dimanche 27 novembre 2011

BNP Paribas, Parlons vrai

La BNP nous engage à parler vrai avec elle au travers de son site "Parlons Vrai". L'opération est relayée par voie classique de publicité télévisuelle.

Alors certes, le site est agréable. On y voit des questions postées par vous et moi. Il y a même les photos de celles et ceux qui posent des questions, ainsi que les dates.

Les réponses sont apportées par de vrais prénoms de vrais gens de la BNP : Jean, Pierre, Nathalie...Etc.

Pour poser des questions, il suffit de cliquer sur le lien "Poser votre question" et vous disposez d'un champ libre de saisie de 120 caractères. Question concise donc...

Oui, mais voilà... quand on fouille un peu, difficile de trouver des questions récentes. Enfin, la plus récente trouvée date du 24/11, soit jeudi. On peut supposer qu'il y a un mécanisme de modération, mais ça ne fait pas beaucoup de questions par journée... et comme je peux poser ma question directement, sans passer par la case "créer un compte" où je chargerais la photo de mon profil - voire mieux, en me connectant via mon compte Twitter ou Facebook qui ont déjà toutes ces informations de personnalisation, je me demande à qui appartiennent ces photos de vrais gens qui ont posé leurs vraies questions.

Les questions font de même penser à une compilation des principales remarques que peuvent faire globalement les gens en ce qui concerne les banques en général. C'est probablement pour amorcer la pompe et donner le ton des questions qui seront acceptées, mais ça fait très propre comme question. Une présentation des engagements sous forme moderne de dialogue ?

De même pour les prénoms des conseillers qui répondent. Finalement, qui sont-ils ces conseillers qui répondent ? Un prénom, c'est un peu court. D'autant que j'aimerais bien réagir à certaines réponses qui me paraissent un peu justes ou nécessitant des développements complémentaires.

On a quand même globalement le sentiment d'une opération qui ne va pas jusqu'au bout de la démarche du "Parlons vrai". Ca attrapera quelques chalands qui se diront "chouette, on va pouvoir engager la discussion en place publique..." et qui comprendront rapidement que le parler vrai, dans la banque, doit respecter des règles précises et encadrées.

On est tout de même très loin des espaces de dialogue à la "User Voice" qui permettent de mettre en place de vrais espaces de vrais dialogues avec des vrais gens qui vont échanger sur de vraies questions / réponses. Mais c'est un autre chantier qui implique de plus se concentrer sur une organisation d'interactions que sur une création graphique faisant penser à un site d'échanges avec un contenu somme toute aseptisé.

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer