mardi 14 février 2006

La réalité des chiffres

D'un côté cet article dans Le Figaro titrant "Les radios cherchent la martingale pour les podcasts" et qui explique notamment le défi pour Médiamétrie qui livre les taux d'audience des médias. Le problème ? Médiamétrie produit ses résultats, pour la radio notamment, à partir de sondages : "...interroge un échantillon important de la population française entre septembre et juin chaque année. Un questionnaire précis permet de connaître la consommation de chacune des radios de la bande FM. Les sondés doivent fournir l'heure et la station qu'ils ont écoutée pendant la journée ainsi que la durée d'écoute." Vous êtes capables de dire précisément les radios que vous écoutez et les horaires ? Etonnant que tout le monde ne prétende pas écouter Radio Classique pour faire plus cultivé. 



Et voilà Internet qui déboule avec ses trackings numériques... Et voilà les podcasts qui permettent aus gens de stocker leurs émissions préférées et de les écouter quand elles le veulent (mais de pouvoir ainsi cour-circuiter les plages de pubs)... Alors paiera, paiera pas ? Paiera peut-être, mais combien ? D'ailleurs, les remontées d'informations actuelles sont tellement précises que l'on peut lire : "Mais il leur est bien difficile de savoir pour quel contenu l'auditeur est prêt à ouvrir son portefeuille". Si les radios sont incapables de savoir cela, comment font-elles pour tarifer leurs espaces pubs actuels. Il y a un petit paradoxe vous ne trouvez pas ?



D'ailleurs j'en parlais ici : http://jbp.typepad.com/jb/2006/01/internet_attire.html il y a quelques temps, avec cette prédiction qui semble se préciser (si je commence à me citer, je risque la mégalo...) : "Cela veut simplement dire que les ratios et études utilisés par les médias traditionnels pour justifier les coûts d'achats d'espaces sont sur-évalués." 



Et voilà cette autre information, tirée du Blog innovation des Echos : "Le grand soir aura bien lieu. Mais il sera numérique et se déroulera aux Etats-Unis. Le 17 février 2009, la télévision analogique va cesser d’exister. Le Congrès américain vient de voter l’extinction de ce signal, la mort programmée de la télévision telle qu’on l’a connue." 



A la place des instituts d'audience, je me pencherai rapidement sur la question afin de connaître les acteurs (comme Feedburner) capables de fournir des stats de fréquentations et d'abonnements à ces nouveaux flux d'informations en vogues : RSS, Podcasts, Vidcasts...etc.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire