mardi 8 septembre 2009

La nouvelle offre de Libé…

Libération fait une énième nouvelle maquette, offre…etc. ce que l'on peut comprendre dans un secteur qui prend de plein fouet l'impact d'Internet où tout le monde peut s'exprimer, en particulier ceux qui sont à côté de l'endroit où ça se passe, mais également de ceux qui maîtrisent les sujets dont ils parlent.

Que nous propose Libération http://monlibe.liberation.fr/shutdown ? (je ne parle que du web, je suis incompétent en papier).

Une zone gratuite et une zone payante. Que contient la zone payante ?  Le contenu des articles du jour de la version papier, l'accès aux archives, ainsi qu'une possibilité de me créer une bibliothèque…

Autant dire pas grand chose de valeurs qui méritent un paiement de 6 ou 12 euros par mois. Sauf à ce que la version papier permette une telle prise de recul par rapport au quotidien, je ne suis pas certain que cela va représenter la panacée. J'ai suffisamment des flux RSS de différents journaux, sans compter mes abonnements Twitter, pour identifier ce qui émerge de l'actualité. Pourquoi me taperais-je la lecture de la version papier dans un format Flash qui le rend illisible à l'écran. Si vous voulez me proposer le contenu, le contenu me suffit… Enfin, ne soyons pas trop pessimiste, peut-être est-ce un premier pas avant que des offres comme le Kindle ne vienne justifier de ce type de service. Mais à l'instar des plaintes de ce secteur envers Google, le prochain ennemi ne sera-t-il pas Amazon ?

L'accès aux archives. Etonnant comment le fait de rendre les archives payantes prive Libération d'autant de contenus référençantes par Google, donc identifiables par ceux qui recherchent de l'information…
Quant à la possibilité de me créer une bibliothèque… qu'est-ce que cela offre de plus que mon service del.icio.us ou Twine qui me permet de conserver l'ensemble des informations qui m'intéressent ? Vous me direz, l'accès aux archives… ouais… 
J'ai l'impression que cette tentative ne va pas changer grand chose sur le fond. Du reste, on peut constater que le débat n'est pas ouvert sur cette nouvelle formule. Aucun commentaire possible. C'est à prendre ou à laisser. Je laisse… D'ailleurs les règles rappelées en ce qui concerne la gestion des commentaires sont là pour vous confirmer que vous ne serez toujours pas considéré comme un peu propriétaire de votre journal ("Mais les règles de suspensions, de suppressions de posts ou de profils publics seront applicables de la même façon pour les abonnés.").

S'il y a peut-être une petite raison d'espérer, c'est dans l'ouverture de versions locales (dites éditions régionales), où l'on pourrait se dire qu'il manque Paris - à moins que l'information à Paris ne soit pas un concept local, mais national.

Bref, on est quand même très loin de la plate-forme de services d'informations que devrait être un media qui manipule et traite l'information, que devrait être une entreprise qui permettrait à ses membres de manipuler et traiter l'information. Mais quel serait le modèle économique ? Pas celui auquel vous pensez, mais quand on veut sauter dans le grand bain, il est préférable de porter des lunettes de piscine plutôt que des lunettes vue…



 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire