vendredi 29 septembre 2006

Le plus évident...

Allant voir Ben Hur au Stade de France ce soir (promis, je vous raconterai), je suis allé visiter le site du Stade. Voilà, j'aurais simplement voulu un "plan de la salle" pour savoir où se situent les entrées Est / Ouest / Nord / Sud par rapport à la route, au transport en commun...

En fait après quelques minutes de navigation, j'ai trouvé un petit picto m'indiquant Plan. Malheureusement celui-ci m'ouvre une image riquiqui, qui devient trop grande et sans possibilité de déplacement par la suite... bref, inutilisable.

C'est une erreur qu'on rencontre fréquemment que le besoin évident de l'utilisateur (du client) ne corresponde pas au besoin évident de celui qui s'exprime.



La fin des dinosaures...

On ne sait jamais quand c'est la fin. C'est sûrement ce qui fait le sel de la vie, ou d'une aventure. Pourtant l'analyse de la Raison devrait parfois conduire à développer cette prise de conscience. C'est parce que les dinausores ne possédaient pas cette faculté qu'ils n'ont rien vu venir.

Nous assistons actuellement à un changement d'ère, où de vieux dinosaures (vieux et dinosaures, vous imaginez !) ne semblent pas avoir pris conscience de l'extinction en cours. Il en est ainsi du Jospinus austericus qui avait pourtant annoncé tirer sa révérence il y a peu. Mais que voulez-vous, l'instinct de survie est parfois violent. Et c'est de la sorte qu'on loupe une sortie pour sombrer dans le pathétique. Egalement en cours, la disparition du Giscarosaure qui replonge dans sa mémoire et dans le débat national alors qu'il avait réussi à s'élever un peu dans l'au-delà européen. A noter au passage que le Giscarosaure rappelle à notre bon souvenir le Miterrandothèque en rappelant leur dernière rencontre : "mon cher Giscarosaure, il y avait bien un accord avec le Chiracopithèque pour assurer votre perte en 1981...". Le Chiracopithèque, justement, qui voudrait être le premier à disparaître debout et ne sait comment gérer son départ pour s'assurer malgré tout une bonne place dans les manuels d'histoire, mais sent bien que celle-ci est intransigeante... On pourrait également parler du Strausskahnisse, du Fabiuzipare...

Dans le monde de l'économie, il en est de même en ce qui concerne les milliers de PME dirigées par des hominidés agés de plus de 70 ans qui continuent vaille que vaille à s'accrocher à ce qui leur semble être leur vie... au risque que tout soit parterre le lendemain de leur départ définitif. Durer, c'est procréer. On constate toutefois une évolution justement de certaines nouvelles espèces qui n'hésitent plus à passer la main très tôt, sentant bien qu'entre le défrichage et le jardinage, il y a une réelle différence. C'est ainsi que Michel de Guilhermier passe la main pour ne pas finir en vieil aigle surplombant un conseil d'administration aux ordres. Se retrouvent dans cette situation des gens comme Marc Simoncini, Pierre Chappaz ... Comme si ces gens abordaient différemment le rapport à l'argent, au pouvoir, au temps, à l'Histoire.



jeudi 28 septembre 2006

Qu'est-ce qu'une frappe chirurgicale ?


recul du canon aie
Vidéo envoyée par backen
Quand on vous dit que les armes c'est dangereux...

Le site de Q

Mais oui, Mr. Q, celui de James Bond... Mois, j'adore les Spy Phones, les accessoires pour téléphones (je vous recommande celui-là d'ailleurs. Pensez-y lorsque vous êtes en négociation par téléphone...),  ou encore les jouets d'espions.

Il y a un côté amusant, mais à voir le niveau des produits disponibles dans le public, on se demande ce qui existe réellement dont on ne soupçonne même pas l'existence (j'vous dis qu'il y a un grand complot et que la vérité est ailleurs....).



mercredi 27 septembre 2006

La gendarmerie et Sony BMG recrutent...





Quel rapport allez-vous me dire ? Aucun, je vous rassure. Si ce n'est que j'ai reçu les 2 informations en même temps, qu'elles concernent toutes 2 des opérations de recrutements, et que ça me fait réagir.

Ci-dessous, un emailing relayé via les services de Monster pour une opération de recrutement de la gendarmerie nationale française. A mettre en perspective avec l'opération de l'armée de l'air américaine dont je parlais ici il y a quelques temps (mais bon, on fait avec les moyens dont on dispose...). A mon avis, ils ont dû utiliser Front Page pour la créa de l'email (j'espère que la créa a couté 0,00 euros mais je ne sais pas pourquoi, j'en doute...). Pour ce qui est du site vers lequel renvoie cet email, attention il y a un "flash" à l'entrée...




La
Gendarmerie nationale
recrute 13 500 hommes et femmes en
2006-2007



45
OFFICIERS DE GENDARMERIE,

chefs militaires et futurs dirigeants de
haut niveau

4 400 GENDARMES,
militaires de
carrière au contact quotidien de la population

6 000
GENDARMES ADJOINTS VOLONTAIRES,

militaires sous contrat chargés de
seconder les gendarmes de carrière

100 SOUS-OFFICIERS
SPÉCIALISTES

pour soutenir les unités dans les domaines administratifs
et techniques

3 000 RÉSERVISTES

pour
renforcer les unités de gendarmerie.










POUR TOUTE INFORMATION :
0 820 220
221

N°Indigo 0,09 € TTC/MN
www.recrutement.gendarmerie.defense.gouv.fr






En ce qui concernen BGM, c'est Aziz qui en parle ici. Pour tout vous dire, une de mes relations étaient en process de recrutement avec Sony BMG (l'histoire ne dit pas si le site en question concerne le poste qu'elle convoitait...) et avait été surprise de la méthode : 4 sélectionnés, à qui on remet 2 disques à sortir prochainement, l'objectif étant de remettre un dossier marketing de lancement des produits, en utilisant bien entendu toutes les méthodes de relais (buzz, viral, 2.0...) et le plan d'actions. Il semblerait que Sony ait trouvé que c'était pas mal, mais qu'il y avait sûrement encore mieux à faire en court-circuitant les cabinets de chasse, et au passage réaliser une opération de com.



Ce qui me dérange dans ce système, c'est la dépersonnalisation, la gratuité de la méthode, le bout de steak jeté en curée... Je ne suis absolument pas contre la compétition, la méthode qui consiste à stimuler des concurrents afin qu'ils prouvent leurs capacités. Mais c'est un peu comme ces entreprises qui organisent des compétitions d'agences (RP, Marketing Services...etc.), bien évidemment non rémunérées, qui mobilisent des quantités d'énergies incroyables, pour des résultats pas toujours à la hauteur des espoirs suscités. Quand il ne s'agit pas de compétitions passe-temps pour prendre l'humeur du marché ("Etonnez-nous"), pour finalement se rabattre sur une solution de continuité (avec toujours la fameuse excuse de la direction qui ne pourrait suivre).



Donc, si les entreprises veulent s'amuser à faire travailler les gens pour voir "si ça colle", peut-être pourraient-elles faire l'effort d'encadrer ces démarches au travers de CDD ou autres formules permettant de rémunérer l'engagement. Sinon, qu'elles ne s'étonnent pas de recruter des mercenaires.



Evolution

On ne dit plus "vous pouvez l'applaudir" mais "faites un maximum de bruits pour...". C'est trop "has been" d'applaudir. D'ailleurs, on ne dit plus "has been", mais "mocagland" - "mocagland" pour mocassin à gland (source "mocagland" : Fluide glacial). Eventuellement, on vous demande de faire un "big up", et ne croyez pas que ce soit réservé simplement pour le cas où il faut féliciter un "stand up". Le "stand up" étant l'évolution du "one man show". Enfin, tout ça, c'est juste pour le plaisir.




mardi 26 septembre 2006

Doodeel se dévoile (un peu) plus

Prland lui-même se demandait "c'est quoi ce truc ?" Veille2Com s'était livré à une longue analyse (dont la seule information correcte était d'avoir repéré l'initiateur de l'opération)...

Bon, moi je sais, mais je ne dirai rien... Mais comme j'ai reçu un email de la team Doodeel, je peux vous inviter à faire une nouvelle visite sur le site de Doodeel. Cela devrait vous éclaircir un peu les idées. En fait, il semblerait que le teaser avec les vidéos décalées ait bien plu, mais quelque peu induit les destinataires en erreur (et non pas enduit d'erreur, encore que...) qui sont à peu près tous partis sur une histoire de coach virtuel ... En fait, c'est assez phonétique comme nom ...

Technorati Tags:



Une nouvelle voix

J'ai enfin pris 5 minutes pour aller tester Vox, la nouvelle plate-forme de blog de Six Appart. Ma Vox est ici.

Je ne pense pas que cela me sera très utile, étant pleinement satisfait de mon compte sur Typepad, mais je pense que Vox peut séduire les ados mûrissants, qui se lasseront un peu de leur Skyblog ou Myspace, ou encore les débutants en blog qui trouveront là une plate-forme plus puissante que Blogger, tout en étant d'une rélle simplicité d'utilisation - enfin, il me semble car je me méfie toujours de ce qui paraît évident à ceux qui ont les doigts reliés en permanence à un clavier d'ordinateur.


Technorati Tags: ,



jeudi 21 septembre 2006

Communication et discussion en réseaux

Cette vision du réseau peinturlurée l'autre jour m'a rappelé que j'avais fait une note concernant les rapports entre une marque et ses univers connexes. Il s'agissait de sensibiliser sur le fait que les marques ne pouvaient plus se limiter à ne communiquer que sur leur marque, leur nombril, de façon presque autiste, sans tenir compte du monde extérieur. Comme l'a écrit Henri dans la Marketing de l'Ego, le client ne voit de son côté que son nombril, il veut qu'on s'intéresse à son nombril, sa personne... Si en face, vous ne communiquez qu'en vous regardant le nombril vous-même, vous créez une situation où 2 interlocuteurs ne peuvent croiser leur regard, chacun étant penché sur son ego.

Il m'a semblé que cela déterminait 2 stratégies de discussions possibles. La première est évidente, encore que compliquée à mettre en oeuvre car elle oblige effectivement à parler du monde extérieur. Monde proche, mais extérieur. La seconde est plus diffuse et sûrement plus difficile à maîtriser, mais me paraît plus en phase avec les évolutions actuelles du monde des réseaux. Cela ne remet toutefois pas en cause la nécessité minimale d'un présence institutionnelle (le nomentreprise.com - qui constitue toujours une source d'informations repères pour se faire une idée).

Stratégie N°1 : Vous créez un noeud de réseau, un univers de communication fédérateur qui va vous permettre d'identifier et de rassembler en un seul point l'ensemble des participants qui se retrouvent dans les valeurs discutées. L'idéal pouvant être de ne se contenter que d'être l'hôte et de laisser la libre parole aux participants (cf. Sony avec Playstation).

Stratégie N°2 : Vous vous rattachez aux différents noeuds de réseaux. Un travail préalable (et constant) impose d'être capable d'identifier les différentes sources (où est-ce qu'on parle de vous ? où est-ce qu'on parle de sujets qui vous intéressent - au sens des valeurs de votre marque). Ceci fait, vous éclatez votre com aux différents endroits où votre contribution au débat peut avoir du sens. Il ne s'agit en aucun cas ici de développer les stratégies "bidon" d'aller préempter des espaces de discussions. Vous savez, quand tout d'un coup un nouvel utilisateur (anonyme) apparaît sur un forum et se met à vanter avec forces répétitions les "Waouaahhh ce produit, qu'il est super !". En général, ça agace plutôt car la supercherie ne met jamais bien longtemps à être découverte. Il s'agit plutôt de participer aux différents débats, de se répandre, de développer ses réseaux plutôt qu'une forteresse. On contourne un mur, on n'arrête pas l'eau.




mercredi 20 septembre 2006

Le musée du Web

Je viens de découvrir le site Waybackmachine qui permet de retrouver les designs des sites web au fil de leurs évolutions... un vrai musée du web qui permettra aux historiens d'étudier les futures grottes de Lascau...



mardi 19 septembre 2006

Histoire belge

Je ne sais s'il faut en rire ou en pleurer, mais fallait-il vraiment que ce soit des belges qui demandent à ce que les extraits de leurs articles (des extraits, pas les articles complets) soient retirés du service Google News - version belge, sous prétexte de prblèmes de droits d'auteurs ?

D'une part, je ne comprends vraiment pas cette démarche où, je le répète, le service Google News n'est qu'un agrégateur de sources médias, dont il présente des extraits qui permettent ensuite de se rendre sur le site source.

D'autre part, parmi ces journaux, à noter la présence de Le Soir par exemple où l'on constate dès la homepage la présence d'un fil d'info en version RSS... faut-il solliciter l'autorisation de ce journal pour intégrer ce flux dans son agrégateur de flux RSS (Netvibes par exemple) ?

Faut-il y voir des remontées de carbu juridiques, héritages de réflexes passéistes ? Faut-il y voir une pointe de jalousie face aux revenus affichés par une société comme google ?





C to C

Avant, c'était assez simple. Vous pouviez grosso modo faire un cercle autour de votre point de vente, voire même autour des points de livraisons pour la vente par catalogue ou en fonction de vos capacités de communication et de transports, et vous aviez une idée relativement précise de votre potentiel de ventes. Les clients ne pouvaient pas échanger entre eux. Au mieux, avec un Club privilèges, ils avaient l'impression de faire partie d'un réseau d'initiés, qui restait toutefois complètement sous contrôle de l'entreprise.

ctoc
Avec le développement des réseaux, les choses ont tendance à se complexifier, d'autant que la prise de parole d'un seul point (fin de la barrière technologique permettant de produire et diffuser du contenu) peut se diffuser (contaminer) à l'ensemble, car on trouve toujours un chemin possible reliant les points entre eux.




Pub Toyota

Magnifique Pub Toyota
J'ai shooté cette pub Toyota dans le dernier Newsweek. On s'arrête forcément lorsque l'on tombe dessus. C'est intriguant. Ca interpelle. C'est terrien et aérien. On se dit que notre sort est entre nos mains... En espérant que les constructeurs vont enfin proposer du neuf en matière de propulsion.


Technorati Tags: , ,



vendredi 15 septembre 2006

Anthropologie du client

Hier :
Pékin lambda -> Prospect -> Client

Aujourd'hui / demain :
Pékin Lambda -> Prospect -> consolecteur -> Client -> consomacteur / consofluenceur




Technorati Tags:



Le papier électronique

C'est bizarre, ça n'intéresse personne ! Alors qu'il me semble que depuis l'époque (pas si lointaine - 2000) des e-book, ça a évolué considérablement. Désormais, la papier électronique fait une taille A4, pèse quelques grammes, et affiche en couleur. Je vous dis ça après lecture d'articles de presse (puisque c'est écrit par des journalistes professionnels, je les crois bien évidemment sur parole ;-) et quelques recherches sur les sites de Sony, Fuji, Siemens..., mais je dois quand même vous avouer que je n'ai pas trouvé une seule image concrète.

Actuellement, des tests sont réalisés en Belgique où  200 lecteurs du quotidien De Tidj testent depuis le mois de mars dernier, et en France avec Les Echos qui ont présenté leur version expérimentale également en mars dernier.

Quelques sources d'informations trouvées :
Article le plus éclairant sur Le Monde  
Concernant l'expérience des Echos
Pour aller plus loin : Nouvolivractu2.0 (J'adore le logo 2.0 très original) - mais bon, ne nous arrêtons pas à la forme...
Et une expérience vraiment toute récente de Décathlon en affichage publicitaire 

Alors, comment ça se fait que ce support ne suscite pas plus de demandes que cela, au moment où se développent de plus en plus de contenus en ligne (les blogs), où le consommateur veut décider de consommer où il veut... ?

En rapprochant ces informations de cette annonce d'Orange concernant le lancement de son offre 3G+ (débit allant jusqu'à 1,8 Mega/s), je vous fiche mon billet (électronique bien sûr) que 2007 devrait voir se pointer des feuilles A4 communicantes qui devraient encore bouleverser encore plus les rapports à l'information.



Technorati Tags:



jeudi 14 septembre 2006

Serge Girard

J'avais été passionné par la traversée de l'Afrique du couple Poussin, dont je parlais ici.

Je viens de découvrir Serge Girard (Le Grand Journal sur C+ puis une petite recherche Web), et je vous invite à découvrir le site et l'exploit : Paris, Tokyo en courant, sans stopper 1 seul jour, 19.300 km...

J'ai une profonde fascination pour ces exploits qui se révèlent (se magnifient) dans la durée, la ténacité, la volonté de ne rien lâcher. J'avais bien essayé il y a quelques années de faire la traversée de l'Atlantique en voilier en tant que coéquipier, puis finalement ça ne s'était pas fait. Finalement j'ai quitté l'administration... Mais je sais que j'ai toujours une veilleuse qui sommeille dans ma tête...

A un copain qui m'avait aspiré à la direction de la stratégie chez PPR pour un projet (novateur à l'époque) de création d'une société de vente par Internet de produits nomades et mobiles, à qui je demandais : "Pourquoi moi, alors que tu sais que je n'ai pas les tampons scolaires conformes à ce genre de structures ?" "Parce que tu as été jusqu'au bout de ta ceinture en aïkido..."

Les entrepreneurs doivent avoir conscience que c'est une course de fond qui les attend. Qu'il va y avoir des coups de pompes, des recherches de second souffle, des crampes... mais que cela va toujours de mieux en mieux au fil des étapes passées.

Les marketeux devraient avoir conscience que c'est une course de fond qui les attend dans l'écriture de leur histoire avec leurs clients, que c'est pas après pas que les relations se consolident.



Eduquer...

Eduquer, c'est donner un cadre, des repères... Cette pompeuse définition étant dite, je voulais simplement signaler la découverte via MyBlogLog le blog du Club Internet du Collège Louis Aragon (dans le 71 - vous vous rendez compte, même pas à Paris), menée de souris de maître par la charmante (d'après ce qu'en laisse entrevoir la photo) professeur de français, Christelle Membrey. 

Le blog est à mon avis apparu dans le prolongement d'un Club Internet déjà existant concernant le site Internet du collège et permettant aux élèves de toucher des neurones la gestion de projet, la gestion de l'information, la citoyenneté... et a sûrement permis d'accélérer le mouvement en créant des liens encore plus fort entre profs, élèves, parents. Je vous invite en particulier à lire les objectifs du projet qui permettent d'entrevoir la dimension appoprtée aux élèves.

Ayant eu l'occasion l'an passé de mettre le pied à l'étrier à des étudiants pos-bac, j'avais été impressionné du vide intersidéral rencontré, pas tant sur la prise en main de l'outil blog, mais concernant le fond, les thèmes choisis.

J'espère que ce type de projet se développera, et notamment au niveau du collège, qui me paraît une excellente période de la vie pour se confronter à ce genre de sujets et débarquer un peu moins naïf et/ou inculte sur les sites communautaires comme Myspace, Skyblog...etc. mais plus généralement pour savoir trouver l'information l'information, savoir la synthétiser, la croiser, la vérifier et enfin l'utiliser.

Bravo Chrystelle !



mercredi 13 septembre 2006

Relation 2.0

C'est Henri et c'est tout simplement à lire et télécharger ici.



Une grille de lecture marketing, tirée de la philosophie de Spinoza.

Comme cela avait fait l'objet d'une discussion avec Yannick lors d'un déjeuner, j'avais l'intuition que le marketing devrait de temps en temps se (re)plonger dans la philosophie. Ne serait-ce que pour rechercher le sens. C'est ainsi que je lis (et relis, parce que mes neurones souffrent) ce livre de JF Revel qui m'a entre autres fait redécouvrir Spinoza. Et en creusant, j'ai trouvé qu'effectivement Spinoza fournissait une grille de lecture intéressante de la perception. Et la perception, c'est important lorsqu'on véhicule un message.

Spinoza synthétise et résume 4 formes de perception :
 
a) par ouï-dire
La première forme fait appel à ce que l'on sait d'évidence, sans qu'on éprouve le besoin de le vérifier. Je connais le jour de ma naissance... Je peux connaître la circonférence de la Terre, sans pour autant prendre mon décimètre pour en faire le tour. 

Cas d'application : Lorsque Darty prend la parole, on rattache cela directement à la garantie, même si on a jamais acheté un produit chez eux et été confronté à leur service garantie.
 
b) par une certaine expérience vague
La deuxième fait référence à l'intuition, une vague perception des choses. Nous savons tous que nous allons mourir, car c'est ainsi. Nous l'avons vu autour de nous.

Cas d'application : Un copain me racontait que Carrefour ressortait des études consommateurs comme une marque chère en Turquie alors qu'il avait beau comparer sur XLS l'ensemble des produits, il était moins cher produit par produit. C'était oublié le fait que l'agencement était tellement bien fait que les gens avaient tendance à plus remplir leur charriot que lorsqu'ils allaient chez un concurrent.

c) par la conclusion d'une chose d'une autre chose
La troisième fait référence à une déduction logique de ce que nous percevons. En prenant du recul par rapport à un objet, il nous paraît plus petit. C'est ainsi que l'on déduit que la taille de la lune est bien supérieure réellement à l'idée que l'on s'en fait lorsqu'on la regarde.

Cas d'application : Si l'on vous promet un "satisfait ou remboursé", vous pouvez en déduire que le produit est bon (?).

d) par la seule vertu de son essence
La quatrième concerne une compréhension immédiate et instantané de ce que nous percevons.

Cas d'application : le Woosh de Nike qui suffit désomrais à signer les publicités. Même plus besoin de voix off, de musique, de signature... nous percevons l'ensemble de la marque et de ce qu'elle représente, véhicule.


Pour être tout à fait complet, il faudrait peut-être hiérarchiser les 4 modes de perceptions et voir comment un message peut évoluer pour passer d'une forme à une autre. Si certains s'en sentent le courage, qu'ils n'hésitent pas...
Egalement, si vous estimez que mes cas d'applications ne sont pas judicieux, n'hésitez pas à en proposer.

Enfin, je ne résiste pas au plaisir de vous livrer ces 2 extraits (TRAITÉ DE LA RÉFORME DE L'ENTENDEMENT ET DE LA VOIE QUI MÈNE À LA VRAIE CONNAISSANCE DES CHOSES) concernant la mémoire et l'oubli, que j'estime suffisamment clairs pour ne pas en rajouter :

"plus une chose est intelligible, plus facilement elle est retenue ; et au contraire, moins elle est intelligible, plus facilement nous l'oublions."

"La mémoire est fortifiée aussi sans le secours de l'entendement, et cela par la force avec laquelle 1'imagination ou le sens qu'on appelle commun est frappé de quelque objet corporel particulier. Je dis particulier, car ce n'est que par les objets particuliers que l'imagination est frappée. Qu'on lise, par exemple, une seule pièce d'intrigue amoureuse, on la retiendra parfaitement tant qu'on n'en aura pas lu plusieurs du même genre, parce qu'alors elle est seule à régner dans l'imagination ; mais qu'il y en ait dans l'esprit plusieurs du même genre, nous les imaginons toutes ensemble, et il est facile de les confondre."

Qui a dit qu'on ne pouvait pas méditer sur le marketing ?

 



mardi 12 septembre 2006

Les lettres "bateaux"

Jacques évoque les lettres "bateaux" qu'il reçoit de la part de candidats. Je comprends sa position, en qualité de recruteur.

Dans le même temps, je pense qu'il devrait évoquer les offres "bateaux" des recruteurs (cf. Monster, ou tous les autres job boards), les lettres et emails "bateaux" de ces recruteurs pour vous expliquer qu'ils ont bien reçu votre candidature, qu'ils vont l'examiner avec soin mais que "Sans nouvelles de notre part d'ici trois semaines, veuillez considérer que votre dossier n'a pu retenir notre attention dans le cadre des missions en cours" ou encore pour vous expliquer que : "Votre parcours nous semble tout à fait intéressant pour le poste à

pourvoir, mais notre choix se porte actuellement sur des profils plus proches

de ceux définis avec notre client. Il ne nous est donc pas possible de donner

une suite favorable à votre candidature.
"

Sincèrement, je pense que ce sont les cabinets de recrutement et les entreprises qui ont commencé... Donc, pas étonnant que la génération email qui maîtrise le Ctrl+C / Ctrl+V, quand il ne s'agit pas d'outils plus spécifiques, se mette au niveau des gens à qui ils écrivent. Je suis convaincu que ce n'est effectivement pas la bonne méthode, mais devant le manque de respect des "offreurs", on peut comprendre la facilité choisie par les candidats (à noter la présence de candide dans candidat ...).

Plus généralement, on reçoit en permanence des lettres (offres) personnalisées dont on décode rapidement (dès qu'on utilise un peu l'ordinateur) qu'elles n'ont rien de personnelles. Le grand mythe du marketing one to one... Au mieux, dès que vous travaillez sur de la segmentation avec des outils de diffusion informatique, vous pouvez réaliser du "one to few" (la recherche des "happy few"). Au pire, et plus classiquement, du "one to many" (qui passera auprès du lecteur non au fait des techniques utilisées). Mais en aucun cas du personnel, de l'intime.

Pour cela, il ne vous reste qu'à rédiger un par un en intégrant l'anecdote personnelle propre à chaque relation. Et pour être tout à fait sûr, utiliser du papier et de l'encre, et écrire à la main...  mais là , vous traitez des VIP (Very Important Person, ou Very Important Perfil).


.



lundi 11 septembre 2006

LCL dégaine la carte cadeaux...

... qui tue ! Henri qualifierait cela de tombage nutaire...

Je me suis toujours demandé pourquoi les cartes fidélité n'étaient pas directement gérées au travers de la carte bleue. Ca me paraît tellement évident que j'entrevois les objections qui pointent le bout de leur nez (c'est tellement plus pratique d'avoir un portefeuille dédié carte de fid !).

Le Crédit Lyonnais vient de lancer (tout du moins je viens de découvrir) la Carte Cadeau. C'est une carte bleue (paiement sécurisé et code 4 chiffres) créditée d'un montant prédéfini (utilisable sur 12 mois à partir de 12 ans), qui vous permet donc d'acheter ce que vous voulez (sauf retrait de liquide), où vous voulez (donc, pas lié aux marchands référencés), quand vous voulez (possibilité de faire plusieurs achats).

Je pense que ça va faire très mal aux spécialistes du chèque cadeau (Kadeos and co...). Bien évidemment, il faut être client LCL pour pouvoir offrir une carte, mais le destinataire peut être n'importe qui (et sûrement peut-être un futur client LCL ?).




Technorati Tags: ,



samedi 9 septembre 2006

Le Figaro met de la pub dans ses flux RSS

Pub_rss
Découvert cette pub (provenance Adserver) sur le flux RSS du Figaro de mon Netvibes.



Somme toute logique que les entreprises (surtout celles dont les revenus sont issus des annonceurs) utilisent ces flux. A ma connaissance, Le Figaro est le premier grand groupe à exploiter cette possibilité.



En revanche, si on doit commencer à trouver des publicités dans les flux RSS, alors autant proposer le contenu entier de la note, au lieu d'un court extrait cherchant à vous inciter à cliquer pour vous rendre sur le site officiel.



vendredi 8 septembre 2006

Les clients sont...

Sur Google (Pages France)
"client content" : 642
"client pas content" : 1310
"client mécontent" : 16500

Sur Technorati (Français)
"client content" : 33
"client pas content" : 8
"client mécontent" : 75


Finalement : ce n'est pas si impressionnant que ça Internet
Finalement (bis) : ça se repère assez vite un client pas ou mécontent

PS : Je ne garantis pas que vous trouviez exactement les mêmes résultats à un autre instant t, l'humeur des gens est changeante...



Technorati Tags: , , , , ,



jeudi 7 septembre 2006

Histoire de famille

Il est vrai qu'avec le développement d'Internet, les relations familiales sont quelque peu modifiées. Les grands parents communiquent avec les petits enfants par email. Les cousins déconnent via la webcam (l'autre jour, je croyais qu'il y avait plein de gamins dans la chambre d'à côté. En fait c'était juste la web cam laissée en marche, en liaison avec Marseille...). On convoque sa fille à déjeuner via MSN (ça évite d'hurler pour que le son monte les 2 étages).

J'avais déjà imaginé des situations où des couples mariés se retrouvaient sur Skype, entretenaient des correspondances enflammées sans savoir qu'ils se dévoilaient masqués... Je pense qu'il peut exister plein de situations cocasses à partir de ces identités numériques que chacun développe de faàon plus ou moins ouvertes.

Je vous invite à découvrir l'une de ces situations :


MDR pub
envoyé par dodo94



Musique gratuite : après Universal, EMI

Dans le prolongement de cette information qui concernait l'annonce par Universal de la mise en place d'une plate-forme de téléchargement gratuit de musique d'ici la fin de l'année, c'est au tour d'EMI de rejoindre la plate-forme SpiralFrog pour diffuser son catalogue de musique  (source : l'expansion).

De plus en plus de remour autour d'Apple, attaqué d'un côté sur sa plate-forme Itunes, et sur son Ipod par - Microsoft entre autres. Mais également des remous pour les acteurs locaux comme Fnac ou Virgin Mega, qui vont avoir du mal à sortir de leur schéma classique de distribution.

En parallèle, à noter cette annonce de Myspace (ou celle-là) de permettre aux artistes (en herbe et/ou non signés) de vendre eux-mêmes leurs oeuvres. Initiative qui préfigure une réelle évolution des circuits de distribution, puisque comme le signale Techcrunch, Myspace génère plus de traffic vers les sites marchands que MSN...


Technorati Tags: , , ,



mercredi 6 septembre 2006

Le 3235 de Carrefour : application pratique de Web2.0 (j'déconne)

Ligne Alerte Prix CarrefourPour mémoire, le Web2.0 c'est le collaboratif, l'interactif, l'implication du consomacteur... etc. etc.

A la sauce Carrefour, cela donne cette campagne de "consodélation" qui permet à Carrefour de disposer d'études de marchés et veilles concurrentielles à des prix défiants toute concurrence, le "collaborateur" étant rémunéré à la commission, celle-ci étant calculée par la différence entre le prix Carrefour et le prix concurrent. Bien évidemment, les fournisseurs devront expliquer comment ils ont réussi ce tour de force de se faire vendre moins cher ailleurs.

Technorati Tags: ,



La boisson peut sauver des vies

Si c'est la mort qui boit ...



Quand la mort glande
Vidéo envoyée par maverick2001




mardi 5 septembre 2006

Joga Bonito

J'adore cette implication de Cantona pour le beau jeu et l'exploitation par Nike de ces vidéos recueillies au travers de leurs différents sites...  A mon avis une tendance de fond qui va nous "overdoser" d'ici quelques temps (après Janet Jackson qui fait designer sa pochette, Shakira qui produit un clip fait avec des play-back de ses fans, Thierry Amiel qui lui aussi fait designer sa pochette...), mais pour l'instant, on peut en profiter :




Technorati Tags: ,



lundi 4 septembre 2006

Le syndrome de RETEP

Vous connaissez sûrement le syndrome de Peter(atteinte du plus haut niveau de son incompétence). On ne parle pas assez du syndrome de RETEP. C'est l'inverse : une sous-utilisation des ressources. Ca se produit en général dans des (dés)organisations, dans des structures trop hiérarchisées (toutes les décisions se prennent au niveau d'un petit noyau dur de décideurs, les autres n'ont plus qu'à exécuter ou mendier une autonomie relative), dans des structures trop riches en ressources humaines (poste en doublon, on se marche sur les pieds...), ou tout simplement trop riches tout court (on recrute des sur-dimensionnés), dans des structures orientées profils et non résultats (on filtre un CV sur des noms d'écoles parce que c'est rassurant) ...

Il ne faut pas sous-estimer le problème car c'est de plus en plus le cas avec le développement des stages et autres formules permettant de faire travailler les gens à bas prix. Mais pas seulement puisqu'avec le développement de l'économie dite "du savoir", les entreprises ont souvent tendance à recruter des compétences supérieures à ce dont elles ont réellement besoin (c'est ainsi que la gendarmerie qui avait décidé de ne recruter qu'à partir de Bac+2, et plus seulement au niveau du bac, s'est retrouvée avec des gendarmes ne cessant de demander "Pourquoi ?" à chaque ordre donné). Cela développe des formes de frustrations violentes, des difficultés de motivations, éventuellement des pertes de repères individuels. Ce n'est pas forcément en surqualifiant les défintions de postes que l'on tire une structure vers le haut. 



samedi 2 septembre 2006

Les films Coca

Il y a peu, beaucoup de monde a parlé de Coca et de son incompatibilité d'humeur avec les bonbons Mentos... J'ai cru comprendre que Coca-Cola n'a pas trop apprécié ce buzz incontrôlable (tiens, un truc de réflexion pour les agences : comment faire un truc incontrôlable ?).

Je ne sais pas si c'est lié, mais j'ai vu passer beaucoup de pubs pour cette boisson depuis quelques jours. Malheureusement, pas sur nos écrans français. Heureusement, Internet existe. Je vous en propose 3 qui m'on particulièrement plus. A noter la tendance à se rapprocher des univers de jeux vidéos...













Technorati Tags: ,



vendredi 1 septembre 2006

Introyable

Après le raz de marée qui nous a troimatisé avec le 118218 c'est au tour du 118333 de nous prendre le choux innonder de messages radios pour bien nous inculquer, tel un cheval de troyes pavlovien, le réflexe de composer ce numéro pour obtenir un renseignement téléphonique.
La répétition du 3 a donc grandement inspiré les concepteurs de la campagne (qui ont sûrement dû s'y mettre à trois) qui alignent des spots où 3 personnes qui ont 3 problèmes trouveront une solution avec le 118333, ou encore des situations où tout est 3 (avec une amende de 333 euros pour un défaut de port de ceinture. En vrai, c'est 90 euros, mais que fait le BVP). Quand certains pensent que la publicité est censée développer l'imaginaire et diffuser des valeurs de marque, je trouve que c'est vraiment troimatisant.



Identité numérique

Newsweek en date du 21 août développe un article qui concerne un service développé par l'université Carnegie Mellon à Pittsburgh en Pensylvanie, dont le nom est Identity Angel. Ce service scrute le web à la recherche de la "sainte trinité", autrement dit les 3 données clés permettant de valider l'identité d'une personne aux Etats-Unis : nom et adresse, date de naissance - souvent déclarés par les gens eux-mêmes lorsqu'ils s'abonnent, achètent..., mais également le numéro de sécurité sociale. En regroupant ces informations, des personnes mal intentionnées peuvent usurper des identités. Dès lors que Indentity Angel trouve un résultat, il prévient par email la personne concernée des risques qu'elle encourre.

Il est à signaler également l'initiative de la société Ziki qui utilise le nom de ses membres pour acheter des mots clés et des espaces publicitaires via Google Adsense. Cela avait interpellé Aziz il y a quelques temps. Cela agace franchement Guillaume qui refuse ce procédé.

Avec les blogs et les services de réseaux sociaux, votre identité numérique se précise...
Si auparavant, une recherche Google de votre nom+prénom pouvait faire remonter quelques participations dans des forums, des participations à des conférences... pas grand chose toutefois ne permettait réellement de se faire une idée précise de votre personnalité. Avec le développement de vos activités sur les blogs - en tant qu'auteur, ou commentateur, tout cela se précise et s'affine. C'est ainsi que certains ont pu se faire repérer pour leur passion et se faire embaucher. Mais c'est ainsi que certains peuvent rater une embauche.


Allez j'avoue, je suis allé visiter les videos "olé olé" sur Dailymotion et Youtube (je vous jure, c'était juste à des fins d'ethnologues). Le résultat m'a un peu effrayé. Certain(e)s risquent de regretter dans quelques temps leurs délires d'ados devant une webcam ou filmés par les copains. En y repensant, c'est tellement facile et simple et amusant sur le moment, qu'en me rejetant quelques années en arrière, je me dis que "ouf", heureusement qu'à l'époque rien de tel n'existait. On me racontait ainsi l'anecdote de cette fille, dont les résultats de googling  présentaient des liens sur des photos de nues dès les premiers résultats. Pourtant, elle avait bien demandé à faire retirer les photos. C'était oublier un peu vite les systèmes de cache qui conservent les traces, mêmes celles effacées... Il faut faire attention avec les bits, ça laisse toujours des traces !

Plusieurs pistes de réflexions :
1) Heureusement que l'informatique conserve des traces. Ce sont les livres de demain pour que des historiens ou sociologues puissent comprendre comment cela se passait à l'époque
2) Comment toutefois contrôler réellement les traces que l'on laisse sur Internet ? Comment éventuellement demander à disparaître de certains endroits, voire complètement ?
3) Comment inculquer ce "risque" aux jeunes qui débarquent sur Internet avec à disposition : email, MSN, Myspace et "délirent" entre eux. Si les RH s'amusaient à Googler les stagiaires, cela pourraient en surprendre plus d'un.