mercredi 27 juin 2007

Analyse de lancement de site internet

Lancement_site_22 cas de figures sont représentées dans le schéma ci-contre, qui ne représente aucune situation réelle, mais donne des tendances générales observables s'agissant de la fréquentation d'un site internet lors de son lancement.



En bleu, la situation qui correspond en général à une entreprise établie qui va évènementialiser le lancement du site (emailing massif, soirée, conférence de presse...etc.).



La phase I décrit forcément un point de départ qui ne situe pas à 0, qui connaît un pic, puis une "dépression" (l'effet de surprise / découverte est passé, on perd quelques contacts initiaux...).
A l'issue de cette phase de "dépression"
, 3 cas de figures peuvent être observés :



- A : le site a trouvé son public et répond aux intérêts, l'effet boule de neige s'est mis en place. Le site trouve son rythme de croissance de croisière. Jusqu'à la prochaine étape non analysée ici...



- B : le site stagne. Au-delà des prises de contacts initiales, le site ne génère pas de trafic additionnel (manque de relais, problème de référencement... ?). Il faut commencer à se poser des questions.



- C : passé l'effet d'annonce, le site retombe dans l'oubli. Manque d'intérêt, absence de relais, défaut de référencement. Il faut tout reprendre à 0.



En rouge, la situation qui correspond à une société qui démarre sans aucun moyen. Le but du jeu (et la phase critique - II) consiste à accrocher les premiers visiteurs, à les transformer en ambassadeur afin qu'ils relaient l'existence et l'intérêt du site. Dès lors, la croissance peut être exponentielle (la pente de la courbe peut être très variable d'un site à l'autre). On est typiquement dans une courbe de marketing viral qui prend.



L'organisation et les moyens en place, ainsi que les habitudes, dans les grandes entreprises les empêchent (souvent) d'aborder la courbe en rouge qui est pourtant la seule à pouvoir garantir (pendant un certain temps du moins) l'intérêt et la rétention du site.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire