mercredi 8 juillet 2009

L'Entreprise de Héros...

...et non l'Entreprise de Zéros.

Votre entreprise regorge de talents, rarement exprimés, souvent cachés. Ces héros sont prêts à s’investir pour s’accomplir. Encore faut-il leur en donner les moyens...

Le Héro masqué, bien souvent tapis derrière sa souris et son clavier, patiemment engoncé dans son costume passe-partout, attend le moment où il pourra rentrer chez lui et accomplir ses talents : publier sur son blog le récit concernant sa dernière trouvaille de bricolage que ses lecteurs s’empresseront d’aller acheter, rédiger une critique littéraire sur Amazon ou la Fnac qui aidera le livre qu’il vient de finir à améliorer ses ventes, proposer une idée aux membres du groupe qu’il anime sur Facebook sur un soutien d’une association de protection de l’environnement ou organiser le recrutement de participants à un pique-nique sauvage au bois de Vincennes, partager sur Twitter les commentaires en direct sur la dernière émission de télé-réalité, tout en partrageant les informations en provenance de la situation en Iran...

Tous ne sont pas des Super Héros, mais tous, chacun à leur niveau, participent librement et de manière responsable à cette grande discussion générale qu’est devenue le Web ces dernières années.

C’est dans ce contexte de fracture entre l’environnement que propose l’entreprise et le monde réel tel qu’il se pratique sur Internet que l’entreprise doit se réorganiser. L’entreprise souffre de schizophrénie. Elle cherche d’un côté (pour certaines d’entre elles) à s’organiser pour assurer un lien, un échange avec ses publics, alors que d’un autre côté, elles brident ou tout du moins n’offrent aucune possibilité s’agissant de son organisation interne pour favoriser l’émergence de nouvelles idées, de participations... Comment peut-elle continuer à s’obstiner à ne parler que d’une seule voix quand elle est (potentiellement) interpellée par des milliers ? L’entreprise continue à fonctionner selon un modèle de process où même le travail dit intellectuel a pris des allures de travail à la chaîne alors qu’elle est en situation de guerilla dans ses relations avec le monde extérieur.

Longtemps considérée comme un lieu d'accomplissement personnel, l'entreprise devient sclérosante pour ses membres, alors qu'il ne faudrait pas grand chose pour libérer les énergies.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire