mardi 24 février 2009

Projet informatique Vs. projet Web2.0

A tag cloud with terms related to Web 2.Image via Wikipedia

Mc Kinsey publie les résultats d'une étude sur l'adoption du Web2.0 en entreprise et dégage six chantiers de réussite au déploiement de tels projets.

Le cabinet commence toutefois par un constat :
- la moitié des projets Web2.0 ne donnent pas actuellement satisfaction
- le management et top management semblent avoir du mal à bouger leurs habitudes et remettre en cause leurs modes de fonctionnements pour faciliter l'adhésion et l'implication
- l'approche d'un projet Web 2.0 ne doit pas s'aborder (en deux mots) comme l'étaient les projets informatiques de mise en place d'un ERP, CRM ou Supply Chain.

Ce dernier point mérite effectivement qu'on s'y attarde. Les directions ont pris l'habitude durant les années 2000 de découvrir que la mise en oeuvre d'informatique pour structurer un système d'informations impliquait des chantiers très complexes sur le plan de l'infrastructure et de la conduite du projet. Ce n'est pas pour rien qu'en matière de projet informatique on retrouve le jargon utilisé dans les métiers du bâtiment et de la construction : maîtrise d'ouvrage, maîtrise d'oeuvre....

Il faut bien comprendre que si sur un projet informatique classique la part de gestion du projet (spécifications, gestion, conduite du changement) doit représenter (grosso modo) 30% du budget total, en revanche pour un projet type web2.0, cette part monte facilement à 60 / 70% (ces chiffres n'ont aucune valeur scientifique et relève plus de l'analyse du cabinet Cyrano de Bergerac). Mais mon petit doigt confirme... Toutefois, la part technologique n'est pas du tout sur le même ordre de grandeur.

La grande différence par ailleurs entre un projet informatique classique et un projet Web2.0 réside dans le fait qu'en informatique traditionnelle, l'utilisateur réalise des transactions (effectuer un paiement, renseigner une feuille de temps, valider une commande client). Tandis qu'en environnement Web2.0, l'utilisateur va générer l'information qui va déclencher les actions des autres participants.



Ces points de repère manquent aux décideurs qui entendent informatique donc gros projet, gros budget, perturbations, risques...

Pour ce qui concerne les six pistes de succès pour le déploiement d'un projet Web2.0, je vous renvoie à la note de McKinsey pour en lire le détail. Pour ma part c'est du classique.

1 - Développer une culture "bottom-up" exige l'implication du top management.
2 - Les meilleurs usages viennent des utilisateurs.
3 - Ce qui circule est ce qui est utilisé. On pourrait dire que ce qui circule est l'information vivante.
4 - L'implication requière de toucher l'ego, pas seulement le porte-monnaie.
5 - La bonne information vient de la bonne personne.
6 - Trouver un équilibre entre les flux Top-Down et la responsabilité individuelle (cross-management).




Reblog this post [with Zemanta]


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire