lundi 23 juillet 2007

MSN Mobile

Beaucoup de choses sont attendues sur mobile : l'arlésienne de la géolocalisation, les codes barres 2D, 3D, les applis en Flash (que quand tu l'installes sur ton téléphone, tu peux plus la retirer ce qui est le gage d'une parfaite rétention client - hihihi), la TV sur mobile...etc.

Bien entendu, tout le monde attend ce que vont faire les Google, Yahoo, MSN sur ce sujet. Ils n'ont pas l'air très pressés. D'autant moins pressés que les opérateurs font tout ce qu'ils peuvent pour (ne pas) expliquer que sur le Web, ils ont loupé le coche et laisser des usages "gratuits" se développer... mais que là, ils n'ouvriront pas les vannes comme ça. A moins qu'un acteur comme Apple les bouscule.

En attendant, chacun prépare ses petits packages de services. Pour voir. Ainsi MSN lance son service MSN Mobile. Vous pouvez donc retrouver sur votre téléphone qui se déplace avec vous les services de Mail, Recherche, Temps, Sports, Cartes, Finances.. et bien sûr les Spaces et le Messenger. Mais là, avec le service Messenger, c'est bizarre, car en France c'est Bouygues Telecom qui a un partenariat avec Microsoft pour pouvoir disposer de Messenger sur son téléphone (Messenger sur le téléphone mobile, c'est le service Twitter pour les jeunes...), moyennant un abonnement... Ne cherchez pas Bouygues Telecom dans la liste des Wireless Carrier proposée par MSN Mobile. Vous ne le trouverez pas. En revanche, vous trouverez SFR (sic !). Mais pas Orange non plus.

Bref, a priori, si vous êtes chez SFR, vous pouvez avoir le service Messenger sur votre téléphone de poche - gratuitement, mais si vous êtes chez Bouygues Télécom, il vous faut passer par le service d'abonnement payant. Si vous êtes chez Orange, vous êtes sûrement marron... 

Les services sur mobile vont avoir énormément de mal à se développer... Même dans un pays comme le Japon où tout était en place depuis 2004, les services de porte-monnaie électronique commencent à peine à se confirmer. Plus de 3 ans avant que l'offre ne rencontre enfin sa demande. Trop de spécificités logicielles et matérielles existent qui font obstacle à la bonne propragation des services (offres compliquées, parcellées selon les opérateurs ou les constructeurs, quasi impossible à Marketer, modèles économiques également obscurs...) dont on ne peut savoir s'ils rencontreront leurs marchés. Tant que c'est embryonnaire, peu d'acteurs bougent. Peu d'acteurs signifie peu d'offres, donc encore moins de demandes...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire