vendredi 21 mai 2010

C'est dans les gènes...

On entend souvent cette expression à propos des entreprises, principalement lorsqu'il s'agit de définir des valeurs, un caractère conditionnant une organisation, des comportements, des profils d'employés...etc. 



Les grands gourous du conseil en marketing stratégique ou entrepreneuriat (Godin, Kawasaki...) font également souvent référence à ce qu'ils appellent le "mantra". 



Google veut ainsi lutter contre le Mal... en donnant accès le plus librement possible, au plus grand nombre, à l'information. Et pour ce faire, Google facilite la mise à disposition d'informations. Je peux disposer gratuitement d'outils performants d'analyses en contre-partie de ma participation à l'alimentation de cet écosystème. Et au départ, Google a donc simplement commencé en proposant des réponses aux questions que vous lui posiez. 



Finalement, je m'interroge un peu plus sur Facebook. C'est quoi le but ultime de Facebook ? Parce qu'au départ, c'est un système qui a été pensé pour maintenir le contact et organiser des événements. On aurait pu imaginer que c'était un système qui permettait aux étudiants de devenir plus performant dans leur cursus. Pour le coup, cela aurait donné une ligne directrice humaniste en quelque sorte. Mais simplement permettre de maintenir le contact est-il suffisant pour évoluer dans le bons sens ? Est-ce que cela ne vient pas de là les problèmes de fond que l'on peut identifier actuellement où Facebook développe de son propre chef des Pages de Communautés reliés à Wikipedia qui concurrencent ce que les utilisateurs de Facebook peuvent vouloir faire de leur côté... créant un sentiment de concurrence anormal entre Facebook et ses propres utilisateurs, avec la suspicion de vouloir forcer la main commercialement, pour que ceux qui voudraient absolument reprendre le lead sur un sujet passent par le système de publicité interne à Facebook. Ou encore cette décision unilatérale de faire sauter la possibilité de définir un onglet d'accueil des personnes encore non membres d'une page ; tout du moins de réserver cette possibilité uniquement aux administrateurs des Pages disposant de plus de 10K fans. Là encore, le moyen de reprendre la main reste alors l'investissement commercial. Et finalement, de réviser sa position sur ce sujet devant la réaction des responsables de Pages... 





Je ne dis pas que Facebook, c'est pas bien, c'est dangereux...etc. Au contraire, toute entreprise doit comprendre cet écosystème, les mécaniques existantes, le potentiel qu'elle peut en tirer en matière de relation avec ses parties prenantes au sens large, s'y investir, y investir. 



Mais dans le même temps, je pense qu'il faut s'interroger sur l'insécurité (ou garder à l'esprit ce potentiel) pouvant être liée à ce code génétique d'étudiant, forcément un peu instable en terme de comportement et d'attitude. 







3 commentaires: