jeudi 26 juin 2008

Révolution 2.0

Le développement des réseaux sociaux, sous toutes ses formes, implique un boulversement latent mais profond des rapports entre les publics et les marques, les entreprises, les Etats... toutes formes d'organisation qui avaient pour habitude de communiquer en masse à des récepteurs atomisés . Ce qui change donc, c'est que les atomes peuvent communiquer directement entre eux pour savoir ce qu'en pensent les uns et les autres. Et quand la coupe est pleine, de pouvoir potentiellement s'organiser pour passer à l'action.



Pour le moment, les seuls passages à l'acte répandus prennent la forme de pétition, sorte d'avatar de la manifestation organisée par des syndicats ou des associations professionnelles. Manifester sans avoir à battre le pavé, exprimer son mécontentement au travers de la souris...



Dans un système économique où l'action est seule porteuse de droit (et pas seulement de plus-values ou de dividendes), je me suis toujours étonné que les syndicats ne cherchent pas à prendre le pouvoir par le biais de raids financiers. Certainement une incapacité à prendre réellement le pouvoir. Simplement capables de s'opposer, mais certainement pas d'assumer...



Pourtant dans un univers qui permet de fédérer d'un clic de souris, la solution est peut-être là pour que des organisations souhaitant réellement changer les choses prennent ainsi le pouvoir. Je clique, je milite. Si je suis une association qui décide qu'il est temps qu'un groupe pétrolier cesse d'investir dans le forage, qui n'est pas une solution d'avenir, ou qu'un constructeur automobile investisse réellement son budget R&D dans la recherche d'une forme de motorisation autre que le moteur à explosion...etc. il est peut-être envisageable de solliciter mes militants à participer au financement de "raids boursiers". Si nous sommes 1 million de membres à mettre 10 euros pour prendre siège(s) au conseil d'administration, avouez que c'est tout de même plus stimulant que de mettre son adresse email au bas d'un formulaire. 10 millions d'emails ont moins de valeur que 10 millions d'actions. Viva la revolucion2.0 ! 



1 commentaire:

  1. une petite pensée vers l'économie de la contribution : voir sur mon blog l'article éponyme (www.leblogdecarredeciel)(pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir mal à la tête et qui ne poussent pas de cris d'horreur à la seule écoute des noms suivants : Deleuze, Foucault, Guattari, Bourdieu,etc...)...ou encore le capitalisme altruiste....(http://thierry-klein.speechi.net/)
    Qd tu veux, je t'en parle.

    RépondreSupprimer