mardi 6 juin 2006

Le livre blanc

Beaucoup de sociétés d'études ou cabinets conseils publient LEUR livre blanc qui leur permet d'être légitime et se poser comme la référence dans leur secteur. C'est souvent pipeau & co, mais ça fait plaisir à la direction qui en général fait produire une étude qui prouve que leurs services permettent de pallier les problèmes mis au jour de manière scientifique. Ca permet aux équipes commerciales de pouvoir contacter tout un tas de prospects. Ca permet aux services communications dont l'activité principale consiste à faire des communiqués de presse à adresser quelque chose à des journalistes, et feuilleter nerveusement les jours suivants les quelques lignes d'articles qui consacrent la gloire (d'ailleurs, il suffit d'un encart de 3 lignes au fond de la sixième page en bas à droite pour que tout le monde soit satisfait. L'article (les lignes) en question  seront copieusement photocopiées au centre d'une belle page blanche pour que le PDG se rende compte que l'on parle de son entreprise dans la presse).... Mais bon, tout le monde joue ce petit jeu sympathique, et tout le monde (concerné) est content.


En général, il faut éviter de lire les conditions de réalisation de ces études parce que les panels font toujours doucement rire (ou sourire, ou pfiter - pfiter, c'est quand on fait pffft !). J'ai beaucoup ri en lisant le compte rendu de Frank Niedercorn (Les Echos) à propos d'une étude qu'il a reçue de la part de la société Unilog.


Les entreprises devraient se méfier : les journalistes doivent respecter un exercice imposé pour partie (la version papier, ou TV, ou radio), mais pour une autre partie ils disposent d'un espace de complète liberté où ils peuvent s'exprimer. Vous pensez qu'avant les blogs, on aurait connu le fond de la pensée de cet journaliste sur la réalisation de telles études ? 


Tags: ,




2 commentaires:

  1. Le plus fort dans tout ça c'est que j'ai cherché partout sur l'intranet sans pour autant trouver le-dit livre blanc. Le fond de pensée de l'employé restera donc 'sans opinion'.

    RépondreSupprimer
  2. Erratum : je me le suis fait envoyer par un collègue. Verdict après lecture.

    RépondreSupprimer