mercredi 31 janvier 2007

Un Post-it à suivre

L'ami Damdam qui est le fameux créateur du système de Post-it pour blogs vient de recevoir un courrier susceptible de l'inquiéter de la part de 3M via son service de gestion de nom de domaine, la société OVH.

Plusieurs remarques :
- La réaction de la société 3M est très tardive et confirme les lacunes de ces groupes pour suivre ce qui se passe sur le Web ;
- Le caractère juridique de la prise de contact est très maladroit et confirme la prééminence des process sur les comportements humains ;
- Il aurait été préférable que 3M prenne directement contact avec l'auteur pour immédiatement mesurer si c'était une volonté délibérée de sa part de nommer ainsi son petit utilitaire ;
- Ils auraient pu constater que non, et devant l'impréparation de l'auteur, 3M aurait pu réaliser une bien belle opération;

A suivre donc, pour voir si des personnes de 3M (autres que les pots de colle du service juridique) ayant un peu de jugeotte seront capables de capitaliser sur cet utilitaire, plutôt que d'exposer la marque à une salve de notes de rétorsions de la part des fidèles utilisateurs du système Post-it, sans compter les autres.



mardi 30 janvier 2007

Contrôle de site

Il existe des outils logiciels qui permettent de s'assurer que des liens de votre site ne sont pas rompus. Si les relations avec votre informatique sont compliquées, il est envisageable de confier la responsabilité à une personne de votre service (stagiaire par exemple) pour qu'elle assure un plan de consultation périodique pour s'assurer que votre site ne présente aucun problème...

Un moteur de recherche qui ne fonctionne pas, c'est comme s'il n'y avait personne à l'accueil. Une rubrique Bonnes Affaires qui affiche une page Erreur 404, c'est comme si vous mettiez un corner vide en plein milieu de votre boutique...



Stratégie Web pour petites entreprises...

... dynamiques et pragmatiques.



L'objet de cette note est de fournir quelques repères méthodologiques et d'outils pour de petites entreprises, et entrepreneurs, qui souhaitent développer et maîtriser leur communication sur le Web, à budget très réduit.
J'entends par petites entreprises des sociétés de moins de 10 personnes. Au-delà, se posent normalement d'autres problèmes d'Intranet, d'architecture de SI pour établir des ponts avec des fournisseurs, clients, partenaires..Etc. Mais ce chiffre ne constitue en rien un couperet.
A noter également qu'il s'agit d'une stratégie visant à développer sa communication par héritage du principe des blogs, donc des univers connexes dont je parle ici.



1 - En amont : un peu de réflexion... 
Avant de se lancer dans la création d'un site, il est bon de définir ce que l'on va mettre comme contenus. Comment on va les organiser. Il faut savoir qu'en matière de présentation Corporate, il n'est pas forcément utile de réinventer la roue. Un site comme templatemonster peut largement vous inspirer les quelques pages principales qui permettent de définir :
- qui vous êtes ?
- ce que vous faites ?
- comment vous le faites ?
- comment vous contacter ?



Pour la méthode, rien n'est plus amusant (et structurant) que d'utiliser quelques post-it (ou des feuilles A4 si vous avez beaucoup de choses à dire, mais le post-it c'est plus pratique), d'inscrire sur chacun d'eux le titre et de placer cela sous forme d'arborescence. Vous pouvez reprendre l'arborescence ainsi obtenue sur un Power Point (vous voilà devenu consultant) pour pouvoir ensuite détailler chaque contenu de page. A ce sujet, utiliser une police pas plus petite que 14 points est structurant car cela vous évite d'écrire un roman sur chaque page.



Vous devez normalement aboutir à la définition de quelques rubriques essentielles au sein desquelles vous disposez de quelques pages d'informations. N'oubliez pas qu'au-delà de vos informations de base Corporate, il vous faut définir l'environnement dont vous allez parler (cf. univers connexes). Cela vous permettra d'utiliser votre site comme une véritable tribune de prise de parole, et asseoir au fil du temps votre expertise et vos valeurs.



2 - Création du site.
Je vous conseille par la suite l'utilisation de Typepad. Je n'ai pas d'intérêt particulier pour cette plate-forme, mais à l'heure actuelle, c'est celle que j'ai le plus expérimentée et qui me semble le mieux répondre à des utilisateurs néophytes en matière de connaissance HTML ou tout simplement informatique.



A la création de votre compte Typepad, faites attention au nom que vous allez donner à votre site. C'est ce nom qui va être utilisé pour structurer votre adresse Internet de type http://votreentreprise.typepad.com (vous pourrez par la suite faire un raccordement pour obtenir une adresse plus standard de type www.votreentreprise.com, mais cela demande quelques manipulations...).



Vous choisissez un modèle de présentation 3 colonnes et un design standard (tout cela pourra évoluer par la suite...).



Vous pouvez commencer à injecter votre contenu à partir des pages d'informations définies précédemment. Pensez à rattacher ces pages à des catégories que vous défnissez au fur et à mesure que vous en avez besoin.



3 - Affiner le site.
Vous pouvez maintenant consulter votre site en ligne, et ajuster les éléments constituant les colonnes latérales. Via la fonction Habillage, vous pouvez aller sélectionner les contenus que vous aller utiliser. Les essentiels me semblent être : Catégories, Dernières notes, Derniers commentaires. Via la fonction "Organiser" vous pouvez (re)positionner ces "briques" dans les colonnes de droite ou de gauche, comme bon vous semble.



Pour présenter l'essentiel de votre entreprise :
- soit vous utilisez la page mise à disposition intitulée "A propos",
- soit vous avez défini une catégorie d'informations dédiée à ce sujet. Dès lors, toutes les notes que vous rangerez dans cette catégorie seront affichées lorsque les lecteurs consulteront cette catégorie.
- Plus tard, vous pourrez éventuellement ajouter une brique en créant une Typeliste dédiée (soit en utilisant la Typeliste option Liens, soit en utilisant la Typeliste option Notes mais il vous faut savoir dans ce cas comment écrire un lien en HTML...) 



4 - Ajouter un abonnement emailing. 
Si Typepad propose un lien S'abonner à ce site, il ne s'agit que du service d'abonnement RSS, encore très peu utilisée par le commun des internautes. Je vous conseille donc d'aller ouvrir un compte sur Feedburner. Il vous suffit de renseigner l'adresse de votre site et de suivre les étapes indiquées par Feedburner. Dès que votre compte est en place, pouvez récupérer dans la partie "Publicize" les fonctions pour proposer l'abonnement à votre site soit sous forme de flux RSS (avec le bouton reconnu de tous), soit sous forme d'abonnement Email. Un accord entre Typepad et Feeburner vous évite des manipulations de code puisqu'il vous suffira d'indiquer à Feedburner que ces services sont à placer sur votre site Typepad.



5 - Suivre les statistiques de votre site.
Le service statistique de Typepad est très insuffisant. Je vous conseille donc d'aller ouvrir un compte sur Google Analytics qui vous permettra d'obtenir des tableaux de bord relativement clairs, que vous pourrez d'ailleurs fournir par la suite à vos partenaires, ou fournisseurs qui auraient à travailler sur une évolution de votre site.
Vous allez en revanche devoir copier / coller un bout de code qui vous est fourni par Google pour que le service Statistiques soit opérationnel sur votre site. Je vous recommande dans ce cas d'aller créer une Typeliste option Notes que vous intitulerez Statistiques. Vous pourrez coller le code fourni par Google Analytics dans un élément de cette Typeliste. En ne mettant pas de titre à l'élément de cette Typeliste, ce code sera transparent au niveau du site.



Nota : les Typelistes en format Notes vous permettent de saisir ce que vous voulez dans un élément de cette Typeliste : du texte - votre numéro Vert par exemple, ou du code - des liens directs, une image, un logo...). A expérimenter pour se faire la main. N'oubliez pas que, via l'onglet Habillage, vous pouvez à tout moment ajouter ces Listes dans vos colonnes, les retirer..Etc.



6 - C'est parti !
Voilà, vous avez un site qui tient la route. Vous pouvez l'alimenter au jour le jour en fonction de l'actualité de votre entreprise, votre secteur, les secteurs qui sont proches de votre entreprise... Faites ceci pendant quelques jours (1 semaine ou 2) afin de bien prendre en main l'outil, de bien vous habituer à alimenter le carnet de bord de l'entreprise que vous vevez de créer et qui sera votre lien essentiel, votre principale tribune d'expressions, auprès de vos clients, prospects, partenaires... et qui améliorera votre référencement.



Ceci fait, vous pouvez commencer à informer par email vos différents contacts et les inviter à s'abonner au site. Ils ne manqueront pas de vous transmettre leurs suggestions, directement par email, ou par le biais de la fonction commentaire associée à chaque note.



7 - ... Mais ce n'est qu'un début !
Il vous faut être attentionné avec les personnes qui viennent commenter sur votre site  : leur répondre, aller voir leur site, déposer des commentaires chez eux. Il ne faut pas hésiter à faire des liens vers des sites que vous trouvez intéressants.



Il vous reste par la suite à explorer Technorati (site d'indexation de blogs), Youtube (site de partage de vidéos) ou Dailymotion (idem mais FR), Flickr (site de partage de photos), Mybloglog (réseau social qui permet d'avoir les photos d'identités des vistieurs et commentateurs), Google Adwords (pour gérer votre publicité)...etc.



Vous aurez ensuite des velléités d'améliorer le design de votre site (Habillage avancé, puis personnalisation des CSS), d'intégrer des fonctionnalités de formulaires...



Tout cela est normal et faisable, mais  : si tous les chemins (du référencement) mènent à Rome, celle-ci ne s'est pas faite en un jour.



samedi 27 janvier 2007

L'économie des mashups

Mashup, vous l'aurez deviné, est un terme anglais qui désigne (grossièrement) l'assemblage de fonctionnalités diverses existantes, pour créer un nouveau produit ou service. En fait, si vous allez voir la définition sur Wikipedia, vous constaterez que c'est à l'origine un terme créole signifiant destruction...
L'Iphone, assemblage d'Ipod et de Téléphone mobile, est un mashup. Les boutiques Astore d'Amazon vous permettent de développer votre mashup. De même que les services de Google (Google Maps par exemple), la possibilité de construire des briques d'informations à partir de flux RSS, d'agréger des flux RSS...etc.

Ce sont donc des applications, ou des produits, qui ne sont pas des inventions, au sens puriste de la création. Ce sont pourtant des innovations. L'avenir est aux DJ de la techno(logie) et des innovateurs du marketing. Les mashup connaissent un fort développement avec les stratégies d'ouverture technologique proposée par les grands noms du Web (Amzon, Google..etc.), qui donnent librement accès aux composants, programmes, modules qu'ils ont développé.

Le modèle économique sous-jacent est un modèle d'affiliation. Celui qui fournit le composant assure toute la chaîne logistique et économique. Celui qui exploite le composant perçoit une commission en cas de vente. Ainsi, si je veux créer une librairie élitiste, j'ai sûrement plus intérêt d'exploiter le service Astore aifn de ne proposer que le Top50 des meilleures ventes, plutôt que de tout recréer...

Quelques questions pour les entreprises :
- Quelles briques peuvent-elles mettre sur la place publique pour permettre à de nouveaux entrants de développer des services innovants ou très ciblés ? (Pensez au potentiel pour les grands VADistes français, ou les acteurs de la distribution) ?
- Quelles briques internes peuvent-elles être assemblées pour proposer de nouveaux services ?
- Quelles briques externes peuvent-elles être exploitées, ajoutées plutôt que recréées pour renforcer ses services ?




La mer est (toujours) ronde

Je n'ai trouvé que Jacques Froissant qui en parle... "La mer est ronde" est le titre d'un de ces livres. En temps normal, on lui aurait consacré un peu plus d'espace média. Mais l'abbé Pierre a occupé tout l'espace disponible.



Bon vent Jean-François Deniau.



mercredi 24 janvier 2007

Web corporate vs. blog corporate, le gène manquant : la passion

Comme on me demandait récemment la différence majeure entre une communication coporate traditionnelle et une communication corporate dérivée des concepts du blog, je me suis dit que c'était la passion.

La différence d'intérêts ne relève pas des thématiques abordées. Sans entrer dans les sujets personnels (et encore moins intime), un blog corporate dégage une saveur autrement plus attrayante qu'un site de communiqués de presse ou de fiches produits.

La passion est la différence entre la forme impersonnelle et la forme personnelle ; entre l'implication professionnelle et l'implication personnelle ; entre une personne morale (concept abstrait) et une personne physique. C'est une question d'engagement.



Je soutiens Nicolas

Hulot (tête de chouette !). Ayant eu l'opportunité de l'écouter ce soir à Paris Blogue-t-il, j'avoue avoir mieux compris son engagement, sa démarche, le rapport de forces qu'il tente d'établir avec les politiques. J'ai un problème à la base avec les écologistes à la française (en français dans le texte), leurs gesticulations, leur absence de vision, leur absence de pragmatisme et de réalisme. Preuve en est leur formidable unité... J'ai eu peur il y a quelques semaines en voyant Hulot débarquer dans le paysage. L'explication de ce soir m'a rassuré. Cet homme n'a pas d'ego. Autrement, il aurait facilement pu faire comme Noël Mamère et faire main basse sur le parti des Verts. Au final, créer un nouveau courant dans ce troupeau et terminer l'élection entre 5 et 9% des voix... et puis plus rien. C'est toute l'intelligence du travail de Nicolas Hulot que d'avoir impliqué tous (ou presque) les candidats, afin que quel que soit celui (ou celle) qui sera élue, il puisse se rappeler à leur bon souvenir.

Bien entendu, ce rapport de forces (la seule chose que comprennent les politiques - qui ne nous pensent pas prêts soit dit en passant pour intégrer la dimension environnement à l'évolution des règles de vie en société qui s'imposeront) dépend du soutien affiché. Alors je vous engage à aller jeter un coup d'oeil sur le site www.pacte-ecologique-2007.org et à signer le Pacte écologique.

Pour les blogueurs qui étaient présents, j'espère que vous saurez relayez cette action (il ya des bannières et des vidéos "virales" sur le site). Pour une fois qu'une opération de Buzz intègre une véritable dimension sociétale, j'espère que vous saurez en faire bon usage et démontrer votre influence, votre pouvoir viral...

Pour les autres, je pense que vous n'aurez pas de mal à trouver des notes détaillées sur l'intervention de Nicolas Hulot, et j'espère que vous saurez prendre vos responsabilités.




lundi 22 janvier 2007

Google Librarian Vs. Quaero

Vite fait, bien fait !

D'un côté, Google, qui connaît quelques tensions concernant son projet de Librairie universelle - notamment avec les libraires, maisons d'éditions...Etc. réagit et ouvre le blog http://librariancentral.blogspot.com/

De l'autre côté, la réplique européenne, Quaero, dont on entend parler que par blogs interposés (pas dans des termes très sympas du reste), propose une page http://www.quaero.fr/ dramatiquement calamiteuse... Il aurait pourtant suffi que les 2 zozos présentés en haut de la page (le contact industriel de Thomson et le contact recherche du CNRS) ouvrent un blog et racontent leurs quotidiens de porteur de projet révolutionnaire européen pour réinventer le monde de la diffusion de la culture littéraire...

ça n'aurait sûrement pas changé le fond du problème, mais aurait au moins permis de disposer d'un point central de discussions. Agilité contre lourdeur.




Technorati Tags: ,



une boulette à 2,6M d'euros

Le palmares 2007 de l'argent des chanteurs vient d'être publié par Le Figaro. Le trio de tête est composé de :
- Johnny(8,75 millions d'euros), qui a dû retourner au charbon après avoir quitté sa maison de disque originelle qui a conservé les droits... faudrait faire quelque chose pour ces vieux obligés de travailler après 60 ans ;
- Mylène Farmer (3,28 millions d'euros), ou l'anti-communication comme art de la communication ;
- Diams (2,66 millions d'euros) ;

Je reste dubitatif. D'un côté, ces gens n'ont que ce qu'il mérite. Cela n'est certainement pas dû au hasard. A noter, que ce sont des artistes qui multiplient les concerts, donc ne se contentent pas de pondre des disques et d'assurer une promotion média. Du reste, avec l'effondrement des ventes de disques ces dernières années et la refonte de l'économie de la distribution dans ce secteur, c'est rassurant de voir que les premiers sont ceux qui bossent.
D'un autre côté, j'avoue qu'à la lecture de ces textes, je me demande si je n'ai pas loupé un truc (le fait d'aller jusqu'au bac, et même de continuer après... quel c...).




Naturally7 - Internet s'affirme comme une antichambre

Découvert via Aziz, je vous invite à regarder cette vidéo du groupe Naturally 7, en concert sauvage dans le métro de la Ligne1.




Cette vidéo mise en ligne mi-décembre connaît déjà près de 40.000 visionnages (ce qui est très rapide et important...). La mise en ligne étant effectuée par un utilisateur s'appelant  "Lapasprod", autant dire que l'objectif est la promotion par ses propres moyens du groupe et de sa production pour se faire connaître. Nul doute que cela devrait fonctionner au rythme de propagation de cette vidéo.



Cela confirme qu'Internet joue de plus en plus un rôle d'antichambre, de filtre, de sélection... pour découvrir ceux qui auront ensuite le privilège d'être relayé en mass media. Il y a l'exemple de Ron qui a commencé à se faire connaître par son blog, avant de voir son premier roman édité (La chambre d'Albert Camus). Il y a l'exemple de Zazon qui s'est taillée sa réputation avec ses vidéos rajeunissant le concept de la caméra cachée, et qui maintenant est visible sur France4, dans l'émission Toutaz.  Il y a encore Vinvin qui a développé des projets avec Canal+, et s'il continue comme ça va être le premier French blogueur à se faire transférer à Hollywood... Il faut également prendre en compte les nombreux artistes qui développent leurs premières promotions via des relais comme Skyblog, Myspace...Etc.



J'ai parlé d'antichambre, mais on pourrait aussi qualifier cela de cabaret moderne. Comme les artistes il y a quelques années apprenaient leurs armes dans les cabarets, les nouveaux artistes débutent sur Internet avec tous les moyens à leur disposition : le blog, la vidéo, le son, les sites communautaires, les relais sociaux... et le verdict est impitoyable. On évoque toujours ceux qui émergent, mais on oublie que derrière eux en existent des milliers qui aimeraient développer un peu de traffic, mais pour qui la mayonnaise ne prend pas. C'est également un formidable vivier pour les maisons d'éditions, les producteurs de musique, d'émissions...etc. qui ont une vision immédiate des réactions que suscite tel ou tel apprenti artiste. A n'en pas douter, cela devrait bouleverser quelque peu les modes de sélections des émissions type Starac ou Nouvelle star, les futurs romanciers, éditorialistes, groupes de musique, chanteurs...etc.





jeudi 18 janvier 2007

Une page se tourne...

Selon le communiqué officiel : "Après une année passée auprès de Kamayo, riche d'expériences et d'intensité, ma mission prend fin. J'ai décidé de poursuivre mes activités vers d'autres horizons, toujours liées au secteur Stratégie et Conseils en Nouveaux Medias. (...)"

L'occasion pour moi (de tenter) d'éclaircir l'organisation de mes activités professionnelles. Du reste, c'est encore un peu tôt pour être pleinement précis sur ce sujet. Je reviendrai là-dessus dans quelques jours. Toutefois, dans les grandes lignes, l'organisation en cours de définition devrait donner :

- Offre Web2.0 : développement de mon expertise "Conseil en stratégie d'usage des nouveaux médias" au travers de Com'ondemanD (qui n'était pour l'instant qu'une signature de marque sans grande réalité), qui me permet également de proposer des services d'ingénierie en Marketing Interactif ;

- Offre Systèmes d'informations : développement d'une offre " Conseil en organisation et statégie de systèmes d'informations" au travers de (en cours de formalisation) ;

- Offre Secteur Distribution  : développement d'une offre " Conseil en organisation et stratégie de développement de la dynamique commerciale" au travers de (en cours de formalisation) ;

- Bien entendu, je conserve un oeil (direction de la rédaction) sur le développement de la revue Latinanews, qui est en train de trouver un second souffle depuis mes discussions avec Mister Labedan.

Vous l'aurez compris :
"oui" je précise tout cela dans quelques jours (je vous donnerai même la répartition du temps passé),
"non" je ne regrette rien,
"oui" je persiste et signe dans ma volonté d'indépendance,
"non" je ne suis pas aux 35 heures,
"oui" vous pouvez me contacter si vous pensez que mon expertise peut vous permettre de progresser sur un de ces sujets ...

La fonction Commentaires est là pour ça. N'hésitez surtout pas à me dire si tout cela vous paraît confus, super, trop complexe, bien structuré, n'importenawak... Votre regard externe est important (primordial) pour moi.



Arcelormittal.tv : une très (très) bonne initiative

Creating History

Documenting the Creation of One of the Greatest Companies in the World


Je découvre via Emmanuel le lan cement de http://www.arcelormittal.tv/

C'est une Web TV Corporate créée dans le cadre du processus de fusion entre Arcelor et Mittal. Les processus de fusion, comme chacun sait, sont des périodes douloureuses. Doutes, doublons, réorganisations, plans sociaux... et la littérature est prolixe sur la manière de gérer ces périodes de transition - même si la réalité est toujours autre.

Ce qui est très intéressant dans cette initiative :

- un mastodonte est capable de mettre en oeuvre un projet faisant appel aux moyens modernes de communication (vidéos, blog, commentaires, notations...). Il ne faut toutefois pas oublier que Mittal est un groupe indien, donc pays émergent, donc autre approche de la modernité.
- l'initiative est mise en place très tôt, et devrait donc logiquement s'inscrire comme le canal de référence pour suivre le déroulement des opérations.
- c'est une plate-forme ouverte tant à l'externe qu'à l'interne. Il est toutefois encore un peu tôt pour voir comment vont se développer le lectorat, la gestion des commentaires, la part des réactions provenant de l'interne, de celle de l'externe... Toutefois, c'est une logique de transparence opérationnelle encore jamais réalisée.

Pour la partie technique, il semble que ArcelorMittal est internalisé le serveur (notamment vidéo). C'est une option, mais je signale à l'attention des entreprises qui disposeraient d'un peu moins de moyens, qu'un espace sur Youtube peut complètement se personnaliser...La problématique n'est donc pas technique ou budgétaire ; faux argument.

Un très bon cas d'études pour les directions de communication Corporate.




Les voix du marketing

C'est un site américain, une vraie mine d'or pour tous ceux qui travaillent dans le secteur Marketing, Communication, RP... Cela s'appelle Marketing Voices

1 interview audio hebdomadaire environ des professionnels du secteur, de leurs réflexions, de leurs projets.

On y trouve ainsi des discussions d'une vingtaine de minutes (téléchargeables sur votre Ipod, pour voyager intelligent) sur des sujets comme :

- How to implement a Corporate Social Media Strategy
- Power of Socila Media
- Small is Big : Seth Godin speaks
- Venture Capitalist's Success using social media
- Social Media transforming Public Relations
-...etc.



mercredi 17 janvier 2007

Un cas de blog d'entreprise intéressant : Matelsom

Je n'avais pas encore eu le temps de parler du blog de Matelson, tenu et animé par Julie qui travaille pour Matelsom.

Après un ou deux échanges de mails avec Julie, cela m'avait confirmé que le cas d'entreprise est intéressant.

D'une part en terme d'organisation puisque l'initiative blog est partie de la direction qui a sollicité Julie pour s'occuper de ce sujet. Auparavant, celle-ci était rentrée au service clients pour s'occuper des réponses. Donc, écoute, attention, bonne rédaction, autonomie, maîtrise de l'outil... toutes les qualités d'un blogueur accrédité d'entreprise. Le blog est donc un prolongement, ou un complément, de l'organisation du service clients.

D'autre part, s'agissant de la ligne éditoriale développée. J'ai déjà parlé de ma vision de la marque et de ses univers connexes. Le blog Matelsom s'inscrit dans cette démarche puisqu'il ne s'agit pas seulement de parler de l'entreprise et de ses produits (c'est même quasi inexistant), mais de son univers de marché. Et pour Matelsom qui vend des matelas, le sujet de prédilection est le sommeil. Les produits dérivés sont la santé (le mal de dos), les rêves, l'aspect médical du sommeil...

Ce qui est difficile à comprendre, c'est pourquoi on ne trouve pas d'initiatives de ce genre de la part des entreprises (surtout les PME qui doivent avoir moins de lourdeur que les grosses marchines).

La méthodologie est pourtant relativement simple. Il suffit de jouer à "Marabout / Bout de ficelle". Je fabrique ou vend des vêtements, cela devrait m'amener à parler de la mode, du style, du bien-être... Je fabrique ou vend des meubles, cela devrait m'amener à parler de design, de bois (donc d'environnement), de convivialité (apéro, repas...), de cocooning, de rangement... Pour définir qui est accrédité à rédiger (et dialoguer), l'organisation de Matelsom est plutôt logique. J'ai d'autres idées là-dessus, mais j'ai pas envie de vous les dire aujourd'hui....



Technorati Tags: , ,



Humanitaire2.0 (2)

Seth Godin prolonge le travail entamé dont je parlais ici concernant les organismes humanitaires qui déploient des stratégies Web2.0 intéressantes pour développer leurs actions. Il établit un classement des 59 "premières" associations : à découvrir
 







mardi 16 janvier 2007

Rapport Edelman sur l'état de la blogosphère

Dans la continuité de l'opération réalisée il y a quelques mois, en collaboration avec Technorati, Edelman livre un rapport d'état de la blogosphère, que je qualifierais de l'état d'expression des gens sur Internet.

Si l'opération "Influenceurs" en avait agacé quelques uns (mais comme je le disais, le mérite était au moins de tenter de poser les termes du débats, des indicateurs de suivis... qui ne peuvent qu'évoluer et s'améliorer dans le temps), ce rapport prend un peu de recul et livre quelques informations intéressantes. Bien entendu, le rapport pays par pays est intéressant car écrit par les représentants locaux d'Edelman, qui connaissent plutôt bien l'environnement de leur pays. Mais c'est surtout l'introduction et le dernier article que j'ai retenus (mais si Guillaume, j'ai lu ce que tu as écris sur la France...).  

Voici donc ce qui a retenu mon attention.

Une nouvelle dimension de communication pour les entreprises...
We are now in the midst of the development of a horizontal axis of communications. This new axis can be thought of as complementing – adding new dimension to the traditional top “ down, center “ out model. The traditional recipient of our messaging is now adding a whole new dimension by getting involved. They may lead the conversation; or they may jump-in on conversations others have started.

A company’s natural tendency is to control messages and communicate at audiences, which works well when you are advertising but is inappropriate if you are engaged in a dialogue. The peer-to-peer conversation is based on mutuality of interest and shared expertise, not on the demographic segmentation that has characterized corporate thinking for the past 50 years.

... qui dit nouveauté, dit absence de repères. Les entreprises ont effectivement du mal (et pendant un certain temps encore je pense) à appréhender cette dynamique de dialogue qui va à l'encontre des règles en vigueur depuis... 50 ans nous dit Edelman. Je pencherai plutôt pour la nuit des temps.

Les blogs et les médias...
In the United States, the number of articles in elite publications like the Washington Post, New York Times, National Journal and Roll Call that mention blogs has risen from 100 in the first quarter of 2004 to 766 in the second quarter of 2006.

Le débat, parfois hystérique, entre les journalistes professionnels et les blogueurs sur qui à le droit de quoi devrait s'atténuer je pense. La réalité est qu'il y aura toujours un expert plus qualifié que n'importe quel journaliste pour alimenter, ou recadrer le débat. Aux journalistes de savoir intégrer cette intelligence collective et individuelle, et valoriser les bonnes sources.

Influence des blogs...
On average, two in ten blog readers have taken some sort of action as a result of reading a blog. These actions include calling a politician or attending a meeting on a local issue (charts 8A-J), among others.

Passage à l'acte + reprise par les médias constituent plutôt un bon cocktail (qui peut donc être explosif...).

Stagnation du nombre de blogueurs...
To date, the trend lines have always pointed in one direction: up. However, the last “State of the Blogosphere” report, published in October, seemed to indicate that interest in publishing blogs may be leveling off.

Alors, fin prochaine des blogueurs ? Je ne le pense pas. Mais d'ici peu, les entreprises se rendront compte que les plates-formes identifiées de blogging, c'était plutôt bien car au moins on pouvait savoir d'où pouvait partir le coup. Je pense qu'une minorité (100 millions ?) resteront fidèles au clavier, tandis que des millions d'autres (encore plus) utiliseront le web sporadiquement, souvent pour des coups de gueules, qui laisseront du reste des traces indélébiles sur Internet. De plus, avec le développement des sites de vidéos, les entreprises vont devoir apprendre à dialoguer par l'image. Ce qui reste un sujet encore plus complexe pour elle que le dialogue par l'écrit.

Le rapport Edelman est téléchargeable chez mon ami Guillaume



lundi 15 janvier 2007

Service client on line

2 exemples de services clients on-line qui me font réagir.

J'avais déjà évoqué la BNP qui envoyait des cartes (format carte de crédit) sûrement très onéreuse, permettant de disposer d'un numéro de téléphone pour joindre un service client... alors que je paye (et l'abonnement n'est pas donné) et utilise le service de gestion on-line des comptes. Ce qu'il manque à ce service (et qu'il serait normal d'avoir étant le montant de l'abonnement) :

- possibilité d'envoyer un email directement à son conseiller clientèle (les grandes joies des projets annuaire / ldap, mais rien d'insurmontable)
- l'accès illimité à ses archives de mouvements bancaires. C'est un point qui me chagrine énormément. Comment se fai-il que l'on ne puisse remonter que d'un mois ? Je ne m'explique pas du tout ce point.
- l'accès aux factures établies, pour le cas où l'on ait besoin d'en faire réimprimer. Je ne vous raconte pas la perte de temps, et le niveau de facturation, quand il s'agit de faire réémettre une facture...

Il y en sûrement d'autres. N'hésitez pas à compléter cette petite liste qui pourra intéresser (qui sait ?) des responsables bancaires.

Autre exemple avec Bouygues Telecom. Là encore :
- impossibilité d'avoir une facture détaillée dès que l'on a plus de 2 numéros (ouah, comment ça doit être compliqué ! Ils peuvent le faire sur papier, mais pas on-line...)
- impossibilité de ré-imprimer une facture antérieure au mois précédent. En l'occurrence, pour ce faire, il est nécessaire d'appeler le service client (facturé bien entendu), et de demander une réimpression (possible, mais dans la limite de 12 mois, et pour un coût unitaire de 7,50 euros (!!!)). Je n'ai pas poussé le bouchon de demander simplement un envoi PDF par email...


En la matière, je pense que les services clients sont très loin d'offrir le niveau de service que les entreprises sont capables de proposer. C'est souvent dû à une vision "centre de coûts" alors qu'il faudrait aborder le sujet sous un angle plus proche de l'investissement fidélisation. Cela est également dû à l'organisation. Le service client est-il rattaché au Marketing ? Mais c'est aussi dû à la non écoute des clients sur leurs besoins.



Bizarres arguments écologiques

Canal+ a diffusé dimanche un reportage sur la Colombie (pas grand chose à en dire...) où j'ai tout de même appris que les écologistes se sont opposés à la stratégie de fumigation des champs de coca. A priori, avec la fumigation, un certain nombre de poisons étaient déversés, ce qui permet de comprendre l'enjeu. Toutefois, au lieu que cette démarche permette de trouver une autre solution un peu plus écologique, permettant de conserver un certain niveau d'efficacité, la politique d'erradication de ces champs doit désormais être réalisée "à la main". Un certain nombre d'ouvriers sont donc accompagnés sur les champs à détruire, à raison de cinq soldats pour un ouvrier, avec contrôle de déminage au préalable... résultat, l'étendue cultivée ne cesse de progresser depuis 10 ans. Tel est pris qui croyait prendre ?

Autre exemple donné par Le Monde : 30 kilomètres du "mur" suspendus en Judée. Dans ce cas là, c'est un peu plus heureux car l'argument écologique permet de mettre un petit coup de frein à ce mur de la honte. Toutefois, je ne peux m'empêcher d'être choqué qu'il semble plus probant d'attaquer un tel projet selon l'argument que cela porte atteinte "à la flore et la à la faune,  empêchant en particulier les déplacements naturels des animaux". Les humains sont-ils si peu importants ?



Distribution et e-commerce

Très bon article de Michel de Guilhermier sur l'impact du e-commerce sur le secteur de la distribution.

Les points que je retiens :
- la taille du réseau était, avant le e-commerce,  primordial car le chaland privilégie quasi toujours la proximité 
si le client se rend dans tel ou tel magasin de la chaîne, ce n'est pas

seulement parce que le magasin dispose d'une bonne image favorable,

d'un bon assortiment et de prix adéquats, mais aussi, et tout

simplement, parce que le magasin a parfois simplement l'avantage de la proximité.


- avec le e-commerce, cette taille critique n'est plus forcément le critère déterminant
- la différenciation se fait sur la visibilité sur le web, qui se trouve facilitée par : l'innovation produit, la qualité, le positionnement clair
- ces critères de différenciation peuvent parfois différer des critères reconnus dans le monde physique. Cela me semble pouvoir expliquer les difficultés, quand il ne s'agit pas des échecs, des enseignes traditionnelles pour réussir sur le web.



jeudi 11 janvier 2007

Le guide des cafés Wifi à Paris

Voilà le guide que je cherchais :
http://www.cafes-wifi.com/

A consommer sans modération.



Bayrou, ou la mauvaise tactique marketing

Un souci quasi permanent des marketeurs et autres communiquants, c'est d'établir un dialogue, si possible constructif et bénéfique,  avec leurs interlocuteurs. Qu'ils s'agissent de prospects, de clients, de partenaires, d'actionnaires...

Qu'est-ce qu'une opération loupée ? On peut dire que c'est une opération qui ne génère aucun retour, aucune réaction. Je crois que le pire n'est pas la controverse, c'est le silence, l'ignorance. Dans ce cas, plusieurs cas de figures se font jour. Certains s'en prennent à eux-mêmes et font le constat qu'ils sont passés à côté (discours pas clair, mauvais timing, mauvais canal...etc.). Ca arrive parfois. D'autres en revanche se défaussent. Ils s'en prennent à leurs intermédiaires, ou pire encore, à leurs destinataires : "De toute façon, ces cons ne comprennent jamais rien."

Depuis que F. Bayrou a fait le constat que son absence de charisme naturel était reconnu à sa juste valeur, que la complexité de son discours ne suscitait aucune adhésion, que la platitude de ses idées ne faisait réagir personne..., bref qu'il était inexistant, pour ne pas dire inutile dans le paysage politique français, F. Bayrou a décidé que le problème ne venait pas de lui. Tel G. Marchais dans les années 80, ou JM Le Pen dans les années 90 - ce qui confirme le positionnement qu'il est en train d'adopter, il adopte la posture du "laissez moi parler", "vous cherchez à me baillonner", "il y a un complot".

M. Bayrou, déjà quand le produit est mauvais, c'est difficile. Mais quand on ajoute à cela de mauvaises tactiques, c'est à se foutre dans le mur tout seul.



mercredi 10 janvier 2007

Forum E-marketing : 12/13 février 2007 à Paris

Après quelques échanges de mails, je me retrouve impliqué (à mon humble niveau) dans le succès du 1er forum E-Marketing qui se déroulera à Paris, Cité des sciences les 12 et 13 février 2007.



Pour consulter le programme des conférences et vous inscrire (allez-y, c'est gratos), il vous suffit de cliquer ici. Comme je vous l'ai dit, je suis conerné par vos inscriptions ;-)
Sinon, vous pouvez également cliquer sur la belle affiche carrée en haut de la colonne de droite. Cela produira les mêmes effets.



Pour ma part, je me suis d'ores et déjà inscrit à la conférence du lundi concernant le sujet des plates-formes d'acquisition de clients, puisque le sujet m'intéresse au plus haut point depuis peu, et mobilise quelques uns de mes neurones... autant voir ce qui se fait pour le confronter à ce que j'envisage, mais chut...



Autrement, les conférences qui ont retenu mon attention (mais je pense que je manquerai sûrement de temps pour y assister) sont : E-marketing2.0 (le lundi à 14h30) et Vidéo Marketing, WebTV (le mardi à 14h00)...



Le coût des opérations marketing

On parle souvent de recrutement et de fidélisation pour tenter de cadrer la réalisation d'une opération marketing. Le recrutement consiste à ce que des gens inconnus passent par l'opération, et déposent au passage quelques informations sur eux. Au minimum l'email et la case Opt-in. La fidélisation consiste à ce que le client, déjà connu, revienne, voire se mue en prescripteur (parrainage), mais au moins qu'il affine son profil ou le mette à jour.

Pour ce faire, on définit des budgets d'opérations qui sont bordés. On définit rarement l'objectif quantitatif (il faut que cette opération permette de recruter X nouveaux contacts) ou qualitatif (il faut que les X gens qui passent par l'opération fournissent au minimum : email, nom, accord optin, adresse, date de naissance).

Une base d'1 millions de contacts dont on ne connaît que l'adresse email a-t-elle la même valeur qu'une base de 100.000 personnes dont on connaît l'email, le nom, la civilité, l'adresse, la date de naissance ? Sûrement pas.

La question que je me pose est la suivante : pourquoi est-ce qu'on ne met pas en place des mécaniques variables concernant ces opérations ?

D'autant qu'en la matière il existe une foultitude de leviers permettant de "variabiliser" (c'est un Ségologisme) le règlement d'une opération. Par ailleurs, il me semble que cela engagerait un peu plus les Agences sur les résultats des opérations qu'elles mettent en place et de les sortir de ces mécaniques d'honoraires ou de budget cadré. J'ai conscience que les clients n'aiment pas ces concepts de budgets non bordés.
Mais :
1) rien ne les empêche de border le sujet (l'opération s'arrête dès lors que nous avons recruté 100.000 contacts avec les données suivantes : email, nom, adresse...) - après tout, rien n'empêche une entreprise de définir que 100.000 contacts qualifiés sont suffisants pour assurer son activité...
2) leur objectif est-il de claquer du budget ou de valoriser (capitaliser sur) des acquis ?
3) cela les obligera peut-être à réfléchir en terme d'objectif final d'opération à atteindre plutôt qu'en mécanique d'opération ?




Apple, toujours précurseur en User experience

Tout le monde va y aller de sa petite note pour annoncer que Apple sort enfin son téléphone : l'I-phone.
Au passage, par rapport à l'annonce de Linksys dont je parlais ici je serais curieux de savoir comment s'est réglé le problème de la propriété de la marque. Egalement, c'est un peu agaçant de constater que ce produit ne sera disponible en Europe que vers la fin de l'année. Donc, après l'Amérique (Nord et Sud), l'Asie. Soit à peu près en même temps que l'Afrique ?

Enfin, là n'est pas mon propos. Donc, si vous voulez lire tous ceux qui en parlent, le mieux est d'aller faire un tour sur Wikio avec le filtre "Iphone".

Appleiphone8Pour ma part, c'est la photo prise par monsieur Kelblog qui m'a interpellée. Photo que  "j'emprunte"... On y voit que la réflexion s'appuie sur la manière dont on interagit avec nos nouveaux objets communiquants : on oublie le clavier, pour partir de la souris, puis le "Click Wheel" bien connu sur les produits Ipod, mais également sur les téléphones dernière génération, pour enfin parvenir à l'écran tactile.

Concernant le deuxième produit annoncé par Apple : le Apple TV, cela relève de la même évolution. A quioi bon s'énerver à vouloire faire des ordinateurs qui ressembleraient à des TV, ou des TV qui auraient des fonctions d'ordinateur ? Cassant la logique des offres de convergence (les fameuses box), Apple nous propose une bibliothèque média communiquant avec l'ordinateur (sans fil), ce dernier communiquant avec le Web. La consultation du contenu de cette nouvelle bibliothèque se fait ensuite sur sa TV, ou autres écrans. C'est un schéma qui me paraît plus correspondre à ce que les gens peuvent appréhender.




mardi 9 janvier 2007

Il est en bas l'Huchon

Les hommes politiques ont la fâcheuse tendance à nous promettre de mettre fin aux dérives de leurs prédécesseurs... Jean-Paul Huchon, le président de la région Ile de France, ne fait pas exception à la règle. La précédente équipe avait fini dans des procès concernant le financement de lycées. Jean-Paul avait promis qu'avec lui, cela ne serait plus. Effectivement, cela n'est plus. C'est autrement.

Selon Le Monde :
"Jean-Paul Huchon est soupçonné d'avoir poussé la région Ile-de-France à choisir les sociétés Image publique et Sertis pour

assurer sa communication aux Festivals de Cannes de 2002 et 2003, alors

que son épouse était salariée de ces entreprises. De même, il lui est

reproché d'avoir choisi la société LM Festivals
, dont sa femme

était salariée, pour organiser, en 2003, le Festival international du

film d'environnement. Jean-Paul Huchon est également poursuivi pour

avoir fait embaucher, en

avril 2004, son épouse au conseil régional, au poste de directrice du

festival. Au total, le montant des marchés signés par ces trois

sociétés est estimé à environ 170 000 euros."
 

ça fait beaucoup de contrats à chaque embauche... Je suis de ceux qui sont d'accord avec le concept de présomption d'innocence, mais il y a des fois, on a envie de baisser les bras (au bout des bras étant une hache qui s'abattrait malencontreusement sur la tête de la présomption d'innocence...). D'autant que le seul arguement de défense que j'ai pu entendre (France Infos) était que M. Huchon n'était pas au courant des emplois de sa femme. Ben voyons !

- Alors mon cher Huchon, elle travaille où votre femme ?"
- Ah je n'en sais rien mon bon ami. Nous ne parlons jamais travail à la maison."

On n'est plus à une indécence près.



Physique appliquée à l'organisation

Amaury fait une analogie intéressante de physique (électrique) appliquée à l'organisation : à lire ici.



jeudi 4 janvier 2007

La télé libre, c'est pour le 24 janvier

John Paul Lepers annonce le lancement de son projet telelibre.fr pour le 24 janvier. Son lancement est à regarder ici.

Il nous apprend entre autres choses que c'est le début d'une nouvelle forme de média qui se développera via abonnement à partir de mai / juin (parce que la liberté a un prix ?) - il sera intéressant de voir comment réagissent les "webspectateurs" par rapport à ce modèle économique qui pourrait en inspirer d'autres si ça fonctione; et qu'il a cinquante ans (il utilise du Q10 le JohnPaul ?).

Pour ma part, j'attends avec impatience le lancement car j'apprécie le ton et la démarche de ce journaliste qui fait plutôt bien son métier.



Le papier électronique, à partir de 2008

J'avais évoqué dans cette note les dernières avancées du papier électronique. Ce support me semble le facteur qui va faire passer le concept de mobilité de la préhistoire que nous connaissons actuellement à une véritable avancée dans le temps. Une vraie révolution culturelle.

Le sujet se précise puisque La Tribune nous annonce que la société Plastic Logic va démarre la production de ses supports à compter de 2008, dans une usine qui sera basée à Dresde en Allemagne : "La production devrait démarrer en 2008, avec une capacité annuelle

initiale de plus d'un million d'écrans, a précisé Plastic Logic, qui

estime le marché à 41,6 millions d'unités en 2010. La société s'est

assurée pour l'instant des financements à hauteur de 100 millions de

dollars."


Pour plus d'informations sur ces produits, vous pouvez aller visiter le site de la société Plastic Logic Je vous recommande notamment la section qui concerne le concours qui a été organisé impliquant des designers sur les applications d'usages possibles de ces feuilles communicantes. On y trouve ainsi des bracelets, un carnet de santé, un book de partitions, une carte de visite, une ceinture dont les motifs peuvent facilement changer, des cartes...etc. Des vidéos sont également disponibles sur Youtube.

Pour vous représenter ce que cela peut donner, je vous suggère de prendre un set de table plastifié, ou une bonne chemise plastique (un peu rigide tout de même) et d'imaginer que c'est votre ordinateur avec lequel vous pouvez être en connexion Wifi, relié à votre oreillette bluetooth, et ainsi consulter vos documents, vidéos, photos, réaliser vos communications téléphoniques (via Skype ou via votre opérateur...), travailler en tapant directement sur le clavier intégré apparaissant sur votre écran, ou en utilisant un clavier flexible - ce qui vous permet de disposer d'un vrai clavier... Mais cela peut aussi être simplement la carte de visite que l'on vous a remis qui vous permet de consulter la vidéo de présentation de l'entreprise de votre contact, les démonstrations des produits...etc. Bref, on imagine assez facilement je pense tout ce que cela peut révolutionner en matière d'usages et d'applications.

Allez encore un peu plus d'un an à patienter...




mercredi 3 janvier 2007

Le business des ringtones ?

Quand on voit que les sonneries se vendent 3 euros (????), ce logiciel m'éclate : Ringtone Converter 1.0

ça mériterait presque quelques relais sur Skyblog, Myspace, Second Life...



mardi 2 janvier 2007

L'opération BIC

Nouvelle opération lancée par Buzz Paradise pour BIC dans le cadre du lancement du nouveau rasoir le Comfort3 Advance.

Le site est encore en accès limité à certains privilégiés.

Il s'agit d'un blog réalisé sous Movable Type. Le design est sympa. La ligne éditoriale comporte des articles directement liés aux problématiques du rasage (eau froide, eau chaude, le matin, le soir, dans le sens des poils, ou non...) et d'article de faits divers qui vont permettre d'élargir un peu le cercle du lectorat. Egalement présentes des vidéos qui sont forcément drôles puisqu'on est dans une opération de marketing déclarée décalée.

Vous pourrez trouver des bannières sur certains sites reprenant la thématique du film réalisé pour l'occasion :



Pour ma part, ne me rasant traditionnellement que le lundi, je pense mettre du temps avant d'écluser les échantillons qui devraient me parvenir et aurai ainsi tout le loisir de rédiger des notes passionnantes, toutes personnellement épidermiques.