mercredi 25 janvier 2006

Je l'ai lu...


"J'aime ma boîte, elle non plus". Mitigé à propos de ce livre...



Pour ma part, je n'y ai pas appris grand-chose de neuf que je n'avais détecté sur les tendances d'évolutions du monde du travail, sur les faiblesses de la culture française vis-à-vis de ces changements... sur ma décision d'être proactif plutôt que de subir - ne jamais courber l'échine, seulement temporiser parfois, douter tout le temps de ses certitudes (les mettre en perspective selon différents angles de lecture) mais être certain de ses convictions.



Or, tout le livre traite principalement de ces évolutions et de leurs conséquences sur les cadres en entreprise, de ce mal être que l'on pressent parfois lorsque l'on discute avec certains d'entre eux, des pertes de repères par rapport à ce qu'on leur avait promis à l'école. Donc, pour ceux qui ont déjà bien intégré la nécessité d'être autonome et proactif, je ne suis pas certain que cela leur apporte grand-chose - si ce n'est de les convaincre qu'ils ont vu juste un peu plus tôt que les autres.





En revanche, pour tous ceux qui sont le nez dans le guidon, qui ont l'impression de ne plus rien maîtriser de leur environnement professionnel, qui sentent une sorte d'épée de Damoclès au-dessus de leur tête alors qu'ils sont reconnus dans leur travail... pour tous ceux-là, ce livre peut sûrement fournir des clés de lecture sur ce qui les perturbe sans qu'ils ne puissent vraiment mettre le doigt sur l'origine du problème. Je pense notamment que l'exemple du skate-board est très pertinent (je ne vous en dis pas plus pour vous inciter à lire le livre :-) ), beaucoup plus que l'exemple du surf, adoré de nombreux DRH qui 1. n'ont sûrement jamais foutu les pieds sur une planche, 2. qui oublient (normal, ils ne connaissent pas) que la difficulté en surf est surtout dans le passage de la "barre".



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire