mardi 4 novembre 2008

Elections US et leçons de marketing

Les élections US ne sont même pas closes (à l'heure où j'écris, je ne connais pas le résultat) que déjà, au moins 2 analyses ont retenu mon attention. Il ne s'agit pas  d'analyses politiques mais bien d'analyses marketing.



Le New York Times (Campaigns in a web2.0 world) dresse ainsi un portrait des leçons tirées pour cette campagne par les médias traditionnels dans un paysage Web complètement différent de ce qu'il était 4 ans auparavant. "Many of the media outlets influencing the 2008 election simply were not around in 2004. YouTube did not exist, and Facebook barely reached beyond the Ivy League. There was no Huffington Post to encourage citizen reporters, so Mr. Obama’s comment about voters clinging to guns or religion may have passed unnoticed. These sites and countless others have redefined how many Americans get their political news."



Set Godin de son côté synthétise également (marketing lessons from the us election) quelques points notables dans l'organisation et le fonctionnement de cette côté. En particulier, en insistant sur le côté identitaire des membres des réseaux constitués par Obama en particulier. "The tribe that Obama built identified with him. Attacking him was like attacking them. They took it personally, and their outrage led to more donations and bigger turnout. This is the lucky situation Apple finds itself in as well. Attacking an Apple product is like attacking an Apple user."



C'est grosso modo ce que j'explique dans le client militant ou lors de présentations comme "Interconnectez vos communautés".



Les entreprises, directement ou au travers de leurs marques, doivent exister et développer des relations communautaires sur tous les supports Web existants. Tous les supports car on ne peut imaginer quelle sera la topograhie du Web dans quelques années, voire tout simplement dans quelques mois.



Face au besoin de pouvoir exister, face à un déluge d'informations, la seule réponse ne peut venir de l'entreprise seule. Elle doit venir d'une communauté s'étant identifiée et se sentant prise à parti par la nécessité de faire exister une information (offensive ou défensive). Faire le raccourci entre présence online et vente directe relève d'un mauvais calcul. Par contre, je prends le pari que les entreprises n'ayant pas su développer de réseaux communautaires souffriront plus que les autres.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire