vendredi 7 décembre 2007

Inciter au développement d'une offre de téléchargement légal

A la lecture des critiques du rapport de la mission Olivennes concernant la distribution numérique, je me rends compte qu'une partie du travail demand n'a pas été réalisé : inciter au développement d'une offre de téléchargement légal.



Dans ma grande générosité, je propose donc aux majors et autres distributeurs 2 axes de réflexions, que je suis tout disposé à mettre en oeuvre avec leurs concours ;-)



Axe 1 / La distribution à coût variable, par paliers



Puisque la distribution d'un bien numérique égale (quasiment) zéro - qu'un bien soit téléchargé 1 fois ou 1 million, il n'y a pas de nouveaux coûts de production, encore moins de distribution, voici une piste de réflexion pour les distributeurs : fixer un prix dégressif par palier de téléchargements.



Les plus fanas ou avant-gardistes, ceux qui veulent être les happy few à posséder avant les autres, les early adopters n'auront aucun mal à débourser une certaine somme pour acquérir le bien lors de son lancement. Citons pour mémoire le précédent de l'Iphone (secteur où pourtant les coûts de distribution sont importants) acquis au pris fort lors de son lancement par des millers de clients avant qu'Apple ne décide de baisser le prix d'une centaine de dollars - ce qui a eu pour effet de rebooster les ventes... 



Les "suiveurs" - ceux qui prennent leur temps, qui se décident quand l'effet de mode se fait sentir..., entrent alors dans la danse pour un prix qui est plus abordable. Cela ne remet pas pour autant en cause les revenus générés.



Le problème de la distribution numérique, c'est de continuer à raisonner avec des courbes qui sont bornées par des asymptotes. Alors que la distribution numérique présente des courbes qui tombent rapidement à 0 en ce qui concerne les coûts de productions / distributions de chaque nouveau bien vendu, et  sont infinies en ce qui concerne les revenus générés. Si cela peut paraître un peu compliqué (j'ai la flême de schématiser le graphe que j'ai en tête, mais si vous le faites vous comprendrez vite), je pense que les gens ont l'intuition (juste) de ce phénomène et ne comprennent pas de retrouver des prix identiques en distribution physique et en distribution numérique.



Axe 2 / La distribution à coût variable, libre



L'autre piste qui est beaucoup plus rapide à comprendre serait de procéder à l'échelle d'une major à un essai de type "radiohead". Après tout le revenu moyen des albums vendus a été de 8 dollars, et les ventes supérieures dans le temps à ce qu'elles auraient été normalement.



Cette piste aurait du reste le grand avantage de permettre à ces entreprises d'élargir leur catalogue à des artistes en herbe qui pourraient dès lors déposer leurs créations... Au marché de trier le bon grain de l'ivraie.



1 commentaire:

  1. Un prix dégressif par palier à mon avis va s'imposer, dès lors que les distributeurs type Fnac pourront régler leurs problèmes dans les réseaux physiques. Oui, un "disque numérique" ne coûte rien e production, mais les quelques uns qui restent en magasins, eux coûtent. Il faut juste le temps que les choses s'ajustent. et que les ventes numériques prennent le pas sur les ventes physiques pour que la solution que tu évoques soit appliquée.

    RépondreSupprimer