vendredi 4 juillet 2008

Une bonne leçon

Je fais partie des convaincus qui essaient d'expliquer qu'Internet ne peut simplement s'aborder que comme un canal marchand, ou un canal de communication, ou un canal d'échanges... c'est un peu tout cela à la fois.



Convaincu également que l'avenir est aux entreprises qui sauront dans un premier temps fédérer leurs clients de sorte à leur déléguer une partie de l'activité (militantisme).



L'article accordé au Figaro par Dave Senay, conseiller auprès de Barack Obama, est en ce sens pleine d'enseignements. Et de résultats.



"Surtout, Barack Obama a créé son propre réseau social,
MyBarackObama.com, sur lequel un million de personnes sont inscrites,
plutôt qu'un site Internet classique qui s'appellerait barackobama.com.
Avec ce site, il a confié sa campagne aux internautes. À travers ce
réseau social, ses supporteurs rencontrent et recrutent d'autres
personnes, organisent des événements et, éventuellement, lèvent des
fonds. Sa campagne consiste à nouer des relations d'abord, la question
d'argent n'arrive qu'au second plan. En cela, il contraste avec McCain
qui propose dès la page d'accueil de son site de «faire une
contribution». Or Internet est surtout une histoire de relations."



Le premier secteur d'applications est bien évidemment l'Humanitaire qui grandira un peu quand il arrêtera d'utiliser les méthodes (brutales) de marketing du niveau de la distribution, alors que l'on est typiquement sur ce genre de sujets où les gens sont prêts à se mobiliser et agir.



Mais c'est aussi nécessairement un sujet de réflexions pour les entreprises commerciales classiques, même si ce genre de démarches peut faire apparaître au grand jour le schisme entre les valeurs présentées et les valeurs perçues...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire