jeudi 27 août 2009

Whole Foods, stratégie on line...

Je pourrais me contenter de vous renvoyer vers cet article du site Mashable "5 social media lessons learned from Whole Foods", mais il me semble intéressant de se pencher un peu plus sur le sujet.

Comme je le disais précédemment, je suis convaincu que la (bonne) stratégie sur Internet pour les entreprises est de démultiplier les points de présence, en offrant en particulier aux structures locales la possibilité de faire leur métier de commerçant en développant leurs propres réseaux avec leurs clients (cf. La stratégie des marques sur les réseaux sociaux est au local). Il ne s'agit d'ailleurs pas forcément de relations de proximité géographique, mais de proximité d'affinités (la géographie n'est pas un problème pour passer commande via email ou téléphone).

En effet, après avoir constaté l'absence de quelques grandes marques de distribution française sur un réseau comme Facebook (Où est la grande distribution sur Facebook ?), il est heureux de constater qu'un des grands acteurs de ce secteur, Whole Foods donc (30 ans, 50.000 employés, 270 magasins), semble avoir tout compris de la stratégie à développer pour capitaliser sur Internet.

Au-delà de démultiplier les points de présence sur différentes plates-formes - ce qui constitue déjà un point remarquable tant ces entreprises ont l'habitude d'aborder ces sujets en se lançant dans des constructions en propre, convaincues qu'elles sont que les gens sur Internet n'attendent que ça de leur part...,la stratégie de Whole Foods est surtout brillante (à ce stade) par la décentralisation opérationnelle réalisée. C'est au niveau de chaque point de vente, ou de chaque point de relations avec les clients que Whole Food développe sa présence, et ses échanges (ce sont ainsi 150 comptes Twitter qui sont actifs...).  

Tout n'est donc pas perdu... Mais comme me le faisait remarquer un collègue ancien du secteur, lorsqu'il bossait en Angleterre pendant ses études, il avait remarqué que le patron du magasin était à 9 heures à la porte du magasin, identifié par un badge, pour discuter avec les clients. Pendant ce temps-là, en France, en général, le directeur de magasin réunit ses chefs de rayon pour leur rappeler leurs objectifs... Et là, on n'est pas dans un problème de compréhension d'Internet.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire