lundi 31 octobre 2011

ROI Social Media

Sujet qui prête toujours à controverse, ou qui arrange facilement les uns, ou les autres... Toujours est-il qu'en période difficile, il est nécessaire de garder l'esprit clair sur ce que l'on fait, et pourquoi on le fait.

Emmanuel Vivier livre une présentation de très bon (excellent) niveau, qui se suffit quasiment à elle-même. Je ne vais donc pas épiloguer. Pour moi c'est clair.
Cela offre une formidable feuille de route pour une Direction qui souhaiterait piloter ses opérations tactiques et ses opérateurs (collaborateurs, agences...etc.).

Tout cela fonctionne avec des Datas qu'il faut récupérer, anlyser... mettre en perspective. Je vous livre juste les quelques liens utiles offerts par Emmanuel au long de a présentation. ça pourra toujours servir :
- Crowdbooster;
- Edgerank ;
- Agorapulse ;
- Tweetreach ;


lundi 24 octobre 2011

Curation versus Automatisation


Le terme Curation permet sans doute permis à certaines entreprises de penser qu'elles ont enfin trouvé le moyen de pouvoir participer aux discussions les concernant au travers des Social Media grâce à l'outil magique. 

L'Agrégation (de contenus) faisait la promesse de permettre aux entreprises d'être largement présentes en jouant sur les interconnexions possibles de flux d'informations. En branchant ma rubrique Actualités où je publie mes communiqués de presse sur mon compte Twitter, j'assure ma présence sur Twitter. Rapidement, l'entreprise se rend bien compte que cela n'apporte aucun effet bénéfique. Les journalistes à qui j'avais l'habitude d'envoyer mes communiqués de presse ne se pressent pas plus que ça pour me "follwer"… d'ailleurs, personne ou très peu de monde globalement semble s'intéresser à mon compte Twitter, relais de mes communiqués officiels… de mes promotions, de mes offres commerciales… 

Avec la Curation, on est en train de retomber dans le même travers… Bien entendu, comme nombreux sont ceux qui parlent d'Outils de curation, il est clair que le responsable d'entreprise fait une fixette sur le mot "Outil". Mais en grattant un peu le sujet, il se rend bien compte que la Curation, c'est du boulot. Certes on peut parvenir à une certaine forme d'automatisation, mais avant cela, il faut s'assurer de la qualité des contenus, donc des sources que l'on propose. Et encore, une fois tout cela mis en place, il faut à un moment donné réagir (travail communautaire). 

En fait, que recherchent les entreprises ? Les entreprises ont réduit la voilure en terme de personnels sans pour autant repenser un certain nombre de process allant avec. Dans le meilleur des cas, les économies réalisées sur la variable d'ajustement humaine ont été pour parties utilisées pour faire assurer le service par d'autres (le fameux prestataire). Mais dans la majeure partie des cas, cela n'a pas pour autant dégager du temps. 
Du reste, cette problématique Social Media remet au goût du jour l'implication directe de l'entreprise (et de ses employés) dans un système qui a consisté ces dernières années à se décharger sur l'Agence ou le prestataire, de toute charge opérationnelle, quand il ne s'agit pas tout simplement de toute réflexion stratégique. 

Et on persiste à continuer de croire que l'on va trouver une solution miracle permettant de mettre quelques mots clés de ci de là pour faire ce travail d'interactions communautaires et de relations clients. 

Les entreprises veulent du process, quand les gens veulent de l'humain, et de proximité en plus. 

mardi 11 octobre 2011

Quelle valeur pour l'information ?

Je ne suis pas certain d'apporter des réponses. Loin de là... Mais en ReTwittant ce matin cette "information" sur un achat de chars américains par la Grèce, j'ai eu un mauvais pressentiment.
Celui qui a twitté l'info n'est pas du genre à balancer n'importe quoi (il a fait un très bon lycée ;-) et la source (http://www.atlantico.fr/decryptage/scandale-grece-plan-rigueur-mais-achat-chars-industrie-armement-americaine-199502.html)... bon d'accord c'est Atlantico, mais quand même. 

Mais j'avais un mauvais pressentiment... 

C'est vrai que sur le coup, ça m'a un peu mis en pétard. Mais, on se dit qu'on n'est plus à un cynisme près. Ou plutôt que chaque cynisme fait passer le précédent pour un ange. 

Et ce soir, je tombe sur cet article http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/10/les-chars-fant%C3%B4mes-de-larm%C3%A9e-grecque.html, blog de Libération (oui, bon, pas mieux...) tenu par Jean Quatremer. 

Saine réaction de sa part. Autant, j'avais un mauvais pressentiment, autant il a fait son métier. Il a contacté le ministère de la défense grecque, qui dément. 

Mais globalement, ce sujet est peut-être l'arbre qui cache la forêt ou le reflet d'une réalité dont on ne sait plus si elle s'inscrit dans la fiction ou la manipulation. Les medias et les chancelleries s'enflamment, avec l'augmentation du nombre de reprises de cette "information" sur de nombreux blogs... et pourtant, comme le dit Jean Quatremer, on en revient toujours à une source unique (http://www.defencegreece.com/index.php/2011/10/the-u-s-approved-to-grant-400-m1a1-abrams-to-greece/), site dont on peut simplement savoir que "defencegreece.com is a private, non-governmental defence and geopolitics blog maintained by  aerospace, defence technology and industry enthusiasts." 

Je ne discute pas du modèle économique (l'investigation c'est vrai que ça coûte plus cher qu'un twitt...), mais il est certain que l'on a besoin de journalistes veilleurs qui soient capables de couper court à ces traînées de poudre qui immanquablement provoquent des incendies, quand il ne s'agit pas d'explosions, dans les milieux financiers. Et à la fin, c'est le citoyen qui trinque...