dimanche 20 novembre 2011

Social Media, la bataille du dernier mètre (clic ?)

Les Social Media, ou plus globalement la stratégie digitale, pose régulièrement la question de son ROI... Comme expliqué dans cette note (ROI Social Media) qui reprend une présentation réalisée par Emmanuel Vivier, il s'agit de savoir ce que l'on veut mesurer et de nombreux outils commencent à apparaître qui vous permettent d'analyser vos différentes statistiques. Avec pour objectifs de mieux comprendre qui sont ceux qui vous suivent, vous lisent, interagissent... Vous savez ainsi qu'il est préférable de Twitter tel jour à telle heure (moment le plus favorable pour que votre message déclenche une action de lecture ou un ReTwitt), ou de publier sur votre page Facebook selon que vous voulez que les gens réagissent ou que les gens s'abonnent... Quels sont les types de messages qui font réagir ...etc. Eléments importants pour bâtir une véritable stratégie éditoriale relationnelle.

Mais, in fine, c'est la progression du CA qui passionnera les Directions. Sur ce point, différentes solutions commencent également à apparaître.

Les plus basiques vous permettent de monétiser votre propre réseau. Si vous relayez l'offre, ou le message, auprès de vos contacts, vous pouvez espérer toucher un kopek. Mais comme le disent certains analystes, si je découvre que mes amis me recommandent des offres parce qu'ils y ont un intérêt sonnant et trébuchant, je vais commencer à douter de leurs messages enthousiastes sur tel produit ou service. L'ensemble du système reposant et fonctionnant sur une affinité de confiance, il n'en faudrait pas plus pour que tout cela perde de l'intérêt.

Les solutions allant un peu loin que cette basique distribution de coupons plus visent à récompenser l'ensemble des acteurs impliqués. Celui qui relaie l'offre et celui qui en profite.

Dans une logique un peu évoluée, Likebids (http://likebids.com/) propose d'activer l'offre de réductions si un certain volume d'activités de recommandations se réalise. A partir de 3 "likes" par exemple... Mais on reste effectivement au niveau d'une mécanique pré-achat.

Dans une logique post-achat, Curbit (http://www.curebit.com/) propose de donner une réduction, limitée dans le temps, au client après qu'il a réalisé un achat. Ce coupon est valable pour l'acheteur et pour ses contacts. Il ne s'active que si l'un des contacts procèdent à un achat. le client a donc tout intérêt à relayer le coupon pour en faire profiter ses amis, et pour en profiter lui-même. Lorsqu'un "ami" active le coupon, le client et son contact sont informés. Selon Curebit, lors d'une campagne test, 60% des clients ont relayé l'offre auprès de leurs réseaux.

La logique est intéressante puisque l'offre se déclenche après l'acte d'achat. Donc, effectivement si je reçois une proposition d'un de mes contacts dans ce cadre, je sais que c'est après avoir fait l'acquisition du produit que cela se passe...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire