mercredi 6 mai 2009

La presse aux fraises

Le secteur de la presse est en crise (j'ai sûrement déjà dû l'écrire celle-là). Cela reste pour moi plus un problème de support et d'organisation vis-à-vis de cette problématique du support que d'une éventuelle crise de marché visant à faire disparaître la fonction ou le métier. On n'est pas dans la situation du fabriquant de chandelles à l'heure du développement de l'électricité...

Je vous recommande au passage l'intervention de Maurice Levy sur ce sujet via le site MondayNote. Quelques prises de position et arguments intéressants, même si je ne suis pas d'accord sur tout, en particulier ce mélange des genres entre informations / actualités et son ersatz populaire, populiste, de caniveau... qui au travers du tamis de la publicité vise à faire croire que c'est pareil.

La partie la plus intéressante me semble ces dernières réflexions sur l'inutilité de cherche UN modèle économique, mais que chaque entreprise qui veut vivre de l'information doit se penser par rapport à son environnement et pas seulement au travers des méthodologies scolaires.

Pour le coup, cela m'a faire repenser à La Fraise en me disant qu'il y avait sûrement une place dans le paysage pour un organe de presse qui voudrait se développer selon ce modèle.

Le principe serait assez simple : le public décide des sujets (salle de rédaction en ligne) via une mécanique de propositions / votes ; la rédaction produit en fonction des sujets souhaités ; le dossier est accessible moyennant paiement, choix de support (en ligne, papier...). 

Là où cette organisation présente un intérêt est dans le choix d'un positionnement "musclé". Il ne s'agit pas de faire un ou deux articles sur le mode dépêche AFP, mais constituer pour chacun des dossiers un véritable travail de recherches et de mises en perspective. Par exemple, ne pas oublier de parler de Dostoievski à propos d'un dossier sur la Tchétchénie pour rappeler que l'on est dans un processus plus que séculaire et c'est en particulier là que réside le scandale.

C'est un positionnement haut de gamme qui s'appuie toutefois sur une communauté active... S'inscrire dans les besoins du moment mais en les développant au travers d'une mise en perspective permettant de redonner du sens.

Si cela intéresse une entreprise de presse - qui chercherait des pistes pour se réinventer, je peux développer, mais en live...



4 commentaires:

  1. C'est en effet une belle idée que voilà.
    Le seul inconvenient que j'y vois, c'est le temps de réaction face à un évènement.
    Entre le délai de vote, l'organisation des journalistes et la rédaction du dossier, il faut croiser les doigts pour que le demandeur (potentiel lecteur) soit toujours prêt à acheter la came...

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant. Ce serait sans doute fécond de faire du brainstorming sur le sujet en y mêlant le citizen journalism (Newsvine, OhMyNews!, etc.)

    RépondreSupprimer
  3. @guam : le timing est en effet important, mais se donner 1 mois entre la sélection d'un dossier et sa livraison, cela reste jouable... l'important est de rester dans l'actualité, sans se noyer dedans en évitant de jouer la course au scoop.
    @Youssef : je ne suis pas sûr que ma réflexion touche le Citizen journalism. Ce serait d'ailleurs plutôt l'inverse. Mais ça n'empêche pas d'en discuter (si on boit un coup)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour JB,
    Oui, ça m'y a juste fait penser (coopération amateurs/pros intelligente et viable) et je le mentionnais car je me disais que ça pouvait servir de source de réflexion.
    Pour le verre, mon projet me prend un temps de malade mais pourquoi pas ? Je vous contacte prochainement.
    PS :
    Il manque je trouve une fonction d'abonnement aux commentaires pour être alerté en cas de nouveau commentaire.

    RépondreSupprimer