vendredi 24 mars 2006

C'est de peer en peer

Lu dans La Tribune : les députés ont adopté la semaine passée l’amendement 150, surnommé par les socialistes « amendement Vivendi Universal ». Il stipule « qu’est puni de trois ans d’emprisonnement et de 300.000 euros d’amende le fait de mettre à la disposition du public ou de communiquer au public, sciemment et sous quelque forme que ce soit, un dispositif manifestement destiné à la mise à disposition du public non autorisée d’oeuvres ou d’objets protégés ».



Cela veut clairement dire que si vous travaillez sur un projet de logiciel facilitant le partage d'informations, vous vous mettez en position de hors la loi.



Alors que l'on nous bassine de discours sur la nécessite de favoriser l'innovation, ce genre de mesures me surprend (pour rester poli). Encore une fois, il semble que le problème soit pris à l'envers et qu'afin de protéger les baronies du secteur, incapables de s'adapter aux nouvelles donnes en imaginant de nouveaux modèles économiques, on préfère se brider volontairement.  Allez, je vous la joue grandiloquent : "Le refus de l'innovation est le père de l'exclusion".





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire