lundi 30 janvier 2006

Voyons si après LaFraise, T-cap

Tous ceux qui connaissent LaFraise.com devraient s'intéresser à ce site de vente, T-CAP, dont la cible est plus juvénile mais dont les créations sont assez originales pour faire de vos enfants des "early-adopters" remarqués dans les cours de récré.



Entreprise lancée par quelques dames (j'aime bien quand les femmes lancent des entreprises), T-CAP propose ses collections directement en ligne. Pas de blogs pour l'instant pour nous raconter qui sont ces jeunes femmes, comment se crée une collection, comment décolle T-CAP - mais j'y travaille...



Allez, habillez vos enfants ou faites plaisir à vos nièces et neveux ! voire même vous ...



Rosedessablesgp



Stvalentindebgp





Un ange passe

Comme je connais bien le scribouillard qui est derrière, je vous signale la parution (ça fait bizarre d'utiliser une formule de lancement de presse dans ce cas-là) de BusinessAngel (et non, il ne s'agit pas du site recensant les entrées du dernier film de Luc Besson...). Il nous présente d'un côté des Conseils, de l'autre des Exemples... J'espère qu'il vous parlera un peu de BD aussi (ça fera contrepoids à MEL).



Donc côté VC - Venture Capitalist (un seul V, pas le double dans ce cas-là), mois je lis :



- Guy Kawasaki (c'est en anglais, mais c'est le plus pragmatique et complet que j'aie trouvé)
- Pascal (c'est un peu comme Jacques Froissant pour les RH)
- RB avec son BusinesssAngel (le petit nouveau qui vient de se lancer) 



Et vous ?



dimanche 29 janvier 2006

Quelle bande de poules mouillées !

Et en ces temps de grippe aviaire... Je vous renvoie ici pour l'article complet, et ne vous cite que le passage croustillant :



"Au niveau global, AC Nielsen dénote que les pays disposant du meilleur niveau de confiance sont l'Inde, la Nouvelle Zélande, la Norvège et la Malaisie, tandis que les plus pessimistes sont le Protugal, la Corée du Sud et la France."



râl


vendredi 27 janvier 2006

Dossier BW sur les pubs dans les jeux

Comme Alex nous présente les perspectives ici de la pub dans les jeux sur téléphone mobile (avec des chiffres et tout...), j'en profite pour compléter le propos avec un renvoi sur ce dossier de Business Week assez complet sur cette évolution - qui ne date pas d'hier puisque Sega a tiré le premier dans les année 1990 : http://images.businessweek.com/ss/06/01/ingame_ads/index_01.htm



Le coup du Sudoku

Qu'est qui plaît donc tant aux gens pour expliquer cette explosion du phénomène Sudoku ?



Je pense que ce qui passionne les gens, c'est cette impression d'être "intelligent", à manier une matière qui en rebutait beaucoup à l'école. Manipuler des chiffres, cela rapproche des mathématiques. Et là, on a un jeu qui offre aux gens le plaisir de pouvoir maîtriser une matière qui les effrayait. Ils ont l'impression de maîtriser les maths... alors que ce n'est pas plus fin que ces jeux où il faut retrouver les mots proposés dans une grille pleine de lettres.



Donnez aux gens l'impression d'avoir du pouvoir. Ils ahèreront. 





C'est l'imagination qui fait défaut

Je lisais il y a quelques temps un article sur des sessions de "créativité" pour les cursus MBA car on colmmence à reprocher à ces profils de tous fonctionner de la même manière. Donc, on va leur "apprendre" à être créatif - paradoxal non ?



Je pense que l'origine du problème n'est pas un problème de créativité, mais un problème d'imagination.



Steve Jobs (Apple) a imaginé l'accès média avant que ses ingénieurs créent une machine et des principes ergonomiques, avant que ses designers créent le style Apple.



Dans mes rencontres avec les agences ou les entreprises, je me rends compte que même lorsqu'on présente une possibilité technique innovante (qui a été imaginée puis créée), ou une compétence particulière, les blocages viennent souvent du manque d'imagination des services rêvés à partir de là. Je passe sur l'appréhension au risque, ou à la nouveauté, qui vient ensuite. Mais déjà au départ, on se rend compte que les dés sont souvent pipés. Rien n'est plus certain qu'une solution ou un service qui a fait ses preuves, sur lequel on peut donner des chiffres, bref des contrats d'assurances.



Ainsi, en ce moment la demande tourne autour de : "alors, combien d'utilisateurs de portables bluetooth ? de portables 3G ? d'utilisateurs équipés qui utilisent ces services ? La question devrait être abordée autrement. Tout le monde a un téléphone mobile; tous les utilisateurs de téléphone portable utiliseront des services 3G. Donc, on peut imaginer les mêmes services que l'on peut imaginer pour un site Web (animation, vidéo, sons, interactivité, client/serveur, paiement sécurisé...).



Ce qui est valable pour le Web, le téléphone mobile...etc. l'est pour tout autre secteur.



Imaginez ! L'intendance suivra, pour créer votre rêve.   





mercredi 25 janvier 2006

Je l'ai lu...


"J'aime ma boîte, elle non plus". Mitigé à propos de ce livre...



Pour ma part, je n'y ai pas appris grand-chose de neuf que je n'avais détecté sur les tendances d'évolutions du monde du travail, sur les faiblesses de la culture française vis-à-vis de ces changements... sur ma décision d'être proactif plutôt que de subir - ne jamais courber l'échine, seulement temporiser parfois, douter tout le temps de ses certitudes (les mettre en perspective selon différents angles de lecture) mais être certain de ses convictions.



Or, tout le livre traite principalement de ces évolutions et de leurs conséquences sur les cadres en entreprise, de ce mal être que l'on pressent parfois lorsque l'on discute avec certains d'entre eux, des pertes de repères par rapport à ce qu'on leur avait promis à l'école. Donc, pour ceux qui ont déjà bien intégré la nécessité d'être autonome et proactif, je ne suis pas certain que cela leur apporte grand-chose - si ce n'est de les convaincre qu'ils ont vu juste un peu plus tôt que les autres.





En revanche, pour tous ceux qui sont le nez dans le guidon, qui ont l'impression de ne plus rien maîtriser de leur environnement professionnel, qui sentent une sorte d'épée de Damoclès au-dessus de leur tête alors qu'ils sont reconnus dans leur travail... pour tous ceux-là, ce livre peut sûrement fournir des clés de lecture sur ce qui les perturbe sans qu'ils ne puissent vraiment mettre le doigt sur l'origine du problème. Je pense notamment que l'exemple du skate-board est très pertinent (je ne vous en dis pas plus pour vous inciter à lire le livre :-) ), beaucoup plus que l'exemple du surf, adoré de nombreux DRH qui 1. n'ont sûrement jamais foutu les pieds sur une planche, 2. qui oublient (normal, ils ne connaissent pas) que la difficulté en surf est surtout dans le passage de la "barre".



Retour à la réalité

Dan Gillmor est, il me semble, un journaliste un peu connu. Il avait quitté il y a quelques mois son poste dans un media pour se lancer sur la blogosphère avec un projet de "citizen media"...



Il annonce stopper son projet, explique ses errements d'entrepreneurs, ce qu'il aurait dû, ce qu'il n'a pu ...etc. riche d'enseignements et à lire ici : http://bayosphere.com/blog/dan_gillmor/20060124/from_dan_a_letter_to_the_bayosphere_community



Il est toujours difficile de dresser un constat d'échec et de stopper à temps les dégâts. Beaucoup plus difficile que de se voiler la face parce que la frontière entre le réalisable (mais nécessitant encore beaucoup d'efforts) et l'infaisable est très floue.
Cela demande beaucoup de clairvoyance et de courage, et il faut pouvoir encaisser le coup dans l'ego(ouille) !



Barrière à l'entrée

Arrivé au péage de St Arnoud en Yvelines dimanche soir, j'ai découvert les nouvelles bornes permettant de payer directement en carte bleue (passage donc réservé à ceux qui payent en CB, donc plus besoin de "guichetier" pour la société d'autoroute).



La borne propose 2 fentes : une pour le ticket d'autoroute, une pour la CB. Bien entendu comme je suis taquin (no, en fait j'avoue, je pense que j'étais un peu dans le cirage...) j'ai mis mon ticket dans la fente prévue pour la CB (en même temps, c'est le test de l'utlisateur de base en informatique). Aussitôt je me suis dit que le ticket allait ressortir... et bien non ! tout bloqué ! Obligé d'appeler à l'aide et d'attendre qu'une serviable employée vienne ouvrir la boîte et recherche mon ticket (il y en a quelques uns de stockés dans la boîte).



Quand on pense que ces bornes sont récentes... Alors qu'il y a des parkings où vous introduisez votre CB à l'entrée, et vous l'introduisez à la sortie. Comment peut-on mettre en place un nouveau système technologiquement dépassé et offrant un service de moindre qualité que ce qui peut exister de façon assez courante par ailleurs ?



On appelle cela "recréer la roue", "le fait maison"... sans regarder ce qui existe par ailleurs.



mardi 24 janvier 2006

Traiter l'urgence

Newsgator



Un peu de retard dans la lecture des flux d'informations... Je sais pas ce qui se passe en ce moment (enfin, si) mais je me demande s'il ne va pas falloir demander au gouvernement de voter une loi pour ajouter quelques heures à chaque journée. Je suis sûr qu'un député serait capable de pondre un texte de ce genre - Ils ont bien réussi à statuer qu'une semaine durait 35 heures...



Toujours sur le sujet Urgence, j'aime bien cet écran d'Amazon :



Dernier_livre Pas la peine d'aller voir. C'est moi qui l'ai pris !



jeudi 19 janvier 2006

Les jours F1 Team

Rf1 Profitez de la publicité et des clins d'oeil à la victoire de Renault en Formule 1 car si j'en crois le magazine Challenges : "Renault, champion du monde des constructeurs en 2005, devrait vivre sa dernière saison en Formule 1 cette année. Carlos Ghosn devrait annoncer, le 9 février, le retrait de la marque comme constructeur de monoplaces. Mais Renault Sport poursuivrait une activité de motoriste. Il vient d’investir dans une nouvelle famille de moteurs qu’il souhaite commercialiser auprès d’autres écuries en 2007. Une façon de maintenir l’emploi et une veille technologique à Renault Sport."



Ils ont bien fait de s'engager sur des Jours finalement, mais c'est un peu dommage de faire une campagne qui va finalement plus ressembler à un adieu, et de jouer les "petits bras" alors que le challenge à relever était de perdurer dans la victoire.



mercredi 18 janvier 2006

Je suis devenu influent (?)



Les cadres peuvent-ils encore y croire ?





J'ai eu la bonne surprise d'être informé par Culture Buzz que j'allais prochainement recevoir le livre "J'aime ma boîte, elle non plus"... Je suis influent, ou est-ce la pertinence de mes propos ? Merci donc à mes 3 lecteurs :-)



Selon l'information reçue : "De nombreux DRH présentent les Hommes comme la richesse de leur entreprise. Mais au-delà des mots, qu’en est-il vraiment ? En réalité, depuis une dizaine d’années, les cadres n’ont pas franchement l’impression de bénéficier de la même écoute et de la même protection qu’autrefois de la part de leur entreprise. Ils lui consacrent toujours plus d’énergie, de temps, parfois au sacrifice de leur entourage et de leur santé. Pourtant jamais ils n’ont eu autant de mal à adhérer. Peu à peu, au fil des modes managériales et des révolutions technologiques, ils ont perdu leurs repères. Pour la première fois, un livre – fondé sur les regards croisés d’un chef d’entreprise et d’un observateur de la vie économique – décortique en profondeur ce malaise.



Dans leur essai, « J’aime ma boîte, elle non plus », Patrick Levy-Waitz et Yves Messarovitch ne se contentent pas de comprendre les cadres, d’analyser leur désarroi et leur difficulté à évoluer dans un environnement incertain et sous contrainte financière. Ils ont pour ambition de les aider à s’en sortir, à y croire à nouveau. Bourré d’anecdotes et de cas concrets, replaçant l’homme au cœur de l’analyse, l’ouvrage propose aux cadres de nouvelles pistes de réflexion. Et aussi des raisons d’y croire. Car, selon les auteurs, tous les signaux indiquent que l’homme aura le dernier mot. Qu’elle le veuille ou non, l’entreprise de demain sera humaniste ou ne sera pas."



Le site créé pour l'occasion est ici : http://www.jaimemaboite-ellenonplus.com/



Il est vrai que maints DRH usent de cette citation de Jean Bodin, philosophe du XVIème siècle : "Il n'y a de richesses que d'hommes..." pour poser. Et à la première tension... Il est vrai qu'à partir du moment où l'on emploie des gens (du genre humain), il vaut mieux bien les traiter pour obtenir leur adhésion mais il ne faut pas se leurrer : les intérêts entre fondateurs, actionnaires, salariés sont divergents.On devrait rappeler de temps en temps que la fonction première d'une entreprise n'est pas de créer des emplois, mais de la richesse. La création d'emplois n'est qu'un moyen pour créer de la richesse.



Etant donné que j'ai connu divers environnements professionnels (Administration, cabinet ministériel, Banque, Distribution / Holding) qui m'ont conduit à prendre la grande décision d'entreprendre (création d'entreprise - Latinanews, ratage de création d'entreprise - Intercultural Business Training, missions de conseils ou de business Dev...) le sujet m'intéresse évidemment et je ne manquerai pas de rapprocher les anecdotes et les analyses de mon vécu et de mes réflexions. 



Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de ma lecture de ce livre au fur et à mesure. 



10 / 20 / 30

Les ingrédients pour faire une bonne présentation :



10 slides maximum



20 minutes de présentation 



30 points pour la police de caractère (donc, pas plus de 3 ou 4 items par slide...)



Bon appétit !



Zone Orange contre Carte Orange

Cas pratique d'un client, usager, utilisateur, électeur ... (je sais plus comment on doit s'appeler) qui voudrait bien utiliser les transports en commun, mais à qui on tend des pièges.



Cela faisait plusieurs mois que je n'avais pas utilisé les transports en commun d'Ile de France. Ayant à nouveau pas mal d'activités sur Paris Intra Muros, je reviens à ce mode de transport globalement pratique, permettant d'éviter les bouchons, le stress voiture, trouver une place , temps perdu de lecture...



Habitant à proximité de la gare de Sarcelles St Brice, le principe est simple. Je pose ma voiture à cette gare et prend le train jusqu'à la gare du Nord (15/20 minutes de trajet). Sarcelles St Brice est a priori rattachée à Sarcelles, dont le maire n'est autre que DSK me semble-t-il. Rien sur son blog (non, jene ferai pas de lien, exprès) sur ses activités si ce n'est des notes sur l'Europe, l'unité de la gauche... Si vous pouvez me confirmer ce point, je vous en remercie.



Je viens donc de découvrir que la commune a mis en place autour de la gare une Zone orange réglementant le stationnement. Le principe de la zone orange : vous pouvez vous garer sauf entre 10 heures et 11 heures le matin, et entre 14 heures et 15 heures la journée. Le résultat est un nombre de places disponibles en parking libre qui doit avoisiner la centaine... Avec bien entendu un zèle de la police municipale qui voit là une bonne occasion de faire du chiffre (au propre comme au figuré) sans régler aucun problème sérieux.



Donc, si c'est bien DSK le patron, merci de ne pas prendre en compte ses prises de position sur la nécessité d'encourager les franciliens à utiliser les transports en commun.
Merci de ne pas prendre en considération les propos de DSK quant à la nécessité de s'impliquer au plan local pour créer des laboratoires et autres projets ayant pour ambition de se déployer au plan national.
Merci de ne pas tenir compte des propos de Jean-Paul Huchon (Président de la région) concernant également ces sujets. Ils sont incapables de se concerter pour rendre service aux franciliens, alors qu'ils sont du même bord politique (à moins qu'il n'y ait des différends relatifs à des courants de pensées subalternes au sein de la grande famille du PS). 



A l'heure où l'on parle de désengorger Paris de la circulation automobile, il serait loique que la Région et les communes mettent en place des dispositifs concrets permettant simplement de faciliter l'usae des transports en commun.





lundi 16 janvier 2006

Mes nuits sont plus belles

A chacun son calendrier :



- Chez Mazda, nous vous proposons "les jours zoom zoom";
- Chez Atol, "les journées deux fois plus belles";
- Chez Renault, "les jours F1 Team";
- Plus rapide chez Wolkswagen, ils ne proposent que "les instants TDi"



Il y a des pubards qui devraient dormir la nuit. Où alors se mettre ensemble pour nous proposer un nouveau type de calendrier où l'on remplacerait les mois par des marques...



samedi 14 janvier 2006

WE=C-

Week-End sans Canal+... dur, dur !



J'ai eu la bonne (ou la mauvaise, on verra) idée de modifier mon abonnement analogique en numérique. Pour cela, il a tout de même fallu :



1) Il y a 15 jours (profitant de l'inactivité générale entre le 25 et le 1er...
- Aller chez Darty (avec le bon promo de cette fin d'année, et un RIB comme demandé - déjà le RIB, c'est bizarre quand cela fait 10 ans qu'ils savent où prélever tous les mois),
- Chez Darty :
"Vous avez votre décodeur actuel ?" Ben, non. C'était pas marqué sur le courrier C+...
"On pourra vous faire l'installation dans 15 jours. Il faudra appeler 2 jours avant pour vérifier qu'il nous reste bien des équipements, et 1 jour avant rendre votre ancien décodeur"



2) Donc, aujourd'hui :
- Dépôt de l'ancien décodeur
- Modification de l'abonnement "le code promo ne fonctionne pas mais lorsque vous recevrez votre contrat, il faudra le barrer pour indiquer que vous souhaitez l'offre promo et vous inscrirez le code..." ???
- Contrôle de l'horaire de passage de l'antenniste (oui, c'est un gars dont le métier c'est d'installer des antennes) : "entre 11 heures et 17 heures" " ... ??? !!!!" (je vais proposer ça à mes clients : "je passerai entre 11h et 17h")
- Sans compter que je m'attends, à l'installation, à ce que j'aurai sûrement oublié d'appeler un numéro de je sais pas quoi chez Canal ou signer un papier quelconque...



Cher Monsieur C+, ce qui aurait été bien, c'eût été un process du genre :
- Je reçois une offre promo pour moderniser mon abonnement
- OK, je suis convaincu, donc j'appelle le numéro indiqué (gratuit le numéro) sur cette offre promo
- Une gentille personne me demande mon numéro d'abonné, prend mon numéro de code de promotion et me demande si je veux faire installer l'antenne par un Pro.
- "Oui", lui dis-je
- Alors la gentille personne me dit : "Très bien, nous modifions votre abonnement. Un professionnel passera tel jour, telle heure (à une demi-heure près) vous livrer et vous installer votre nouveau matériel. Il récupèrera votre ancien décodeur...





C'est simple la relation client, non ?





vendredi 13 janvier 2006

Ca bouge sur le petit écran

Le Monde d'aujourd'hui présente un article sur la rencontre téléphonie / télé, et donc sur la confrontation des acteurs de ces secteurs (chaînes télé / opérateurs de réseaux) - Merci à PRLand pour avoir évoqué cet article.



Quelques remarques :



- Les grands opérateurs de télécommunications ne cachent pas leur volonté de passer d'un statut de transporteurs de voix et de données à celui de fournisseurs de services.Cela ne vous rappelle l'actualité des débuts du web entre les fournisseurs d'accès qui voulaient devenir producteurs de contenus (le grand rêve de maîtriser l'horizontalité des acteurs de la production à la diffusion de contenus... et alimenter les phantasmes à la Marvel de voir un méchant devenir matître du monde);
- Un peu de panique à France Telecom qui se fait tailler des croupières sur son activité Téléphone (cf. le profit warning d'hier et la claque de -8% du cours de l'action en séance - juste 5 milliards d'euros partis en fumée...), donc recherche de nouvelles activités pour tenir les engagements financiers;
- Qui eût crû que TF1 pouvait rencontrer un adversaire le faisant passer pour un nain ? S'il devait y avoir un combat pour les droits, il serait inégal : selon les données du cabinet OC & C Consultants, en Europe de l'Ouest, les revenus des médias télé étaient, en 2004, de 66,5 milliards d'euros, contre 237 milliards pour les opérateurs de télécommunications. Surtout, les grands opérateurs des principaux marchés européens (Deutsche Telekom, France Télécom, Telecom Italia, Telefonica, BT et Belgacom) devraient dégager des liquidités, de plus de 70 milliards d'euros entre 2005 et 2007. De quoi acheter de très nombreux droits, voire leurs détenteurs.



Remarquez FT en verlan c'est TF, hein ?



jeudi 12 janvier 2006

C'est le contenant qui bouge

Article intéressant dans Newsweek à propos de ce qui est en train de se passer sur le marché des écoles type Commerce, MBA... Le marché vaut aux alentours de 30 milliards l'an pour environ 2 millions d'étudiants.



Face à la concurrence émergente de nouvelles écoles locales mettant les moyens suffisants et payant  les profs pour qu'ils viennent, provoquant une baisse des inscriptions d'étudiants étrangers s'expatriant pour leurs études, les institutions traditionnelles ne pouvaient rester sans réagir.



La tendance qui se profile est donc que les prestigieuses écoles américaines, anglaises... s'installent à l'étranger, au plus près des marchés émergents : Chine, Inde, Australie, Singapour... Il est en effet plus intéressant pour les étudiants locaux de rester chez eux tout en suivant des cursus "occidentaux". Pareillement, l'intérêt est important pour les étudiants occidentaux de suivre des cursus identiques à ce qu'ils ont à côté de chez eux, mais sur place (vous me suivez ?).



Vos clients ne viendront pas vous acheter vos produits, même si vous êtes la meilleure entreprise d'Europe ou de Navarre. C'est à vous d'aller vers eux.



Rejoignez ma bannière

Un standard pour les bannières sur téléphone, à lire ici chez Alex : http://www.mobitrends.com/blog/2006/01/bannieres_wap.html



Bon, où est-ce qu'on pourrait en mettre des bannières ?



mardi 10 janvier 2006

On leur demande juste d'être bi

J'ai cru entendre qu'un débat allait démarrer à la suite de la volonté du gouvernement de mettre en place une réformette afin que les profs au collège puissent enseigner 2 matières de leurs choix... On va leur demander d'être bivalent. Bon, c'est vrai que le mot est moche (mais il y en a bien d'autres).



Mais donc, la grogne pointe car il paraît inconcevable que des profs puissent enseigner 2 matières. Les profs devraient pourtant y voir l'occasion de sortir de la théorie pour emmener les élèves sur l'utilité pratique de croiser les matières les unes entre les autres :
un théorème écrit en mauvais français ne produit rien de bon, c'est des cours de dessin ou de musique que se développent les mécanismes de créativité et d'imagination, parler anglais c'est bien, être capable de faire appel à des références historiques en langue anglaise, cela peut servir...



C'est ce qui se passe en permanence dans l'univers professionnel : il faut être capable de manier non pas une, non pas deux... mais plusieurs disciplines en même temps, de synthétiser, de croiser, de confronter. Donc, à l'exigence d'avoir des compétences pluridisciplinaires dans le monde professionnel, les profs ne souhaitent qu'être monovalent. C'est un des premiers "chocs" pour les jeunes arrivant dans le circuit pro. Ils n'ont plus d'emploi du temps leur indiquant : 9-11h, Marketing; 13-15h, droit commercial; 15-16h, RH... Non, tout se mélange. Vous faites en permanence appel à vos compétences et à celles des autres dans le quotidien (enfin, j'espère pour vous...).





Les 10 mensonges des entrepreneurs

Guy Kawasaki (VC) propose sur son site une synthèse (sélection de 10 travers parmi...) des faiblesses qu'il a pu relever au fil du temps des présentations d'entrepreneurs à la recherche de fonds...



Lien: Let the Good Times Roll by Guy Kawasaki: The Top Ten Lies of Entrepreneurs.



Cette liste devrait servir les entrepreneurs à mieux présenter leurs dossiers.  Elle peut à mon avis servir aux professionnels en tout genre (Com, Marketing, SI...) qui doivent justifier de l'intérêt d'un projet pour décrocher le budget qui va bien. Beaucoup de mensonges souvent dans ces cas-là, souvent dus à une incapacité des entreprises de gérer le risque ou l'échec, où la volonté (le rêve) est généralement que tout projet lancé soit sans risques, mais faut pas rêver...



samedi 7 janvier 2006

Amour et amnésie

C'est le titre du film diffusé sur Canal+ vendredi soir... Pour la synthèse : une jeune fille est incapable de reconstituer des souvenirs à la suite d'un accident. Elle se réville tous les jours en pensant être le 13 octobre. Sous le charme, un vétérinaire va progressivement trouver un moyen que la vie puisse continuer, et la jeune fille de commencer ses journées en visionnant une cassette video lui expliquant tout ce qui s'est passé depuis le 13 octobre...



Ca m'a fait penser que la France avait peut-être subi un accident (allez, un peu de polémique, vers 1981 ?) et qu'elle avait toujours l'impression de vivre à une certaine époque (éprouvant ainsi une certaine image d'elle même comme disait Le Grand).



Peut-être faudrait-il diffuser tous les matins le film de tout ce qui s'est passé ces 25 dernières années afin de perpétuellement "recaler les billes" et permettre aux Français de vivre au présent ?



Les Français découvriraient ainsi toutes les libertés qu'ils ont acquises depuis (radio, télé, Internet, téléphonie mobile...), que le communisme s'est effondré en tant que système pratique, que l'Etat n'est pas le mieux placé pour impulser le développement économique, que l'économie s'est considérablement globalisée (ce qui permet à quelques entreprises françaises de jouer dans la cour des grands - voire de s'en sortir grâce aux marchés étrangers, la contre-partie étant que des entgreprises étrangères puissent venir jouer chez nous...), que de plus en plus les entreprises sont toutefois obligées d'acquérir une dimension européenne ou à défaut, de développer des partenariats forts avec des entreprises des autres pays européens, car aucun pays de l'Europe ne peut s'en sortir seul, que la vertu du modèle européen est d'être exportable et que c'est un honneur que des pays souhaitent adhérer à notre modèle...   





vendredi 6 janvier 2006

Ethnocentrisme, quand tu nous tiens

Etonnant message reçu de la part d'un lecteur de Latinanews :



"Bonjour,
Je suis au mexique et je me demande s'il existe un salon de l'emploi pour francophone dans le pays ?
Merci d'avance de vos information"



Que répondre à cela ? Proposer à l'ANPE d'ouvrir des antennes à l'étranger pour aider nos compatriotes sur place à trouver du travail ? Se demander si il faut monter des salons de l'emploi pour anglophone ou hispanophone, ou autre languétrangèrophone en France ?



C'est quand même révélateur du niveau d'assistance que les Français attendent en permanence...



jeudi 5 janvier 2006

Je suis mobile...

Je suis heureux de vous annoncer le début de ma collaboration avec Kamayo dont la grande spécialité est la réalisation d'opé Rich Media sur téléphone mobile, 3G, EDGE...



Je vais assister Denis le fondateur (un grand monsieur...faut voir pour comprendre) pour m'occuper du pôle Web de l'Agence, tandis que Denis conserve la main sur l'offre Mobile.



Donc à bientôt pour :



  • Conception de présentations Flash pour dynamiser vos présentations institutionnelles, commerciales, marketing… 


  • Conception et réalisation de sites Web incluant Flash, Vidéos, Interactivité, 3D…


  • Conception et réalisation de modules marketing : jeux de bannières Flash, modules viraux « buzz marketing »


  • Création de sites ludiques et interactifs


A partir de maintenant, ça va podcaster audio et video à donf... 





mercredi 4 janvier 2006

Bonne année 2015...

Que le temps a vite passé... Je vais donc fêter cette année mes 45 ans, et vais pouvoir prendre le temps de gérer mes affaires, les quelques sociétés lancées au début des années 2000 ayant bien fonctionné.



J'étais bien là aux débuts de Web en 1995, mais j'avais quand même failli louper le train en 2005 lorsque le Web s'est accéléré (on parlait de Web 2.0 à l'époque). Je me rappelle comme 10 ans plus tôt les entreprises souriaient de nous voir nous enthousiasmer de cette révolution qui se produisait qui révolutionnait la communication, le marketing, la relation client... "c'est comme en 2000, c'est une bulle réservée aux initiés" nous disaient-ils. Dire que maintenant n'importe quel support écran vous permet de vous connecter dès lors que vous êtes à proximité. Ce réseau Google est vraiment ce qui nous a fait entrer dans le futur. On avait souvent l'impression de parler chinois pour reprendre une expression française de l'époque. Le chinois justement, j'ai eu un peu de mal au début, mais heureusement le dernier produit d'Apple, l'Ibrain, sorti il y a 3 ou 4 ans a facilité un peu les choses. J'ai pu apprendre  les bases en 7 nuits et en 14 nuits le niveau qualifié. Dire que j'avais prédit à mes enfants qu'ils parleraient Anglais dans leur travail... Il n'y a plus que les Américains qui pratiquent cette langue. Les pauvres ! Déjà qu'ils avaient du mal à se relever de leur crise économique quand les pays ont réclamé le règlement de la dette externe (heureusement que l'Inde a été très actif au Conseil de sécurité de l'ONU pour calmer les choses). Ils n'avaient vraiment pas besoin de ce tremblement de terre qui a fait s'effondrer la Californie... Enfin, les pays d'Amérique Latine et d'Afrique n'ont pas été chiches sur l'aide.



Cette année, nous allons fêter l'entrée de la Turquie dans l'Europe. Ca a été un peu compliqué au début, surtout en France, mais lorsque notre pays a dû reconnaître son état de banqueroute et se mettre sous tutelle de l'Europe, les négociations ont évolué. Depuis ça va mieux. Je me souviens avoir voté par téléphone mobile depuis mon lieu de vacances à une centaine de kilomètres de Rio où s'ouvrait le centre de remise en forme de L'Oreal (qui a racheté le Club Med en 2012). 



Sinon, pour Noel, mes enfants m'ont offert la dernière Nike Converse. J'adore ce modèle de voiture. Les choses ont bien évolué depuis 2 ans. On ne voit vraiment plus les panneaux solaires, et on peut à nouveau disposer d'un coffre maintenant que les batteries tiennent dans une boîte à gant situé sous la roue de secours.



Bon il faut que j'aille faire les courses. Ebay (qui a racheté Carrefour l'année dernière) fait des supers promos en ce moment sur les plateaux repas Danone...





Et vous, vous voyez ça comment en 2015 ?





mardi 3 janvier 2006

Internet attire de plus en plus les annonceurs américains

Source : http://www.lefigaro.fr/eco-medias/20051231.FIG0031.html



C'est par ce titre que Le Figaro livre les résultats d'une étude de Credit Suisse First Boston :



"AUX ÉTATS-UNIS, les investissements publicitaires sont littéralement aspirés par la Toile. Au point que, dans les projets d'allocation budgétaire des publicitaires, l'Internet est passé pour la première fois devant tous les autres supports, l'affichage et la presse magazine bien sûr, mais aussi la télévision... D'après l'étude menée auprès d'une centaine d'annonceurs par Credit Suisse First Boston, la part du budget consacrée à la publicité en ligne est passée de 17% à 23%, propulsant le Net de la quatrième à la première place des supports de publicité."



La raison principale de cette évolution ? Un meilleur retour sur investissment.



Comme je le maintiens depuis longtemps, les supports traditionnels de publicité sont incapables de lutter contre la "trace informatique" de la publicité en ligne. La pub online a pu connaître sa bulle dès lors que l'on a rapproché les coûts appliqués au départ (extrapolation des affiches pour mille) des résultats remontés par les logs informatiques.



Cela ne voulait pas dire que la pub online ne fonctionne pas. Cela veut simplement dire que les ratios et études utilisés par les médias traditionnels pour justifier les coûts d'achats d'espaces sont sur-évalués.



Et vous, votre investissement publicitaire sur le Net : il est en quelle position ?