mercredi 2 juin 2010

N'ayez pas peur de votre e-reputation, mais plutôt de vos "amis"

D'aucuns, débordant de conseils, expliquent qu'il faut soigner sa ereputation. Il faut se marketer car on est tous devenus des produits... Ce que j'ai retenu de ces quelques années passées, c'est qu'on ne peut définitivement pas plaire à tout le monde, même avec la meilleure volonté du monde. De même qu'il faut parfois arrêter de penser qu'on n'est pas clair ou intelligible. Les cons ça existe... 



Le problème potentiel dans l'ereputation provient largement plus de vos cercles de contacts, concept réduit à la portion congrue du seul qualificatif d'amis, de friends, de followers (encore que followers c'est plutôt pas mal). L'affaire récente des consultants virés de chez Alten pour des propos qu'ils auraient tenus à l'encontre de leur entreprise sur Facebook ne pose pas le problème par Facebook de respect de la vie privée. Elle pose le problème de la délation. Elle pose le problème de l'exploitation de correspondances privées. Elle pose le problème que dans le cercle de contacts, il y a avait un consultant "ami" qui n'a rien trouvé de mieux que de faire des copies d'écrans pour les remonter à sa direction... Pour ma part, une fois le mal fait, je pense qu'une bonne explication se serait imposée avec les consultants mécontents de leur entreprise, sans forcément présupposer le licenciement. Le licenciement ne peut provenir que des suites de l'explication dans le cas où chacune des parties constatent qu'elles n'ont finalement aucun intérêt bénéfique mutuel. De leurs côtés, ces fameux consultants ont peut-être manqué de courage pour aller porter la discussion directement au lieu de gloser dans leurs coins... 



En revanche, celui que j'aurai immédiatement licencié, sans discussion préalable, c'est bien ce "faux ami" qui a fait oeuvre de collaboration, de délation, dans ce que cela a de plus vil. Celui-là ne mérite pas d'être consultant, qui est une activité qui appelle bien souvent à manipuler des informations confidentielles de clients... 



Facebook n'est pas un réseau public. C'est un réseau privé. Qui a certes une tendance forte à vouloir redéfinir la notion de ce qui est "public"...  mais qui n'est pas responsable des corbeaux et autres petites fouines.  





Un vrai cas d'étude pour tous les managers et autres instituts de formation en management. La délation sert-elle l'entreprise ? Peut-on admettre que ses salariés aient un avis critique sur leur entreprise ? Peut-on admettre que ses salariés expriment parfois ces avis critiques hors des murs de l'entreprise ? 



Egalement, est-ce que les échanges exercés au sein d'une plate-forme comme Facebook peuvent relever de la correspondance privée ? Est-ce que l'exploitation de ces échanges est légale ? 








1 commentaire: