jeudi 4 juin 2009

We don't want to believe what we know

Cette phrase est extraite de l'intervention de Yann Arthus-Bertrand à TED. Je la trouve très inspirante pour la réflexion - encore que ce serait mieux si elle inspirait le passage à l'action étant donné le contexte.

Pour faire une toute petite digression par rapport au sujet de Yann Arthus-Bertrand, je trouve que cette réflexion s'applique parfaitement à la situation de nombreuses entreprises et organisations qui continuent à jouer les Autruches en espérant qu'elles passeront au travers...

Pour en revenir au sujet principal, je vous invite à regarder et écouter (I love zis accent) Yann Arthus-Bertrand expliquer son travail. Il annonce par ailleurs que son dernier projet, le film Home, sortie à compter du 05 juin 2009, est ainsi mis à disposition gratuitement, sans copyright. Démarche marketing intéressante quand son métier c'est de diffuser ses idées pour changer les comportements...

Donc, n'oubliez pas d'aller regarder Home à compter du 05 juin.




2 commentaires:

  1. Yann Arthus-Bertrand s'inspire fortement dans son propos des théories de Jean Pierre Dupuis, philosophe français,lui même piochant chez Hans Jonas, pour nous délivrer un message prophétique, s'appuyant sur le principe noémiste, décrivant Noé conjurant le monde de se prémunir de la catastrophe à venir. Noé a eu raison mais aujourd'hui, les "catastrophistes éclairés" dont je fais partie, sont considérés comme des Cassandres, des tristes..... Moi j'opterai plutôt sur la lacheté caractérisée de ceux qui pensent qu'il ne faut rien faire (le problème c'est que faire commence par supprimer l'industrie automobile et cela, le pouvoir économique n'en veut pas)....Quelle tristese effectivement, mais pas celle que l'on croit !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Noé avait le mérite de construire tout en alarmant... Je n'identifie pas de Noé actuellement. C'est peut-être là notre plus gros problème.

    RépondreSupprimer