jeudi 24 avril 2008

Wikio enlève le haut

Je m'étais interrogé l'autre jour sur l'utilisation des frames par Wikio qui m'avait valu un petit commentaire de Pierre Jérémie me renvoyant vers l'explication officielle qui ne m'avait pas convaincue, tant cela me paraissait anachronique et générateur de problèmes d'usages (pour avoir encore posté l'autre jour un lien wikio sur del.icio.us alors que je pensais envoyer une source...)



Je constate avec plaisir que wikio fait machine arrière et amende honorable, ce qui est tout à leur honneur (honnêtement).



mercredi 23 avril 2008

Champs d'applications des réseaux sociaux

Je suis un partisan convaincu de l'utilisation des réseaux sociaux dans un cadre professionnel d'organisation des entreprises (cf. le pôle Collaboratif mis en place au sein de Performance Projets).



Au-delà de la dimension faussement naïve et limitée à un artefact de communication pour l'entreprise de se dire qu'elle va mettre en place un réseau social, c'est une bonne manière de fluidifier les relations entre les collaborateurs, d'améliorer l'organisation générale de création de valeurs (Knowledge Management) par une auto-qualification des collaborateurs sur leurs compétences propres et par une capitalisation sur les flux d'informations spontanément générés.



Pour l'anecdote, c'est le type d'organisation que nous avions développé dès 2002 chez PPR (100.000 personnes / 11 langues pratiquées) où je travaillais à l'époque. En moins d'une année après la mise en place des canaux et supports collaboratifs, nous avions essaimé plus de 200 groupes collaboratifs, dupliqué l'architecture au sein de plusieurs filiales dont les collaborateurs pouvaient accéder aux groupes des autres enseignes... Nous n'avions malheureusement pas poussé le concept jusqu'au bout de la logique de groupe unipersonnel. Nous aurions inventé alors le blogging en entreprise (zut, raté).



Champs d'applications : 
- pour les entreprises qui ont des consultants qui sont répartis en de multiples points géographiques (cabinets de conseils, sociétés de services...)
- pour les entreprises qui sont structurées en Groupe / Filiales et souhaitent développer des synergies transversales
- pour les entreprises qui ont un nombre important d'expatriés
-etc.



 

lundi 21 avril 2008

Tkaap.com, ça promet

A suivre : le projet tkaap.com qui promet d'ici quelques temps une interface de navigation entre les différents réseaux sociaux et services de partage sous une forme qui semble plus proche de ce que l'on a l'habitude de rencontrer dans la vraie vie et qui permettra peut-être de faciliter la navigation dans ces flots d'informations qui sont parfois indigestes.



Pour une mise en bouche, voici la présentation des deux porteurs du projet :



Vous pouvez également avoir un aperçu du service à venir en vous rendant sur l'espace Galaxy. C'est assez bluffant je trouve.



Je persiste. Nous avons en France plein d'énergies et de pépites.



Mesures d'audiences

Je vous invite à aller faire un tour chez Guillaume qui pose LA question que tout le monde contourne :
"La perte d'audience des grandes chaînes hertziennes donne une
opportunité au monde numérique de prouver l'intérêt qu'il représente
comme alternative pour atteindre les consommateurs."

Pour ma part, j'ai toujours considéré que les mesures d'audience des relais publicitaires traditionnels (Affichage, presse, TV...) ne correspondaient pas à la réalité, étaient très "Flanby" dans un éco-système consanguin où tous les acteurs n'avaient aucun intérêt à remettre en cause les résultats.



Si la problématique est juste, il faut tout de même considérer que le référentiel ne l'est pas et qu'il va être évidemment compliqué de comparer des choux et des carottes.



Ceci étant, les nouveaux supports de communication on-line ont le grand avantage de systématiquement laisser des traces que l'on peut stocker, archiver, recompiler...Etc. Des initiatives comme Alenty vont plutôt dans le bon sens en prenant en compte des constituants d'une page Web ou des actions qui ne le sont pas par les systèmes d'analyses statistiques traditionnels.



On pressent tous (et les médias traditionnels les premiers) que la lame de fond a démarré. La synthèse d'Aziz sur Ad'Tech08  donne ainsi quelques réalisations concrètes de transfert de budget pub.



Même si personnellement, j'entrevois la méthodologie qu'il fautdrait mettre en oeuvre pour déterminer les indicateurs pertinents de chaque support on-line, les pondérer, les agréger et les mettre en perspective, ce qui m'étonne dans la question de Guillaume c'est qu'elle ne trouve pas d'écho dans des structures professionnelles comme l'UDA (Union des Annonceurs) par exemple.



jeudi 17 avril 2008

L'avenir des services clients


  "Le 22 à Asnières..." 
  Mise en ligne par David_Reverchon



S'il est un département d'entreprise qui a de l'avenir, c'est bien le Service Client. Pas tant dans sa forme actuelle faite d'employés jetables, fliqués, robots répétiteurs de procédures "relations clients" dûment formalisées et qui doivent garantir un taux de satisfaction élevée en écourtant au maximum les communications.





Mais dans une forme évoluée où le Service Client reste le seul point de contact humain entre l'entreprise et le client. L'avenir des services clients ? L'usage du mail, la participation à des forums, l'implication dans l'animation de blogs, l'usage de la vidéo...etc. Bien entendu, ces modes de relations et d'échanges ne peuvent supporter des processus de communication lobotomisés robotisés. Cela suppose des employés autonomes et responsables, personnellement impliqués dans la satisfaction du client.



Réseaux sociaux-professionnels, en clair

Bon, désolé, c'est en anglais, mais c'est tout de même relativement clair. Amusant ce concept des petites animations à base de papier / crayon pour vulgariser ces relations de bits.





Quelques petites remarques personnelles :



1 - c'est vraiment une première approche pour comprendre ce principe "les amis de mes amis ont peut-être des centres d'intérêts communs aux miens"



2 - il faudrait développer cette présentation pour montrer la force des groupes par rapport à des préoccupations communes, et surtout comment la "répansion" (c'est tout ce que j'ai trouvé pour dire que cela se répand) peut aller très vite et développer des groupes massifs



3 - il manque la position de l'entreprise là-dedans qui est faite d'individus (mais pas seulement) et qui peut se retrouver partagée entre des groupes contradictoires






mercredi 16 avril 2008

L'impact communautaire

Organisation, communauté, militantisme, démultiplication, pression... inversion des rôles : pas grand chose à ajouter à cette analyse de Seth Godin sur les nouvelles formes de pression sur les entreprises.



Les exemples qu'il donne sont même une source d'inspiration pour favoriser un intelligence collective faisant sens, ce qui reste le point faible malgré tout dans son analyse.



mardi 15 avril 2008

e-sidor

Découvert via le site du fondateur de l'agence OptinPower, e-sidor est a priori une création française (oui, monsieur) qui exploite à fond les dernières avancées d'écran tactile.



Pas beaucoup d'informations sur la société sur le site http://www.e-sidor.fr/accueil.html mais la vidéo de présentation du produit est assez convaincante.





Comme quoi, la France dispose encore des ressources qu'il faut pour ne pas forcément se retrouver hors-jeu dans ces grandes batailles pour l'avenir du numérique. En même temps, je trouve que le site n'est pas à la hauteur de la valeur que semble porter le produit, et je trouve que le discours est beaucoup trop axé "l'ordinateur pour les vieux". Je sais bien qu'on vit dans un pays vieillissant, mais je trouve dommage qu'on ne valorise pas une telle innovation produit comme Apple pourrait le faire.





L'ère des meta-réseaux

Des réseaux, il y en a plein partout, qui poussent comme des champignons. A tel point que certains services s'orientent vers la gestion de votre identité numérique pour retrouver en un point unique l'ensemble des services auxquels vous vous êtes abonnés.



Une autre piste est également de créer un service qui vous permettent de concentrer toutes vos activités de services de réseau, mais également celles de vos "amis" (ou connaissances, ou relations). C'est le cas de Friendfeed.



Comme vous pouvez le voir sur le shoot écran ci-dessous, des réseaux sociaux, il y en a un paquet :



Image_2



Mon Friendfeed à moi est à cette adresse : http://friendfeed.com/jbplantin afin de pouvoir y retrouver mes principaux comptes (delicious, flickr, twitter, seesmic, blog...etc.)



lundi 14 avril 2008

Mais que foutent les .en(glish)

J'ai voulu déposer le nom de domaine "parlons.en" (beau nom, pour un site communautaire et d'échanges, non ?) et me suis aperçu que le TLD ".en" n'existait pas...



Le e-commerce mûrit

Le e-commerce est un sujet mâture dans les esprits de nombreuses entreprises. Les plus nombreuses. Celles dont on n'entend jamais parler dans les media. Celles qui ont des parts de marché importantes sur leur secteur. Celles qui ont parfois des réseaux de distribution existants. Mais qui ont rarement l'habitude de se faire accompagner...



Pour celles-là, la décision est prise. Il faut être présent sur le secteur de la VAD. Mais , c'est là que les problèmes commencent... Par où commencer ? L'informatique ? La vitrine ? Quels produits ? Comment va réagir le réseau de revendeurs ? Le réseau en propre ? Le réseau de franchisés ? Comment vont réagir les distributeurs ? Comment va-ton gérer la logistique, le stock/les stocks, la livraison ? Faut-il créer une filiale ou une entité intégrée ? Faut-il créer une marque spécifique ou une déclinaison de la marque principale ? Faut-il créer un centre d'appels ? ...etc.



Toutes ces questions sont légitimes et confirment que le e-commerce est une discipline qui recoupent toutes les dimensions d'une entreprise normale, à ce détail près que cela s'effectue au travers d'un media qui n'est pas vraiment un support écrit, pas vraiment audio, pas vraiment vidéo, mais un peu tout cela à la fois.



Avec un peu de pédagogie, on peut retrouver certaines analogies : la vitrine, le panier, la caisse enregistreuse, le merchandising, les relations publiques, le pas-de-porte, l'arrière boutique, le service client, le vendeur-conseil, le parcours client...etc. qui permettent de retrouver certains repères. Mais il est clair que l'assise technique s'impose à un moment donné (la colonne vertébrale informatique), sans qu'elle ne doive prendre le pas. De même que la dimension (sociale du) réseau, dont les liens vont participer à l'ancrage...



Il faut donc pouvoir s'appuyer sur une structure capable d'ordonner les questions exprimées plus haut, de les traiter avec des spécialistes sur chacun des sujets, qui auront chacun la particularité de maîtriser la dimension spécifique du on-line.



Après de longs mois de labeurs, de discussions et d'échanges - toujours en cours, car c'est un secteur qui bouge en permanence, je pense avoir enfin abouti à la mise en place de ce réseau de compétences nécessaires :
- Stratégie & Organisation : objectif, business plan, planning, budget
- Communication : positionnement marque
- Datamining & CRM : clusters, segments
-  Marketing : mix-produit, contenus, SEO/SEM, partenariats
- Technologie : solution e-commerce, ERP, échanges SI
- Supply Chain & Logistique : appros, stockages, transports



jeudi 10 avril 2008

Rien de mieux que le papier...

On a beau s'appeler Seesmic et être à la pointe technologique de la conversation vidéo, on n'a encore rien  trouvé de mieux que le paperboard avec marqueur (1 noir et 1 rouge) et des post-it. Ce côté décalé m'amuse beaucoup...




mercredi 9 avril 2008

Mageekstore : exemple d'implication de sa communauté

Comme je l'ai dit plusieurs fois, le développement d'une communauté de proximité (au sens des valeurs, pas de la géographie) fait partie des enjeux de demain pour les sites e-commerce.



Je trouve la petite histoire de Mageekstore très éloquente à ce sujet (voir la note, surtout les commentaires, l'implication du groupe Facebook mis en place par le responsable de cette boutique...Etc.).



mardi 8 avril 2008

Wikio utilise des frames ?

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Wikio utilise des frames lorsque l'on clique sur le titre d'un article qui nous intéresse pour aller en lire le détail. Ce ne serait tout de même pas pour comptabiliser plus de pages vues ? Ce ne serait pas très Web2.0 comme méthode...



Image_3



pictobrowser.com : relayer vos photos Flickr

Pictobrowser.com fait partie de ces services qui forcent l'admiration. C'est disponible, c'est gratuit, c'est simple d'utilisation.



Image_1



En 3 coups de cuillères à pots et de souris, vous produisez une magnifique animation pour les photos de votre compte Flickr... Et voilà le résultat :







Bon, il ne s'agit que de mes photos (tag hong-kong), mais vous ferez facilement la translation au niveau d'un compte d'entreprise, en particulier pour les secteurs voyages, tourisme, architecture, design... Ah, vous n'avez pas encore mis en place d'espace Flickr pour votre entreprise ? Ben dépêchez-vous...






jeudi 3 avril 2008

Exemple d'un article de nouveau journaliste

Cet article à propos du départ du CIO de Google pour EMI me paraît un bon exemple de la manière de rédiger un article en ces temps modernes d'hyperliens :



- l'article lui-même est en Une du site Huffingtonpost ;
- l'article appartient à un blog de l'équipe du Wall Street Journal ;
- Les liens que l'on trouve dans l'article :
a/ Déclaration du CIO du mois de février dernier, sur InformationWeek ;
b/ la source de l'annonce sur Furrier et sur Twitter ;
c/ un article de Wired sur la problématique de modèle économique dans l'industrie musicale ;
d/ un article précédent du même auteur sur Radiohead ;
e/ le profil du CIO (Douglas Merrill) sur Blogger (donc, bien entendu l'adresse de son Blog);
f/ un article du Guardian sur les problèmes actuels d'EMI.