lundi 30 avril 2007

Le pas de trop

Il paraît que Petit Ecolier met plus de chocolat qu'avant... ben oui, mais non ! C'était bien dosé. Pourquoi vouloir en rajouter sur le mode du toujours plus, au risque de devenir écoeurant.
Cela me rappelle Pepito qui a mal évolué (à mon goût), ou Prince qui a fait machine arrière du reste, après une période où ils voulaient absolument évoluer.

J'ai eu le même problème il y a quelques années lorsque je voulais absolument optimiser le fonctionnement des ordinateurs ou des programmes. J'affinais, j'affinais... jusqu'au moment où ça pétait.

Pas évident de ne pas reconsidérer un produit pour le faire vivre avec son temps. Pas évident de se dire que finalement, on a la bonne formule. Car à ne rien faire, on risque de perdre pied. Mais à vouloir trop faire, on peut finir comme Icare.



vendredi 27 avril 2007

Utilité des commentaires ?

En lisant ce qui est arrivé à Pierre Chappaz, on peut se demander si la fonction de Commentaires des blogs joue bien le rôle qu'on voudrait lui attribuer... Je vois peu de sites où les commentaires enrichissent vraiment le contenu initial.



Je ne comprends pas La Tribune

J'aimais bien lire La Tribune lorsque je prenais les transporst en commun... habitude qui m'a conduit à intégrer 2 ou 3 flux RSS de La Tribune dans mon Netvibes. Mais je tombe souvent sur des articles qui sont en accès payants, et finalement c'est insupportable.

Ainsi  : Yahoo condamné en Chine

Cette recherche sur Google permet d'obtenir plus de 300.000 réponses...

Finalement, La Tribune me sert de générateur de requêtes utiles.



mercredi 25 avril 2007

Quand on veut faire une surprise...

... le mieux c'est de ne pas forcément l'annoncer. Sinon, ce n'est plus une surpise comme on dit. Les 2 hommes politiques à avoir promis une surprise au premier tour de l'élection présidentielle se sont cassés les dents. Finalement, la surprise était pour eux.

Surclasser un client fidèle, sans forcément lui annoncer au départ. Offrir le deuxième café au client qui a prolongé et visiblement apprécié le repas. Rembourser un client non satisfait, sans pour autant que cette pratique constitue un service annoncé et automatique...etc. Autant d'initiatives qui font de la surprise doit rester un moment exceptionnel, et inoubliable pour le client.



mardi 24 avril 2007

Gestion de projets Web

J'ouvre une nouvelle catégorie relative à la Gestion de projets Web, parce que comme le disait mon ami feu (pan) l'abbé Pierre : "f'est pas poffible ! f'est pas poffible !"



Je pense vous parler de tout ce qui relève des étapes clés d'un projet, des organisations...



lundi 23 avril 2007

Help Technique : Joomla / Dailymotion

Est-ce que quelqu'un sait comment faire pour intégrer des vidéos Dailymotion dans des articles sur Joomla ? On a déjà téléchargé le pug-in Allvideos, mais si il permet de traiter les vidéos Youtube, il ne semble pas avoir d'effet concernant les vidéos Dailymotion (ou alors, je n'ai pas trouvé le tag qui permet d'être compris de Joomla...).

Par avance, merci de votre aide.






vendredi 20 avril 2007

L'hyper-livre

S'il paraît que les ventes de livres ont quelque peu baissé ces derniers temps, le livre reste un produit qui n'a finalement pas encore été complètement bousculé, voire remis en question par le numérique. Il y a bien eu quelques essais de livres numériques il y a quelques années, notamment en 2000 quand les marketeux voulaient aller plus vite que la technique ne le pouvait... mais le support n'était pas bon, le confort de lecture absent.

Je viens de recevoir un email me proposant un Hyper-livre : Sokrazy, entrez dans la France d'après. Je ne juge pas le propos du livre. Je retiens juste la forme : des caractères assez grand pour faciliter la lecture à l'écran, et des liens renvoyant vers des vidéos Youtube ou Dailymotion, ou vers des définitions de Wikipedia. Ceci étant, suivre les liens peut assez facilement faire perdre le fil de la lecture. Mais globalement, l'idée est là.

Il n'y a plus qu'à croiser ce concept avec l'arrivée du papier électronique prévue pour 2008, puis avec le développement des réseaux sans fils pour imaginer (allez, je m'engage, prédire) que votre téléphone mobile sera une feuille A4 communicante en 2009. Comme disait Antoine Decaune : "Aquarium... Aquarium...".



jeudi 19 avril 2007

Le MP3naire

Le Disquaire est une race en voie de disparition. D'ici quelques années (mois ?), le support physique pour écouter de la musique aura disparu...

Le MP3naire n'est pourtant pas encore au point. Bon MP3naire n'est pas le terme à conserver. On va bien nous sortir des

MP4, MP5...etc. Peut-être musinaire (animateur de musique), loisinaire

(animateur de loisirs)...

Le MP3naire, c'est le disquaire nouvelle génération, capable de faire on-line ce qu'il faisait off-line. Tous ne le pourront pas pourtant. Mais les fondamentaux sont les mêmes. Connaître son secteur, être passionné, être encyclopédique (telle version de tel chanteur a été réalisée en collaboration avec John qui avait auparavant collaboré à la production de...), être un animateur. Mais c'est vrai qu'entre faire cela dans la vraie vie ou au travers de l'intermédiation d'un écran, cela nécessite de s'adapter, de maîtriser mieux l'écrit (ou la vidéo après tout) que l'oral et la gestuelle. Il faut être capable de développer la même convivialité en mode on-line qu'en off-line. C'est possible, mais ce n'est effectivement pas donner à tout le monde.

D'autant que certains artistes peuvent assurer ce service en direct (voir le site de Christophe découvert grâce à Eric). Mais le MP3naire a pour lui de pouvoir avoir de la distance et démultiplier les connaissances. Et les conseils, et les recommandations... Si le Disquaire peut être rémunéré à la commission, à l'acte, on peut considérer que la difficulté est que le MP3naire ne sera qu'un influent. Le vendeur se fait RP expert et spécialisé. Pour autant, avec les tracking, le suivi des liens proposés en Coût par Action (le visiteur suit un lien et finalise un achat) permet de conserver un modèle lié aux résultats.



lundi 16 avril 2007

Pouvoir ne signifie pas Devoir

Ce n'est pas parce que l'on peut que l'on doit. Cas d'application expliqué chez Versac (qui me confirme au passage pourquoi j'ai toujours eu une réticence envers Jean-Marc Morandini)...

Il en est ainsi de l'utilisation des jours de grève, des jours de maladies enfant, de la crédulité des clients, de la hiérarchie...



Google achète Doubleclick

Ainsi donc Google achète Doubleclick. Franck Perrier (Eyeka) a déjà relevé les principaux commentaires sur cette opération.

Ce qui me semble étonnant, c'est que c'est la deuxième fois notable (précédent avec Youtube) que Google procède à l'acquisition d'une techno pour se développer, alors que je pensais que Google était très en pointe en matière de R&D. Il faut croire que Google est entrée dans une nouvelle logique (et maturité) d'entreprise.

Autre point : si l'on peut se demander si Google poursuit plutôt une stratégie de développpement dans la publicité que dans la recherche ? Je pense que c'est une fausse question. Les deux sujets sont intimement liés, en ce sens que lorsque vous recherchez une information et que l'on vous propose une annonce qui correspond à votre besoin, vous allez voir. Pour l'annonceur, être sûr d'être présent au moment où un prospect est en recherche active pour lui proposer une solution ne demande pas des mois d'études et d'analyses pour savoir si cela vaut le coup.






Technorati Tags: , ,



jeudi 12 avril 2007

La chasse est ouverte

On parle beaucoup ces derniers temps de l'identité numérique. Il devient courant d'avertir des candidats en recherche d'emplois, ou de futurs candidats, que les recruteurs développent le réflexe de "googler" le nom-prénom de la personne qu'ils vont rencontrer.



Je pense qu'on devrait d'ici peu parler de la réciproque (Internet devient comme Alice, ça rend transparent tout ce que ça touche...) : les candidats qui googlisent les noms de leur futur patron pour savoir à qui ils ont affaire et si cela va valoir le coup d'accepter. Les absents ont toujours tort...



Good Bye America

Le Vinvin arrête son aventure solitaire concernant sa série Bonjour America. Sa prise de recul sur cette expérience de 2 ans devrait être lue par tous les marketeux qui se posent des questions concernant l'usage de la vidéo...

En tout cas, merci à toi Monsieur Vinvin pour avoir tenté, osé, s'être entêté et avoir été au bout du bout... En plus, il y a vraiment des épisodes qui étaient drôles; même si je suis persuadé que tu es décidément meilleur au script (refais nous des notes sur le holdup de Vaucresson, s'ilte plaît dis, refais !) et derrière la caméra que devant.



mercredi 4 avril 2007

Knut : leçon de buzz

Même Le Figaro utilse le mot Buzz dans son titre d'article. C'est pour vous dire le phénomène !

Comment s'est développée cette opération ? Un petit ourson blanc du Zoo de Berlin est rejeté par sa mère (c'est ça les ours mal léchées !). La question s'est alors posée de devoir euthanasier ce petit ourson. Las, les hommes sensibles face à ce drame du Darfour ont décidé de tout faire pour sauver ce petit être. L'histoire a commencé par faire la Une des journaux en Allemagne. La direction du Zoo a décidé de déposer la marque du nom de l'ourson : Knut ! Finalement, ce sont plus de 20 millions de résultats que vous pouvez obtenir sur Google. Un cours de l'action du Zoo qui double en une semaine.

Pas une seule production de vidéo humoristique. Pas une seule information transmise à des blogueurs influents. Knut a tout de même son blog (ouf, l'honneur est sauf). Franchement, c'est à dégouter les agences spécialisées en Marketing viral. N'importe quoi cette réussite d'amateur !



Marketainment

C'est la synthèse du marketing relationnel par le développement de la discussion communautaire. Vous visez le one-to-one au travers du développement de communautés (many-to-many). Pas mal non ?

Oui, je sais, il faut que je dorme un peu plus... Bon, quand vous lirez ce terme un peu partout d'ici quelques temps, rappelez-vous que c'est né ici.



Relations bancaires

La relation avec les banques entrent dans le débat présidentiel... et c'est vrai qu'il y a toujours une suspicion de se faire coincer, de ne pas avoir une qualité de services à la hauteur de ce qui est facturé sur certaines opérations, que l'on se retrouve bien seul quand il y a des imprévus, que l'on a l'impression que les conseillers ne sont pas plus compétents que nous, que leurs seuls objectifs sont de placer les produits qui sont poussés par leurs directions marketing et commerciales.

Bon, après tout, la concurrence existe et il n'est pas aussi compliqué que cela de changer de banque...

Mais il me vient une idée : et si les conseillers étaient (en partie) rémunérés sur les résultats qu'ils vous aidaient à générer. Peut-être se sentiraient-ils un peu personnellement concerné par nos succès ? Peut-être pourrait-on éviter des ventes forcées de souscription à des actions ?



lundi 2 avril 2007

Yves Rocher - Les Végétaliseurs

Très bonne initiative de la part d'Yves Rocher avec le lancement d'un blog collectif, visant un développement communautaire : Les Végétaliseurs. Tout à fait dans la droite ligne de ce que j'expliquais dans cette note "Marque et univers connexe".

A noter que dans le cas présent, c'est également un formidable levier de cohésion interne (adhésion des collaborateurs) et que le blog ne risque pas le problème d'identification à une seule personne.