vendredi 30 décembre 2005

Coca sur un mauvais rail

Selon La Tribune, La Tribune.fr - Quand le dauphin PepsiCo détrône le roi Coca-Cola Coca est dépassé par Pepsi qui, de challenger, devient leader, tandis que Coca prend le titre de suiveur...



Deux fois moins gros que Coca-Cola il y a dix ans, le groupe américain PepsiCo vient de dépasser son grand rival en termes de capitalisation. Ce parcours boursier reflète son expansion commerciale: sa diversification et la création de nouveaux produits ont permis à PepsiCo de reléguer Coca-Cola au rang de suiveur



Alors comment devient-on suiveur ?



En général, on s'embourgeoise. On est très sûr de soi. On regarde les initiatives naissantes sur son secteur avec amusement. En fait, on finit par ne plus regarder ce qui se passe sur son secteur. On perd toute inhibition.



Le quart d'heure d'avance... vous vous rappelez ? C'étair Carrefour.
IBM malmené par Microsoft. HP, Compaq... défaits par Dell.
...Etc.
La quatrième puissance mondiale... vous vous rappelez ? C'était la France.



Comment lutte-t-on contre ce risque (inhérent à tout développement d'entreprise) ?



Certains groupes comme ABB, font exploser les structures pour ne pas avoir de business units qui dépassent 50 personnes environ. Mais cela exige beaucoup de circulations d'informations.
Certaines sociétés comme Cisco font une veille très active de leur secteur et rachètent leurs furturs concurrents au bon moment pour les intégrer et maintenir ainsi le pas d'avance.



En fait, c'est un des sujets les plus difficiles pour les entreprises que globalement, et individuellement pour chacun des employés, perdure toujours une notion de danger de disparaître.



mercredi 28 décembre 2005

Le Monde de Na(r)n(i)a

Surprenant le nombre de sites qui peuvent exister qui permettent à de jeunes femmes (en général trentenaires) de nous raconter leurs histoires de rêves de prince charmant, opposées à la dure réalité de leur solitude. Syndrôme de Brisgte Jones. On a tous entendu parler du nombre croissant de situations mono-parentales, jeunes femmes célibataires (célibattantes)... On découvre avec le Web une réalité, une prise de parole qui devrait fournir aux sociologues matière à analyses.


C'est souvent drôle, grinçant, amusant, cocasse... mais ça ne laisse pas indifférent. Il transpire de ces sites une sorte de cynisme violent de l'expression d'un mal-être, d'une solitude au début voulue (j'assume mon indépendance) puis finalement subie (l'horloge biologique titille tôt ou tard le désir de materner, ou du moins de pouvoir trouver une épaule sur qui s'appuyer de temps en temps, mais à force d'idéaliser il devient difficile de rapprocher le rêve de la réalité d'un jeune gars trentenaire qui a de son côté développé ses propres codes de jeune vieux gars...).


Si vous voulez découvrir quelques uns de ces sites, je vous invite à lire celui de Frogita. De là, vous pourrez en découvrir d'autres via les adresses laissées sur les commentaires, ou les liens proposés. Bienvenue dans un monde de gens seuls.

mardi 27 décembre 2005

Web de luxe

Non, il ne s'agit pas du nom d'un site thématique de McDo...



Il y a quelques années, avec l'apparition du Web, l'industrie du Luxe s'est posée quelques questions. J'y vais, j'y vais pas. Plutôt j'y vais pas d'ailleurs à l'époque, avec même des conclusions très tranchées du type "Nous nous sommes réunis en Comité de Direction et avons conclu que notre marque ne sera jamais présente sur le web" (dixit grosso modo un Directeur marketing d'une marque dont je tairai le nom... mais qui à mon avis a dû passer à autre chose maintenant - enfin, je pense car désormais la marque en question est bien présente sur le Web).



Il est vrai que le développement du Flash, de la Vidéo... ont permis des mises en formes plus en phase avec les contraintes de ce secteur.



En discutant récemment avec un collègue (qui fait des sites très visuels), il me soutenait que les Blogs étaient un sujet du Web où ne mettraient pas les pieds les marques de luxe. "Le luxe, c'est inattaquable. On ne peut pas laisser la critique exister..." Bon, soit. Mais normalement :



1 - effectivement, le luxe se doit d'être inattaquable. Il ne manquerait plus que le produit ou le service ne soit pas à la hauteur.
2 - le luxe est un secteur qui a fortement évolué. On parle désormais de l'industrie du luxe. Le marché indien pour prendre un exemple qui est concerné par les produits de luxe représentent à peu près l'équivalent de la population française.

(MAJ du 28.12.2005 : Jacques Froissant fait une rapide présentation du secteur du luxe sur le Web à l'occasion du lancement de Fashiondeluxe.com. A lire ici ...)

3 - autour du luxe, c'est d'un univers dont on parle, et il ne serait pas étonnant que se mettent en place des blogs (ou des magazines interactifs) dédiés à l'art de vivre, au "Hype", au Jet Set (version ultrachic de Vousleshommes, site soutenu par Celio qui réhausse ainsi son image de marque).



Ceci dit, j'étais assez d'accord lors de la discussion sur le fait que l'on est sur un sujet qui va être difficile pour les marques de luxe, qui vont devoir apprendre de nouvelles choses - mais mettre en récit leur univers ne va pas non plus être hors de portée... Tout en mettant en garde qu'avec les blogs, le coup peut désormais partir de n'importe où...



Ainsi certaines marques font des essais : Thierry Mugler pour le lancement d'un parfum, dans un autre registre Fauchon qui fait une opération téléphonie 3G à l'occasion du lancement de nouveaux produits... Il y a sûrement d'autres exemples, n'hésitez pas.



Et d'autres marques comme Hédiard qui se font épingler en place publique...





vendredi 16 décembre 2005

De la dette publique

Sur les conseils de Christian Blanc via son site "Pourquoi pas", j'ai décidé de m'y coller et d'aller lire le rapport complet qui vient d'être publié sur la dette publique. Je vous préviens tout de suite : 136 pages vous attendent au coin du pdf... (bon allez, la synhtèse fait 11 pages).



Je construis cette note en 2 temps. Je relève au fur et à mesure ce qui m'interpelle à la lecture. Je verrai ensuite ce que je peux en retirer par rapport à d'éventuelles réflexions personnelles sur le sujet.



1 - Le constat
La France n'a donc cessé de creuser son endettement depuis 25 ans qui prive aujourd'hui les 2/3 de sa production nationale. La France est le seul pays d'Europe dont le ratio des dettes publiques n'a cessé de progresser depuis 10 ans. Non respect de la parole donnée, La France n'a jamais tenu ses engagements de réduction des déficits. Dépenses en moyenne supérieure de 18% aux ressources. Développement de nouvelles structures administratives sans remise en cause des structures existantes.



2 - Les préconisations
Si la France a continué de produire globalement de la richesse, le niveau de vie cesse de converger vers celui des économies les plus riches. Plus de marges de manoeuvre pour continuer à "pomper" les ressources disponibles (niveau des prélèvements obligatoires de 44% contre 39,5% pour la zone Euro et 35% pour le G7). Recommandation pour mettre en oeuvre un plan de redressement en 5 ans de cette situation qui nous met au bord de l'asphyxie : moins de ministères, remise à plat des structures centrales, régionales et locales redondantes.   





Si le constat est clair, on a quand même une grosse impression de déjà entendu, lu ou vu - hormis peut-être le fait que l'on commence à évoquer une asphyxie, notamment les recommandations pour remettre en marche la machine.



Le problème des Français c'est d'être les champions du monde de l'analyse, mais d'être incapables - bien souvent, de passer à l'acte pour mettre en oeuvre les décisions qui s'imposent à l'analyse des constats.



Se donner cinq ans pour redonner de l'air à la machine économique, pourquoi pas ? Mais cela demande des efforts et une prise de conscience individuelle. Lorsque vous entendez de leaders syndicaux ou politiques vous annnoncer que "oui la situation est dramatique, mais que la France a toujours existé et qu'elle continuera d'exister...", cela ne laisse présager rien de bon quant à la mise en oeuvre.



Le rapport évoque le problème du calendrier électoral qui pèse sur l'action en France. Avec une sortie de ce rapport à l'aube de 2006, année d'échauffement pour 2007 qui sera une année plombée pour cause d'élections législatives et présidentielles... je ne vois pas très bien quels sont les députés et ministres qui vont ruer dans les brancards en étant sûrs de se faire ramasser par la suite. Côté politique, tout le monde sait bien que ces responsables travaillent pour la France, qu'ils n'ont pas d'ambitions personnelles autres que de pouvoir obtenir les postes qui leur permettent de mettre en oeuvre leurs promesses (un peu d'ironie fait toujours un peu de bien). En imaginant la mise en oeuvre des préconsisations dès 2006, cela donnerait 2 ans de tensions pour une campagne où les candidats annonceraient "votez pour moi, j'en ai encore pour 3 ans de ce régime là !".



Je crains que ce rapport ne soit qu'un de plus qui va se rajouter à la longue liste des précédents, et que nous nous dirgeons inexorablement vers l'asphyxie. Et comme tout corps en train de s'asphyxier, nous allons connaître des soubresauts et tensions de plus en plus violents.



La France est vieille bourgeoise (limite aristocrate) qui n'a cessé de dilapider son héritage, qui se refuse à réduire son train de vie, ou se mettre à travailler et qui espère un jour gagner au Loto ou au Millionnaire, ou s'en sortir au travers d'une émission de télé-réalité. Quand il n'y aura pus de lattes au parquet pour se chauffer l'hiver, il fera très froid.





mercredi 14 décembre 2005

L'impact d'un ordre

Je reviens sur l'affaire du Général Poncelet (dont j'avais parlé ici sur le thème Leçon de management...) après les dernière actualités sur ce sujet.



Une directive donnée par un supérieur ("vous l'interceptez et vous le ramenez. Vous roulez doucement. Vous me comprenez ?"). De là, le subordonné comprend ce qu'il veut. Il comprend que le rebelle ne doit pas rentrer vivant (?) et il répercute l'ordre (sûrement de manière aussi peu claire, mais en étant un peu plus précis). Pour ma part, face à une telle directive, j'ai plutôt tendance à répondre "non, je ne comprends pas". Il vaut mieux passer pour un con un court instant que de faire l'intelligent qui comprend des sous-entendus partout. En même temps, c'est de la responsabilité du donneur d'ordre d'être clair.



1 - Problème de l'organisation hiérarchique versus la mécanique du "téléphone arabe" (tout le monde a pu constater les dégâts de cette mécanique pour jouer ou en stage... tout en oubliant ces effets dans un cadre professionnel).



2 - Problème de l'émission / réception. Je donne une directive, un ordre, une consigne. Entre ce que je veux dire, ce que je dis, ce qui est perçu, ce qui est entendu, ce qui est compris... nombreux sont les filtres qui peuvent parasiter le message.



3 - Problème des conséquences. Pour les militaires, le problème de leur "core business" c'est qu'ils travaillent directement sur de la matière humaine. On mesure directement les conséquences d'une boulette. Ceci étant, tout manager devrait mesurer quels sont les risques par rapport à son environnement...



Les blogs DGC (Part II)

Voici la liste des Blogs créés par les étudiants de l'école DGC cet après-midi :



http://revuesdepresse.blogspirit.com
http://bachelor3.blogspirit.com
http://mail-tingpot.blogspirit.com
http://madeinpress.blogspirit.com
http://pseudo2.blogspirit.com
http://amsouba.blogspirit.com
http://gsa-s.blogspirit.com
http://delocalisation-dgc.blogspirit.com
http://bacelor-masterfidou.blogspirit.com



Je vous laisse les regarder et me dire ce que vous en pensez (je dois mettre une notre la semaine prochaine :D)





Les blogs DGC (Part I)

Voici la liste des blogs "revue de presse" créés par les étudiants DGC ce matin :



http://abcdelapresse.blogspirit.com
http://revuedeblog.blogspirit.com
http://revued-actualite.blogspirit.com
http://libassediop.blogspirit.com
http://revueblog.blogspirit.com
http://dgcblogs.blogspirit.com
http://revuedepresse.blogspirit.com
http://jaja.blogspirit.com



Je vous laisse les visiter et me donner votre avis sur ces premières réalisations... (Il faut que je donne une note dans une semaine :D)



lundi 12 décembre 2005

Pour les étudiants DGC

Comme promis vous pouvez télécharger la présentation de ce matin :



Download Blogs.ppt



Merci de votre attention à l'occasion de cette matinée. A mercredi pour les travaux pratiques de mise en place des blogs revues de presse de DGC Formation.



vendredi 9 décembre 2005

Mes M&M's à Moi

51mac10_1 Business Week propose un dossier "Best of 2005" où l'on retrouve les Best leaders, Best Ideas, Best Product. Egalement un glossaire des termes branchés à connaître pour ne pas passer pour un plouc en séance de marketing ou lors des soirées mondainobranchées.



Bien évidemment pas mal de best of touchent au blog, podcast, networking, personnalisation, marketing ego-moi... mais pas seulement.



J'ai relevé dans les Best Products le service qui permet de personnaliser ses M&M's pour soi ou pour offrir. Bonne idée pour faire des cadeaux perso ou d'affaires originaux.



Le service est à l'adresse http://shop.mms.com mais il semble que le succès engorge le flux industriel. Si vous passez votre commande aujourd'hui, vous ne recevrez vos produits que le 29 décembre (estimated date)...



Mms_1 Comme quoi la créativité et la personnalisation sont "no limits". La limite est toujours mécanique, mais on progresse toujours un peu plus.



mardi 6 décembre 2005

Même Miss France blogue...

http://pancakes.skyblog.com/ (Merci Amaury pour l'info).



Le logo de la Société Générale évolue

Le logo de la Société Générale évolue. Du logo que vous pouvez voir ci-dessous...





... il devient



Logo_sg_fr



L'objectif et le coût de cette opération ?



Selon le dircom Hugues Le Bret au Figaro «L'idéal serait que les clients ne s'en aperçoivent pas».



Et pour obtenir ce résultat, la Société Générale a fait appel à l'agence anglaise Wolf Ollins pour un coût de 400.000 euros.



J'avoue qu'il reste des notions budgétaires que j'ai toujours un peu de mal à comprendre... 




Le temps de la maturité

Peut-être vous souvenez-vous de la banque Egg ? La banque entièrement en ligne ?
après moultes déboires, cette banque qui s'appelle maintenant Oney n'a jamais vraiment réussi à percer...



Mais l'idée est restée et, comme de nombreux sujets qui étaient promis en l'An 2000, devient réalité. Ainsi Boursorama, qui était au départ un service d'informations sur les cours de bourse, a été racheté par la Société Générale pour devenir aujourd'hui (cf. La Tribune) une véritable banque : "Depuis sa création en 1995, Boursorama s'est en effet transformé de site d'information en véritable acteur financier. Issu de la fusion entre le courtier en ligne Fimatex, filiale de la Société Générale, et du site d'information boursière Boursorma, en 2002, le groupe a ensuite absorbé le courtier en ligne Self Trade en 2003. Présent en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni, il gère en France quelque 126.000 comptes et près de 3 milliards d'euros d'encours (dont 778 millions d'euros en OPCVM et assurance-vie)."



Il est clair qu'avec 126.000 comptes habitués à utiliser Internet pour gérer des services financiers, le sujet est mûr pour proposer des services bancaires.







samedi 3 décembre 2005

Generation @

Business Week propose un dossier complet sur ce qui s'appelle la Generation @. C'est à lire ici (en anglais, sorry).



Comment les "jeunes" sont en permanence connectés, membres de différents réseaux d'échanges (de blogs, de photos, d'avis sur des produits, des sorties...)... et comment des marques comme Coca ("For a giant brand like Coke, these networks also offer a direct pipeline to the thirsty but fickle youth market") essaie de comprendre tout cela et d'en faire partie.



Attention, vos consommateurs de demain sont en ce moment sur Skyblog... libre à vous de dénigrer le contenu que vous pouvez y lire, ou d'essayer de comprendre comment de font et se défont les succès dans cet univers.



vendredi 2 décembre 2005

Consommateur, comportement, Internet

Je vous renvoie sur la note de Henri Kaufman synthétisant une intervention de Sébastien BADAULT, Directeur du pôle commerce et distribution, de GOOGLE. Lien: Et si l'on parlait Marketing : Radiographie de Google.



A retenir :
Les achats qui suivent une recherche sur internet se passent à 71% off line et 29% on line.
Les statistiques multicanal sont étonnantes 33% des internautes utilisent 3 canaux (On line, magasin et catalogue), 40% utilisent 2 canaux. Ces clients multicanal sont meilleurs que les clients mono-canal. les clients qui ont d'abord été surfé convertissent plus que les autres en magasin.



Il faut impérativement que les responsables Com, Marketing (et les agences en face) intègrent l'ensemble des canaux en parallèle et en synergie pour faciliter les flux de l'un à l'autre, l'objectif final restant le déclenchement de l'acte d'achat.



Ceux qui ne seront pas présents sur Internet n'existeront pas.
Ceux qui seront présents, mais qui ne feront pas du "lien social" (identification à la communauté), n'existeront pas.
Ceux qui ne donneront pas la parole à ceux qui consomment leurs produits n'existeront pas.
... sauf si vous voulez simplement faire un petit business pour les gens de votre quartier. Et encore, même là, vous n'êtes pas à l'abri.



Les nouveautés Google

Pour ceux qui utilisent le programme AdSense de Google (pour mettre une noisette de beurre dans les épinards en fin de mois...), 2 nouveautés à signaler.



1 - Un sponsoring avec Firefox qui prend la forme de différents boutons que vous pouvez placer sur votre site, comme celui-ci par exemple :






Ce programme vous permet de pouvoir gagner jusqu'à 1 dollar pour chaque téléchargement et installation. Autant dire que ceux qui ont de l'influence vont avoir de plsu en plus d'influences...



2 - Un programme de parrainage invitant vos lecteurs à découvrir le programme Adsense, qui prend également la forme de différents boutons à placer sur votre site, comme par exemple celui-ci :






Ce programme vous permet de pouvoir gagner 100 dollars pour chaque filleul qui gagne ses premiers 100 dollars... (là, on peu commencer à rêver d'une tranche de jambon avec les épinards et le beurre...)



jeudi 1 décembre 2005

Tout est dit

Extrait du journal Le Monde (la version en ligne d'ailleurs) :



"En vingt ans, les journaux américains ont perdu près de dix millions d'acheteurs quotidiens. Il s'agit d'une tendance de fond. "Les journaux n'ont pas réussi à attirer les jeunes. Je ne crois pas que cela changera dans le futur. L'enjeu est pour eux de les attirer sur Internet, ce qui est possible car ils sont des marques connues au niveau local", explique M. Morton. Un récent sondage, réalisé par Nielsen, montre que les sites de quotidiens ont une plus forte croissance que les autres sites (+ 11 % en un an). 22 % des visiteurs lisent le journal uniquement sur Internet."





Les rejetons de Google

Google est puissant... mais pas certain que les résultats fournis soient vraiment à la hauteur des attentes (hormis les annonceurs payants sur le côté qui ont "en général" un rapport avec l'objet de votre recherche).



On voit apparaître des sites qui s'inspirent de Google (automatisation de l'indexation) mais sur le principe vertical.



Ainsi dans le secteur musical, je cite le projet d'un copain, Amptonic qui est un moteur de recherche et en même temps un guide d'achat, et un autre découvert via le site de Seth, Pandora qui est un site de recherche et en même temps de personnalisation (radio à la demande) et de partage (donc plus Web2.0).





Tremble CNN !

Et l'on nous annnonce le lancement officiel de la CFII. Au fait comment il faudra dire ? lacéeffhihi, lacéeffdeuzi... encore un nom à la c...



«Avant la fin de l'année 2006, la chaîne française d'information internationale diffusera ses programmes vers l'Europe -dont la France-, l'Afrique, le Proche et le Moyen Orient», a indiqué dans une communication en Conseil le ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres, cité par le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé.



Heureusement que l'Etat s'occupe du rayonnement de notre pays, que l'Etat s'occupe du mécano financier pour mettre en place cette chaîne, qui va certainement être à haure valeur ajoutée, qui va sûrement passionner les foules de connaître la vision française de ce qui se passe dans le monde. A moins que ce ne soit pour faire connaître ce qui se passe en France au reste du monde ?



Enfin, à mon avis, ce n'est vraiment pas un projet utile (France 2 avait sûrement les moyens d'occuper le terrain international mais j'ai cru comprendre que pour ne pas réduire la voilure en France, le groupe avait préféré fermer des bureaux à l'étranger...), où l'on va rapidement découvrir que c'est un gouffre financier, mais que nos impôts pourront maintenir en vie (car l'image de la grandeur de la voix de la France en dépend). Vous vous rappelez Public Sénat qui devait être la chaîne de référence qui allait passionner et ressouder les Français autour des débat politiques ? (hihi)