jeudi 23 juin 2011

Buzz, viral marketing : calcul du point d'emballement

La viralité d'un événement sur Internet part toujours d'un message transmis à quelques contacts (via email, twitter, facebook...). Ces premiers récepteurs transmettent à leur tour, par envie de partager, par réflexe, par hasard... et ainsi de suite. 


Lorsqu'elle est recherchée, la viralité est au départ provoquée. Emailing, bannière, mots clés... les techniques sont connues. Entre en ligne de compte tout de même à ce moment-là l'intérêt du contenu qui reste primordial si l'on vise à ce que les premiers contacts à qui l'on propose le contenu le relaie simplement. 


Par la suite, lorsque la mayonnaise prend, se crée un phénomène d'auto-emballement où chaque internaute  étant un relais d'informations, incite ses propres contacts à monter dans le bateau (ou à sauter du bateau si l'on pratiquait une analogie panurgienne...). Il n'y a plus besoin de stimuler les contacts (ou les cibles) qui font eux-mêmes le travail. Et ainsi de suite. 


Si tout fonctionne bien, on est normalement sur une courbe d'adhésion (d'abonnements) de type exponentielle. 


La grande question est donc de savoir à partir de quel moment on peut appréhender ce point de bascule. Je ne sais pas s'il existe déjà des formules ou des algorithmes capables de déterminer ce "break heaven" (expression tout à fait indépendante de l'agence du même nom), mais cela pourrait constituer un bel axe de recherche. 


Les datas, l'analyse des datas, la compréhension des datas, toujours les datas... data is money ! 


 



1 commentaire:

  1. Malgré l’ascension des médias sociaux, le courriel reste le moyen le plus utilisé pour communiquer avec ses clients et prospects.

    RépondreSupprimer