jeudi 26 mars 2009

Oracle : livre blanc sur le 2.0 pour les commerciaux...

Oracle s'intéresse donc au Web2.0 et à son utilité pour rendre les
commerciaux plus efficaces. De façon assez surprenante, Oracle commence
par critiquer la logique des outils CRM ("Le CRM utilise une approche «
descendante » pour automatiser les processus métier, collecter les
informations et analyser les données. Au lieu de se conformer à la
façon dont les commerciaux travaillent, l'application leur impose de
s'adapter à son propre mode de fonctionnement. "), voire la logique
applicative informatique au sens large ("Il y a un décalage évident entre les services offerts dans les applications et les réels besoins des commerciaux. " / "La plupart des applications ne sont pas intuitives."). Surprenant,
non ?, pour une entreprise dont le coeur d'activités repose quand même
largement sur ces systèmes applicatifs structurés au travers des bases
de données.


Le constat est toutefois assez juste : effectivement, les systèmes de
CRM en informatique traditionnelle sont plutôt mal perçus par les
équipes commerciales qui y voient plus un outil de flicage qu'un
support les aidant à développer leur activité ; la communication
informelle par mail reste le support d'échange privilégié (pour peu de
disposer des bons contacts).


Dans ce cadre, Oracle recommande donc de passer au CRM en réseau
social, au travers de sa solution sobrement baptisée "Enterprise
2.0". Les composants de cette offre sont détaillés en page 8 du
document : Oracle Sales Prospector, Oracle Sales Campaigns et Oracle
Sales Library.


Dommage, il manque peut-être quelques copies d'écrans des fonctionnalités concrètes que peuvent
offrir ces 3 services. A lire le détail, je pressens
(analyse émotionnelle) que si l'argumentaire est bien senti (encore qu'amusant au regard de l'histoire), la mise en
oeuvre relève de cette logique inhérente à la culture des éditeurs de
solutions logicielles de "mettre l'information à la portée des employés de l'entreprise". D'autant que le document insiste de manière
assez forte sur la légèreté de mise oeuvre (vous achetez, on installe
et ça marche. Tout le monde est ami. Tout le monde partage les
meilleures informations...) ne nécessitant pas de services
particuliers.


C'est probablement ce qui m'effraie le plus dans ce document de
"vendre" et résumer les problématiques de l'entreprise 2.0 à une simple
problématique de solution logicielle.

Sinon, pour ceux qui connaissent un peu le sujet, la première partie vous fournira quelques arguments forts bien synthétisés. Pour ceux qui ne connaissent pas le sujet... contactez-moi d'abord ;-)


Pour vous faire votre propre avis : http://www.cnetdirectintl.com/direct/fr/2009/oracle/0902_crm/register.htm





4 commentaires:

  1. Et voici un court extrait, en avant-première, du prochain livre de Guy Kawasaki, La réalité de l'entrepreneuriat, traduit par Marylène Delbourg-Delphis (titre original Reality CHeck) à paraître chez Diateino le 9 avril prochain.
    Choisissez vos armes :
    Pouvoir 1.0 = muscle et armes
    Pouvoir 2.0 = argent, part de marché ou pouvoir du cerveau
    La plupart des gens et des sociétés choisissent les deux. Pourtant, le Pouvoir 1.0 comme le Pouvoir 2.0 reflètent une façon de penser à la Machiavel — mieux vaut être craint que d'être aimé. Dacher Keltner, professeur à U.C. Berkeley a défini ce que j'appellerais un « Pouvoir 3.0 » dans un article intitulé « Le paradoxe du pouvoir » (GreaterGood Magazine, hiver 2007-2008).
    Utilisez le Pouvoir 3.0 pour charmer les gens. (...)

    RépondreSupprimer
  2. @Dominique : merci de ce commentaire, même s'il ne me semble pas très en rapport avec le sujet de ma note ci-dessus. Je ne doute toutefois pas de la qualité et de l'intérêt du prochain livre de Guy.
    Ceci étant, je ferai prochainement une note sur la différence de pouvoir1.0 vs. pouvoir 2.0 car j'ai mon idée là-dessus et elle ne me semble pas correspondre à ce que vous relayez.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de ce resume JB!
    Perso quand je lis les mots 'oracle', 'E2.0' et 'CRM' dans un meme paragraphe, ca me fait peur pour l'avenir du concept d'E2.0 ... ils vont encore venir tout pourrir avec leurs solutions "si facile à mettre en oeuvre" ... ;o(

    RépondreSupprimer
  4. @Barthox : Oracle, O désespoir ! comme on pourrait dire...

    RépondreSupprimer