jeudi 31 octobre 2013

Du management de projets dans un monde complètement flux

La pratique d'Internet au quotidien et dans le monde professionnel a fait évoluer la gestion de l'information de l'évènement au flux. Auparavant, dans des temps pas si lointains, l'important était l'ossature du support de communication (le courrier, la plaquette, la brochure, le site Corporate…). Tout le monde concentrait ses efforts sur la définition, la production et la mise en place de l'objectif du projet. Celui-ci en place, on pouvait passer à autre chose. 

Dans un monde de flux, l'important commence à partir de la mise en ligne. C'est à ce moment-là que l'interaction, les velléités d'engagement démarrent. La phase de préparation doit intégrer ce chemin de fer permanent qu'il va falloir alimenter sachant que les aiguillages peuvent bouger en cours de route et qu'il faut dans ce cas avoir anticipé comment on devait réagir. 

Le management de projet, dans la continuité de la gestion de projets vue comme méthode de fonctionnement de tous process en entreprise depuis quelques années ("Nous, on fonctionne en mode projet…"), a besoin de respecter un certain nombre de critères et d'étapes propres au projet : un objectif, une date de début, une date de fin, des moyens, des indicateurs de mesures de l'avancement. 

Dans un monde de flux, on fonctionne en réaction à des stimuli et une information en chasse une autre. A un niveau supérieur, quand le flux dévore le temps, on se retrouve avec des directions qui établissent leur stratégie et leurs objectifs en fonction du flux. Une idée chasse l'autre. Une nouvelle techno apparaît qui est le Graal d'aujourd'hui en attendant après-demain. Les objectifs du flux sont flous. 

L'infobésité ne concerne pas seulement notre quotidien de citoyen. Avec la montée en puissance du collaboratif, du transversal et du matriciel, tout le monde obtient le droit à la parole. Tout le monde est en copie. Tout le monde intervient sur ce qui lui passe devant le nez, ou dans la tête. Donner de la visibilité et du sens à l'avancée d'un projet (passage d'un jalon) devient éminemment compliqué. Cela demande des qualités de communication qui ne peuvent se limiter à la rédaction formel d'un compte-rendu ou procès-verbal. Personne ne s'occupe plus de savoir ou comprendre ce qui s'est passé auparavant. Le flux impose son ordre du jour.  


Plus que jamais, le management de projet doit savoir composer avec une pression d'informations très forte, doit maintenir une vision claire du cap. Une stratégie ne doit pas dépendre pas d'aléas d'informations qui ne sont pérennes que le temps d'être lues. Savoir séparer le bon grain de l'ivraie. L'information pertinente pouvant réellement impacter un objectif défini, du brouhaha permanent. Il faut également réduire les ambitions pour viser court mais juste, tout en gardant un cap lointain. Ainsi abordé, le management de projets peut être une voie de secours pour conserver ou retrouver du sens dans un monde devenu complètement flux ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire