vendredi 19 février 2010

Google essaime, et récolte

Google constitue vraiment un cas à part dans l'Histoire de l'Entreprise. On connaît tous le succès. On a une vague idée de l'ensemble des projets que tente l'entreprise. La réactivité est si forte que l'entreprise peut se permettre de reconnaître qu'elle s'est trompée

Le poids de Google est si important qu'il se retrouve quasi seul capable de discuter à égalité avec le gouvernement d'un pays comme la Chine... 

Tout cela n'est effectivement pas le fruit du hasard. Jeff Jarvis dans son livre Que ferait Google ? pose les fondements (au moins dans la première partie) de ce qui fait que Google est original, innovant et "successful" (désolé, mais il n'y a pas d'équivalent en français). 

Mais il y a un autre point qui commence à pointer le bout de son nez. La jeunesse de l'entreprise fait qu'on ne pouvait e remarquer auparavant. Google ne retient pas ses collaborateurs. Google les invite même à dégager dès lors qu'ils ont des fourmis dans les pattes (ou les neurones) et que le vaste périmètre des projets de Google n'est pas suffisant. Mais Google, contrairement à ce que font beaucoup d'entreprises (pour ne pas dire toutes), veillent sur ces Anciens. Google les suit, les aide, les soutient. 

Et lorsque Google juge que ce qui a été développé est intéressant pour Google, elle ré-intègre son entrepreneur. Il suffit de regarder la liste des dernières acquisitions de Google pour constater qu'il y a un nombre très élevées d'entre elles qui ont été créées par des Anciens de Google. 


Je développe pas, mais je pense que vous comprenez que c'est une vraie stratégie et culture de développement qui fait grandement défaut par ailleurs, et par chez nous. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire