lundi 4 septembre 2006

Le syndrome de RETEP

Vous connaissez sûrement le syndrome de Peter(atteinte du plus haut niveau de son incompétence). On ne parle pas assez du syndrome de RETEP. C'est l'inverse : une sous-utilisation des ressources. Ca se produit en général dans des (dés)organisations, dans des structures trop hiérarchisées (toutes les décisions se prennent au niveau d'un petit noyau dur de décideurs, les autres n'ont plus qu'à exécuter ou mendier une autonomie relative), dans des structures trop riches en ressources humaines (poste en doublon, on se marche sur les pieds...), ou tout simplement trop riches tout court (on recrute des sur-dimensionnés), dans des structures orientées profils et non résultats (on filtre un CV sur des noms d'écoles parce que c'est rassurant) ...

Il ne faut pas sous-estimer le problème car c'est de plus en plus le cas avec le développement des stages et autres formules permettant de faire travailler les gens à bas prix. Mais pas seulement puisqu'avec le développement de l'économie dite "du savoir", les entreprises ont souvent tendance à recruter des compétences supérieures à ce dont elles ont réellement besoin (c'est ainsi que la gendarmerie qui avait décidé de ne recruter qu'à partir de Bac+2, et plus seulement au niveau du bac, s'est retrouvée avec des gendarmes ne cessant de demander "Pourquoi ?" à chaque ordre donné). Cela développe des formes de frustrations violentes, des difficultés de motivations, éventuellement des pertes de repères individuels. Ce n'est pas forcément en surqualifiant les défintions de postes que l'on tire une structure vers le haut. 



4 commentaires:

  1. Ajoute à ça le fait que c'est le meilleur moyen d'accentuer le phénomène d'inflation des diplômes.
    RETEP => surqualification => besoin de toujours plus de diplômes pour atteindre les postes 'intéressants'=> nivellement du niveau des candidats => sélection à un niveau supérieur pour le même poste => RETEP, etc.

    RépondreSupprimer
  2. @Amaury : d'accord avec toi...
    Au fait, je pense que c'est le syndrome de Gaston dont il s'agit. J'ai toujours considéré que Gaston était sur-dimensionné pour son poste.

    RépondreSupprimer
  3. C'est aussi lié à mon avis au fait que l'on pousse de plus en plus les gens à faire de longues études plutôt que des études adaptées aux besoins des entreprises.
    Et qu'on leur laisse croire que parce qu'ils font des études en marketing par exemple ils feront tous un jour du marketing stratégique...

    RépondreSupprimer
  4. A quand le gendarme Bac+8 qui non seulement va demander 'pourquoi?' mais aussi 'combien?'

    RépondreSupprimer