sur la question ?







mercredi 3 août 2005

Mets de l'huile



Annonce de l'entrée en vigueur d'une nouvelle forme de contrat permettant au chef d'entreprise de le rompre pendant une période de 2 ans sans justification.



J'entends partout les cris d'horreurs de la contestation (développement de la précarité, les patrons qui vont pouvoir s'en mettre plein les poches, impossibilité d'obtenir des prêts bancaires, voire impossibilité de faire des enfants - si, si, je l'ai entendu, sous prétexte qu'une situation précaire empêche de "programmer" la venue d'un enfant)...



Ce que je retiens :



- au moins une décision a enfin été prise depuis plus de 20 ans que les blocages sont analysés...
- il faut rappeler que cette mesure ne concerne que les entreprises de moins de 20 personnes. Ce sont les entreprises où la décision d'embaucher est la plus difficile du fait des tensions permanentes qui existent sur la trésorerie, de l'impossibilité donc de recruter la mauvaise personne, de se retrouver pieds et poings liés dès lors qu'une embauche est validée. Une embauche est un investissement, un pari sur un développement de croissance. Si le développement ne correspond pas aux attentes, il est quand même regrettable que l'embauche d'une personne risque de planter comlètement la boîte. Donc, pour ma part, cela me semble aller dans le bon sens que de fluidifier ces freins à l'embauche.
- le nouvel embauché ne se retrouve pas pour autant à la rue : indemnités et droits assedic perdurent, voire seront meilleurs que ceux qui peuvent être accumulés dans le cadre de CDD
- on trouvera sûrement des patrons tordus qui inventeront des systèmes pour abuser, mais cela existe déjà (abus d'intérimaires, abus de CDD, exploitation des primes pour les jeunes, pour les vieux...). Ce ne sont en général pas des sociétés qui ont une durée de vie très imoprtante, ou un développement économique viable (trop de turn-over, mauvaise ambiance...). Dans une entreprise de 20 personnes, un minimum de relations personnelles existent forcément entre tous les employés de cette société. Il n'est jamais facile de devoir se séparer d'une personne. Et le leitmotiv d'un entrepreneur, c'est de développer son affaire, pas de jouer avec des variables d'ajustements...
- la peur de perdre son emploi est intimement lié à la diffculté de retrouver un emploi. On a jusqu'à maintenant surprotéger la position du salarié, jusqu'à créer cette difficulté pour le chef d'entreprise de recruter. Au vu de la situtation actuelle, pourquoi pas équilibrer la balance ? Si je perds mon emploi, mais que je suis assuré d'en retrouver un, c'est beaucoup moins traumatisant. Si je crée un emploi mais que je peux replier la voilure si nécessaire, pourquoi ne pas tenter le développement ?



Je sais que le sujet va être sensible et exploité par certains politiques et syndicats sur le thème de la peur du grand méchant loup, mais ayant connu les grandes entreprises (c'est d'ailleurs là en général que j'ai vu les contournements au droit du travil les plus mesquins), les petites, les créations... je trouve que c'est plutôt une bonne chose que de mettre un peu d'huile dans les rouages.