lundi 29 décembre 2008

Au-delà de la Valeur des Choses

Intéressante note de Michel de Guilhermier concernant la remise en cause profonde que la crise actuelle devrait provoquer sur la structure du commerce. Mais j'ai presque envie d'aller plus loin dans la réflexion.


26th of december 2008
Mise en ligne par Belle Boyd


J'ai le sentiment que le "profond changement de comportement et une réflexion fondamentale sur la valeur des choses, le prix des biens, des produits de consommation, des actifs financiers comme immobiliers, etc." comme le dit Michel ne va pas se limiter à cet aspect financier du sujet.

J'ai le sentiment (l'espoir ?) que ce pourrait être l'opportunité pour l'Homme, surtout dans nos sociétés occidentales, de se remettre à penser le sens de la vie, de remettre en cause ces mécanismes de surconsommation où le désir  se supplante en permanence au besoin.

Repenser ses valeurs pour les entreprises signifie plus que jamais de devoir revenir aux bases de leur métier, si tant est que ces bases puissent s'inscrire dans un projet humaniste et non simplement financier. Celles qui s'inscrivent dans la deuxième option vont soufrir.

Les consommateurs vont sûrement aller au plus simple (en gros, du pain et une barre de chocolat plutôt qu'un petit pain avec des pépites dans un joli packaging et tous les produits de synthèse qui vont avec). Et au plus naturel. Tous ceux qui inventent des justifications marketing à forces de pseudo études scientifiques (du genre boire 1,5 litres d'eau par jour est un besoin physiologique) vont se retrouver avec des contradicteurs toujours plus nombreux, virulents et capables d'une résonance médiatique décuplée. A eux de se réinventer pour simplement exprimer leur Mantra (En quoi mon projet d'entreprise vise à aider l'Homme à vivre mieux ?). In fine, aux entreprises également de redonner du sens à l'actionnaire qui, contrairement à ce qui se pratique actuellement, va de plus en plus être un investisseur de la cause. C'est la rentabilité de l'action, inscrite dans un projet de société, qui va faire de plus en plus sens. Une philanthropie intéressée et motivée, qui permettra peut-être de pallier les insuffisances d'Etat incapables de gérer seuls les répartitions et les priorités financières.

Un peu d'utopie en ce début d'année... on peut toujours rêver, non ?



1 commentaire:

  1. Stop stealing picture without any authorization ! Respect Flickr users !

    RépondreSupprimer