mercredi 8 octobre 2008

Stratégie UGC - User Generated Content

Si l'on vous demande de réfléchir à une stratégie UGC : attention ! Plus un sujet d'évangélisation qu'opérationnel. 



Quel est le problème pour les directions marketing ou communication qui souhaiteraient développer de telles stratégies ? La peur du vide principalement. L'absence de pouvoir maîtriser un plan de bataille se rapprochant d'un plan éditorial.



Par essence même, une stratégie UGC repose sur l'adhésion et la collaboration des Users. Pour ce faire, il faut leur proposer des cadres d'expressions et de relais qui leur évoquent quelque chose, qui leur inspirent confiance, qui leur donnent envie de donner, d'offrir et de partager.



Par essence même, une plate-forme UGC ne va pas supporter de se voir imposer des contenus qui tombent d'en haut (de la marque), encore moins des contenus qui seraient plus valorisés que les contenus des autres utilisateurs.



Tout ce que l'on peut proposer, c'est une organisation technique, décisionnelle et éditoriale. Le pré-requis à la mise en oeuvre d'une stratégie d'UGC est toutefois de définir une stratégie avant de lister/décliner des tactiques.



L'organisation technique couvre simplement les ressources à utiliser pour créer un réceptacle à UGC, ou pour développer une présence sur des plates-formes existantes.



L'organisation décisionnelle couvre la veille et l'analyse de la manière dont les gens adhèrent et exploitent le cadre ou les applications qu'on leur propose. C'est également à ce niveau que l'on identifie justement les préoccupations ou les sujets qui suscitent de l'intérêt, qui génère de l'interaction.



L'organisation éditoriale vise à pouvoir réagir et rebondir à partir des analyses et décisions précédentes. Il ne s'agit en aucun cas de dérouler un plan de contenus fabriqué en amont avec forces marronniers.



C'est malheureusement là que se situe le problème pour les organisations en entreprise. Elles ont besoin de visibilité, de repères connus qui vont être directement compris de la hiérarchie,  qui n'a pas de temps à perdre à s'interroger sur l'évolution du marché. Si l'on y regarde de plus près, les rares initiatives de plates-formes existantes (en France) se limitent principalement à des entreprises qui n'ont finalement que peu d'enjeux de concurrences (Areva, RATP...etc.).



Si le sujet de l'UGC suscite de l'intérêt (et probablement de l'envie) lorsqu'on en discute avec des distributeurs, des constructeurs, des producteurs...etc., c'est une autre histoire quand il s'agit de passer à l'acte. Reviennent les vieux réflexes et s'envolent les ambitions.



Il y a 10 ans, vous pouviez faire des supers démos de site web. Quand il s'agissait de passer à l'acte et de créer le site de l'entreprise, on vous demandait de reprendre le contenu de la plaquette Corporate.



2 commentaires:

  1. mais pourquoi tu dis tout ça...............???

    RépondreSupprimer
  2. @Martial : ben comme ça... tu sais bien que mes réflexions sont toujours déconnectées de l'actualité, sauf quand elle me rattrape ;-)

    RépondreSupprimer