lundi 21 avril 2008

Mesures d'audiences

Je vous invite à aller faire un tour chez Guillaume qui pose LA question que tout le monde contourne :
"La perte d'audience des grandes chaînes hertziennes donne une
opportunité au monde numérique de prouver l'intérêt qu'il représente
comme alternative pour atteindre les consommateurs."

Pour ma part, j'ai toujours considéré que les mesures d'audience des relais publicitaires traditionnels (Affichage, presse, TV...) ne correspondaient pas à la réalité, étaient très "Flanby" dans un éco-système consanguin où tous les acteurs n'avaient aucun intérêt à remettre en cause les résultats.



Si la problématique est juste, il faut tout de même considérer que le référentiel ne l'est pas et qu'il va être évidemment compliqué de comparer des choux et des carottes.



Ceci étant, les nouveaux supports de communication on-line ont le grand avantage de systématiquement laisser des traces que l'on peut stocker, archiver, recompiler...Etc. Des initiatives comme Alenty vont plutôt dans le bon sens en prenant en compte des constituants d'une page Web ou des actions qui ne le sont pas par les systèmes d'analyses statistiques traditionnels.



On pressent tous (et les médias traditionnels les premiers) que la lame de fond a démarré. La synthèse d'Aziz sur Ad'Tech08  donne ainsi quelques réalisations concrètes de transfert de budget pub.



Même si personnellement, j'entrevois la méthodologie qu'il fautdrait mettre en oeuvre pour déterminer les indicateurs pertinents de chaque support on-line, les pondérer, les agréger et les mettre en perspective, ce qui m'étonne dans la question de Guillaume c'est qu'elle ne trouve pas d'écho dans des structures professionnelles comme l'UDA (Union des Annonceurs) par exemple.



1 commentaire:

  1. Merci pour la citation. On vient même d'ajouter une démonstration de mesure de l'usage des différents blocs d'information d'une page : http://www.alenty.com/xwiki/bin/view/Demo/UsageDemo
    Les annonceurs vont évoluer. Mais ils seront les derniers, et on ne peut pas les en blâmer, parce que c'est eux qui financent !
    Mais la transition peut se faire en plusieurs temps. Par exemple, notre technologie permet de mesurer la durée pendant laquelle une publicité a été vue (voir http://www.alenty.com/xwiki/bin/view/Demo/ExpositionPublicitaire si vous ne me croyez pas). On pourrait dire que les publicités devraient maintenant être achetées à la durée et non à l'impression. Mais ce serait une révolution trop brutale.
    Ce qui va se passer, c'est que la publicité s'achètera toujours à l'impression, mais avec un prix modulé en fonction de la durée... Cette période de transition durera peut-être des années, mais tout le monde y trouvera son compte à condition que le modèle de financement reflète la réalité : le temps est devenu la ressource rare (tout le monde n'a que 24h, et les media se les arrachent).

    RépondreSupprimer