jeudi 17 décembre 2009

Vous ne servez à rien !

"Vous ne servez à rien ! ...". La sentence est tombée. Lapidaire. Pourtant Regis Duplan était convaincu de faire partie des employés, pardon, des managers modèles. Toujours à l'heure, ne comptant pas son temps pour finir ses tâches dans les temps impartis. Et cela devenait de plus en plus difficile d'être dans les temps. Depuis 1 ou 2 ans, il avait bien senti que quelque chose s'était accéléré dans le rythme. De plus en plus d'informations provenaient de sources de plus en plus multiples. L'autre jour il avait même dû traiter avec le service client qui lui avait envoyé un message d'à peine une phrase, genre "#boite_choc ras le bol de ces produits, c'est le troisième qui tombe en rade et personne au sav"; "est-ce que tu peux prendre conatct avec @pierre_75 et régler ça ?" Franchement les gens deviennent de plus en plus insupportables et malpolis. ET COMMENT que je le contacte ce @pierre_75 si j'ai pas son adresse ?

La boîte email n'en pouvait plus. Il fallait la dégorger régulièrement puisque le service informatique imposait un quota d'espace disponible. De plus en plus régulièrement. Mais à chaque fois, il fallait s'interroger sur ce qu'il fallait garder, au cas où, de ce qui pouvait être effacé. Et depuis peu, ça ne loupait pas. A chaque fois on lui demandait de ressortir des dossiers qui avaient été effacés. Quand il essayait de retrouver avec qui il avait traité, c'était mission impossible. Tu parles, va chercher avec qui tu parlais de quoi dans un répertoire téléphonique. Et quand ils n'étaient pas effacés, il fallait s'y reprendre plusieurs fois avant de trouver l'information, tant ce moteur de recherche dans les emails est inefficace. Et je ne parle pas du serveur de partage des documents. Comment tu veux que je trouve un document si je ne sais pas dans quel dossier il est rangé ?

Même plus le temps de lire ses revues professionnelles ("faudra que je fasse attention, je vais finir par ne plus être au courant"). Il s'était bien rendu compte qu'il passait un temps fou à gérer ses mails envoyés à de multiples interlocuteurs qui ne répondaient pas tous en "reply all", ce qui imposait dans ce cas-là de reconstruire le fil des échanges et ré-expédier à l'ensemble des personnes.

Quand il allait aux toilettes, ce qui devenait le seul moment propice à la réflexion, il s'imaginait qu'il devait bien y avoir autre chose. Ça devenait impossible de passer autant de temps à gérer de l'information, à coordonner des emails, à chercher... Faudrait vraiment qu'il aille faire un tour sur l'Intranet un de ces jours. Cela fait plusieurs fois qu'on lui en parle. Il paraît que la nouvelle version permet justement d'organiser des discussions, que l'on peut classer dans des groupes... comme tout cela est n'est pas archivé dans les emails, il paraît qu'on peut conserver tout ce qu'on veut... ouais, pourquoi pas (zip) ! Mais franchement pas le temps d'aller faire mumuse sur un truc où on discute. J'ai suffisamment de mal à échanger avec mes collègues par mail pour m'amuser à en plus discuter avec eux sur un site web.


"Vous ne servez à rien qu'ils m'ont dit. Il paraît que je suis improductif, limite contre-productif, et que je ne contribue pas à la création de valeurs pour l'entreprise étant donné que je n'ai mis à disposition aucune information sur le nouvel Intranet, que je n'ai pas incité mes équipes à passer par ce canal, faisant courir un risque à ces dernières de devenir aussi inutiles que moi pour l'entreprise... Pfff ! Avec le nombre d'heures que je fais. C'est vraiment n'importe quoi."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire