mercredi 29 octobre 2008

Les blogs prennent doucement leur place

J'entends de plus en plus de gens autour de moi exprimer des doutes sur la pérennité des blogs en tant qu'outil d'expression individuelle des masses.



Il est vrai que la pression sur certains à été forte et a certainement dû contribuer à modifier leur rapport à l'écriture, de libre et insouciante au départ (naïve ?) à structurée, et réfléchie en fonction des publics supposés lire et réagir sur le site. Certains ont cru que les blogs allaient faire disparaître les voies officielles et le corporatisme journalistique s'est empressé de crier haro à l'amateurisme incapable d'expertise. Finalement, on s'aperçoit qu'un blog tout seul ne remplacera pas à lui tout seul une organisation établie de production d'informations. Pour les marques traditionnelles des medias, le problème est autre. Comme pour l'industrie de la musique, il est plus facile de trouver un bouc émissaire (l'internaute qui télécharge gratuitement) que de se remettre en cause. Finalement, on s'aperçoit en revanche que les usages évoluent et qu'une information recherchée s'accède directement au travers de moteur de recherche, de liens, de portail d'agrégations d'informations... pas au travers d'une page d'accueil d'une marque qui est légitime sur un support papier, mais uniquement sur ce support. Finalement, on s'aperçoit que l'ensemble des blogs particuliers contribuent (efficacement) à replacer le media à sa juste place. On s'aperçoit que la hiérarchie voulue par une catégorie de professionnels correspond rarement aux préoccupations courantes des masses. Croyez-vous que dans les discussions de café, tous les interlocuteurs participent au débat après avoir lu en détail le journal qui traîne sur le comptoir ?

Observateur
Et pendant que les journalistes et organisations professionnelles de ce secteur cherchent à endiguer les brèches creusées dans leur ligne Maginot, le Web continue d'évoluer, avec notamment le micro-blogging qui raccourcit la profondeur des réflexions mais accélère les échanges. Et cette nouvelle forme de publication est en train de doucement remettre à leur juste place les éditorialistes du Web. Dans toutes discussions, il est rare que tous les participants discourent de longues minutes selon des plans bien construits leurs réflexions et argumentaires. Les discussions sont souvent un jeu de ping-pong, à deux, à plusieurs. Il n'empêche que de temps en temps un interlocuteur (doué de synthèse et de vivacité d'esprit) est capable de rappeler les termes du débat, les arguments avancés par les uns et les autres, les perspectives de discussions à suivre. Mais ce n'est pas la principale forme de débat. Le rôle de cet interlocuteur peut tout aussi bien être celui d'un observateur. Placé dans un contexte de discussions sur des préoccupations d'ordre professionnelles (entreprise, marque, produit, service client...), cet observateur dispose alors d'une formidable vision de son marché.



1 commentaire:

  1. Bien d'accord avec toi. Ce qu'illustre ton billet à mon avis, c'est la récupération médiatique dont font l'objet les blogs depuis 18 mois. Un bon exemple de la récupération est l'interview de Thomas Hugues par Eric Dupin sur Presse-Citron : http://www.lepost.fr/article/2008/10/28/1300529_france-5-remunere-des-blogueurs-pour-faire-sa-pub.html . Par ailleurs ils deviennent une source d'infos et de "prise de température" aussi légitimes que d'autres.

    RépondreSupprimer