mardi 10 mai 2011

Mediterranée des Etats, mediterranée des peuples par Jacques Huntzinger

Pour une fois, pas de management, de web (encore que...), de technologie... Juste quelques notes prises à l'occasion de la conférence du lundi organisée par l'IHEDN avec Jacques Huntzinger qui est intervenu sur le thème Mediterranée des Etats, Mediterranée des peuples. Pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet, vous pouvez lire "Il était une fois la Méditerranée". 


Comme je le disais, ce ne sont que des prises de notes, donc forcément, le style littéraire en prend un coup. A la relecture, il m'est apparu que l'élément important ( c'est du reste, ce qui m'avait le plus étonné sur le moment) était la pratique de la non violence dont on se rend compte qu'elle échoue en Lybie, tandis qu'elle serait en train d'offrir de nouvelles perspectives et moyens de (non)actions aux Palestiniens, non sans inquiéter quelques services d'Israël qui anticipe déjà quelques difficultés à gérer un engagement pacifique... Nous verrons bien. La préparation a été longue et remonte à 10/15 ans pour les aspects sociétaux les plus lourds (démographie, éducation...) et à 4/5 ans pour les aspects plus pratiques, faciilités en cela par Internet. A ce sujet, les services occidentaux ont reconnu récemment ne pas avoir vu venir le coup, ce qui paraît toujours aussi incroyable quand on commence à comprendre que les activistes ont développé leurs échanges au travers d'Internet. Confirmation que les services étatiques ont décidément loupé ce sujet (peut-être concentrés qu'ils étaient dans la lutte contre le téléchargement...). 


Bon, je vous laisse prendre connaissance des points évoqués ce soir. 


 


Révolution arabe : révolte des peuples contre leurs Etats


Le périmètre de l’exposé s’est limité, volontairement, à la dimension sociologique.


1/ Méditerranée des Etats


La méditerranée des Etats apparaît au 20ème siècle et succède à la Méditerranée des Empires.  Certains Etats sont anciens (Egypte, Maroc), d’autres sont neufs, voire créés de toutes pièces : Jordanie, Lybie...


Les Etats se construisent sur un nationalisme, autant des dirigeants que des peuples, en osmose.  L’Etat est par nature despotique, qui finira par étouffer les peuples. Il se produit une véritable cassure entre la conception de l’Etat sur les rives Nord (droit et libertés des peuples) et Sud (despotisme).


A la fin du 20ème siècle, le discours dominant accorde une spécificité au monde arabo-musulman vis à vis de la démocratie. « Dawla » : dynastie, généalogie… du Prince. Cette notion du Sud s’oppose à celle du Nord où le Prince exerce le Pouvoir, mais n’est pas le Pouvoir.


Le ntaionalisme autoritaire emprunte :


-       A la constitution sunnite qu’il laïcise ;  


-       Aux institutions modernes européennes, mais en apparence uniquement pour les  structures ;


-       A la conception marxiste-léniniste du pouvoir : parti unique, populisme, contrôle des medias.  


Le débat sur l’esprit démocratique a toutefois existé, même si ces moments libéraux ont échoué.  La Démocratie est toujours présentée et perçue comme une intrusion étrangère.


Dans les années 1950/ 1960, il n’y a pas d’offre, pas de demande démocratique. Le marxisme léninisme européen « fait fureur », qui va être à la source (Parti Etat) du socialisme arabe.


Dans les années 1970, se développe une nouvelle légitimation du despotisme :


Instrumentalisation du religieux par le politique ;


rejet de la démocratisation, dangereuse pour la stabilité ;


le risque islamiste fragilise la démocratie.


La pratique du pouvoir s’organise sous la forme de l’Assabia, soit l’exercice du pouvoir par un groupe qui opère une prédation de l’Etat, accapare le partage des richesses publiques. L’Etat moderne est une Assabia qui a réussi.


Les appareils de sécurité se distinguent des armées dont les dirigeants se méfient. Le système est perfectionné, voire sophistiqué.


2/ Méditerranée des Peuples


Nous assistons actuellement, peut-être, à une révolution politique… 


La « Délégitimation » des régimes est le premier et principal acquis du « printemps arabe ». On ne reviendra pas aux formes précédentes de régime.


La modernisation sociale des peuples est le catalyseur oublié des analyses. Aucun analyste n’a pris en compte l’évolution des sociétés.  Les sociétés arabes ont démarré leur modernisation il y a 20 ans, tandis que les Etats sont restés sur le même mode. C’est cette distorsion, à son paroxysme, qui est devenue intolérable (Tocqueville).


 


L’Etat despotique des Etats de la méditerranée présentaient 3 formes différentes de légitimité :


Restitution de la dignité (Nasser en Egypte) ;


Référence historico-religieuse (Roi Maroc) ;


Rétribution par la rente (monarchie pétrolière)


 


La nouvelle forme de légitimité demandée par la Société repose sur l’universalité, et s’appuie sur :  


De nouveaux processus, nouveaux acteurs sociaux



  • révolution démographique

  • révolution technologique (cela fait au moins 5 ans que les différents meneurs échangent et ont préparé le mode opératoire des événements du printemps, grâce aux blogs, aux réseaux sociaux...) 

  • révolution générationnelle : mondialisée, laicisée…etc.


L’échec de l’islamisme radical



  • absence de revendications religieuses dans les révoltes

  • évolution politique des mouvements islamistes

  • les débats internes (participer ou pas)


L’explosion du contrat social



  • L’ancien contrat proposait le pouvoir au despote contre le pain au peuple

  • L’augmentation des prix, la répartition de plus en plus inégale, le clanisme… ont créé un décalage, et finalement une rupture.  


 


3 révolutions sont acquises :


- délégitimation des pouvoirs établis


- mouvements lacicisés et mondialisés


- non violence (un des facteurs les plus importants) 


 


Pour conclure, les transitions possibles :


- Tunisie : seule situation où délégitimiation et révolte aboutissent sur une révolution constitutionnelle (élection assemblée constituante), politique (disparition de l’ancien parti, parité homme / femme…Etc.), et sociale (force du débat).


- Egypte : le fait marquant est l’alliance entre le mouvement du 06 avril et l’Armée. Mais l’Egypte est directement passée aux élections législatives et présidentielles. Situation à analyser en septembre.


- Maroc : ce pays présente un processus contradictoire qui réaffirme une létimitié historique (réaffirmation de la monarchie) tout en introduisant une nouvelle légitimité populaire (introduction du référendum)  


- Syrie, Lybie, Algérie (pays qui a le plus de révolte depuis 15 ans, mais traumatisme de guerre civile)


- Complexité sociale et politique



  • Dualité Anciens (clans) / Modernes (mondialisé)

  • Evolution de l’islamisme politique

  • Rôle des armées

  • Quel modèle ? Certains avancent le modèle Turc, mais il n’est pas certain que ce soit le modèle qui se dégagera  


- Economie


- Géostratégie (Barhein, Syrie)


 


 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire