jeudi 18 février 2010

Les nouveaux influenceurs

J'avais noté l'anecdote, mais comme il s'agit d'un "people" en première ligne, je ne voulais pas être le premier à en parler, au risque de devenir un chasseur de scoop toujours sur la brèche acérée de l'information instantanée.... Comme j'ai vu quelques twitts passer sur le sujet, je peux y aller. 

Kevin Smith a eu un problème avec la compagnie Southwest, puisqu'il s'est fait sortir de son avion au motif d'une surcharge pondérale... Mais Kevin Smith a un compte Twitter très actif et il s'en est ouvert à ses Followers. 

Toute l'histoire est racontée par Mashable : http://mashable.com/2010/02/14/southwest-kevin-smith/

Comme je le disais il y a quelques années (en même temps, cela ne doit pas dater de plus de 2 ans), le service consommateur d'une marque n'est plus dans une position de "réception", mais d'écoute. En tant que consommateur, je n'écris plus à une marque. Je publie sur mes espaces de prises de parole : blog, facebook, twitter... des fois sur tous en même temps. Charge à la marque de détecter au plus tôt mon problème pour éviter que cela ne provoque un effet boule de neige. 

Nous sommes donc tous des 50 millions de consommateurs en puissance. Ceci étant, c'est à la réserve près que nous disposions tous de 50 millions de gens qui nous suivent. 50 millions, c'est une image. 10 personnes de votre entourage qui se sentent vraiment concernés par votre propos et c'est 10*10*... Mais je vous l'accorde, il y a plus à craindre pour une marque d'un Kevin Smith ou d'un Jeff Jarvis qui avait fait plier le service consommateur de Dell il y a 2 ans environ, que de Régis Duplan. 

Peut-être assiste-t-on à une nouvelle hiérarchie sociale ? Des auteurs suédois avaient évoqué la montée en puissance des netocrates en 2006 (environ). Cela semble se confirmer. 

Cela ne plaît pas au medias traditionnels qui perdent ce rôle de censeur. C'est perturbant pour les entreprises qui étaient habituées jusque là à ce que la majorité silencieuse ne dispose d'aucun relais médiatique susceptible d'entraîner des mouvements de foule. Cela pose la question de la responsabilité (personnelle, morale, éthique, sociale) de ces nouveaux influenceurs. 




3 commentaires:

  1. C'est toujours un plaisir de te lire Jean Baptiste, merci pour tes articles.

    RépondreSupprimer
  2. @Gautier : merci, ça fait toujours plaisir d'avoir un retour par ailleurs. C'est cadeau, c'est moins cher que gratuit, alors profitez-en !

    RépondreSupprimer
  3. Je confirme l'avis de Gautier ...

    RépondreSupprimer