mercredi 18 mars 2009

Blogs de patrons, ça s'emballe...

En conclusion de ma note sur les stratégies de réseaux sociaux du monde politique, à l'instar d'Obama qui a prouvé que cela pouvait fonctionner (quand on respecte les règles), je pressentais que cela donnerait quelques ailes à des patrons qui ne supporteraient pas de ne pas pouvoir engager le dialogue de la même manière - selon la logique, si un politique prend un risque, c'est que les bénéfices sont là...

C'est effectivement le cas. J'avais noté il y a quelques jours l'arrivée dans le paysage du blog de Françoise Gri, présidente de Manpower France. Très bien fait sur le fond avec mise en pratique des règles de base d'une bonne prise de parole, sincère et personnelle (Bravo Nico !).

C'est au travers de sa note du jour (Quand démocratie entrepreneuriale et démocratie numérique se complètent) que je découvre un article du Figaro qui concerne l'opposition entre les entreprises IMS et Jacquet Metals (Jacquet Metals, le petit, se livrerait à une OPA rampante en direction de son concurrent IMS) et dont les patrons respectifs se livrent à une guerre de communiqués. Sauf, que le petit - Jacquet Metals, utilise le web et la communication via blog d'une manière assez directe pour porter le débat en place publique, et non au travers de médias interposés :
- Eric Jacquet pour IMS (on notera qu'Eric Jacquet ne se démonte pas en utilisant "ims" dans son nom de domaine..., après un premier échange qui a dû être "musclé" : http://www.jacquet.biz/note.html).

Image 4

IMS risque d'avoir du mal à se faire entendre, étant quasi introuvable en prise directe lorsqu'on le cherche sur Google ("blog IMS", "IMS", "IMS Jean-Yves Bouffaut"...). D'autant que "blog IMS" conduit vers une société "Infomedsolutions" qui risque de connaître une petite poussée de trafic bien involontaire...

Je ne sais quelle sera l'issue de cette affaire, et je me prononcerai encore mois sur le fond pour savoir si le projet d'Eric Jacquet est pertinent sur un plan industriel, mais toujours est-il que sur la bataille de communication, la cavalerie marque un point sur l'artillerie.

Pour les patrons qui hésiteraient à se "livrer" de la sorte en public, je vous recommande de commencer par vous exercer en interne. L'opposition sera moins forte ;-) si elle existe et vous pourrez travailler l'exercice dans un environnement propice. Et sait-on jamais, peut-être que les retours de vos collaborateurs pourront positivement vous surprendre et vous en apprendre...

Nota pour Le Figaro : incroyable de faire un tel article et de citer des blogs sans créer des liens directement dans l'article...



1 commentaire: