mercredi 5 mars 2014

Entreprise 2.0 - Communautés de pratiques : organiser une revue de presse

L'entreprise a besoin de connaître son environnement, de savoir si on parle d'elle. Les articles, les citations sont autant de matériaux pour prouver que l'entreprise existe, qu'elle est une référence. 

Traditionnellement, dans un temps ancien pas si lointain, la revue de presse était une compilation photocopiée d'articles de presse intéressant les collaborateurs de l'entreprise, selon la direction. Pour des raisons budgétaires, mais également pour des raisons un peu plus mesquines de "savoir" (la détention d'informations étant à cette époque - pas si lointaine, une source de "pouvoir"), la diffusion de cette revue de presse était savamment orchestrée. Le périmètre de cette revue de presse pouvait varier, selon les moyens, de la simple collecte des articles citant l'entreprise jusqu'à des revues un peu plus étoffées intégrant des articles liés au contexte du marché : l'innovation, la législation, les concurrents…Etc. 

Internet n'a finalement pas tant remis que ça en cause ce fonctionnement "centralisé", surtout au niveau des directions et des dirigeants, habitués à ce qu'on leur mâche ce travail. La revue de presse a évolué pour devenir électronique. Mais il a surtout été question de transmettre en format PDF la photo des coupures de presse. Et l'entreprise est finalement restée dans un mode de fonctionnement identique à l'ère du papier : centralisation de la captation d'informations, verticalité de sa diffusion. 

Pendant ce temps-là, les collaborateurs ont intégré les flux RSS dans leurs habitudes et se sont organisés leur propre revue de presse via des agrégateurs de flux (Netvibes, Google Reader à l'époque, Feedly désormais…Etc.). Finalement, certains collaborateurs peuvent être autant, si ce n'est mieux, informés que des  dirigeants. 

Pendant ce temps-là, du reste, la direction a interrogé ses prestataires pour savoir comment on pouvait intégrer des sources autres que la presse classique : les médias Internet, les blogs… et maintenant les réseaux sociaux ! Finalement, l'économie de photocopies est battue en brèche avec l'augmentation des sources à intégrer. 

Avec le déploiement des réseaux sociaux d'entreprise, la question de la revue de presse reste entière. Le premier réflexe, issu des modes de fonctionnements traditionnels, consiste à ce que la direction de la communication relaie au niveau du réseau social, dans un espace approprié, l'équivalent de la revue de presse PDF… Et on est encore en train de passer potentiellement à côté du sujet. 

Il ne faut pas craindre d'ouvrir un espace revue de presse élargi à la contribution des collaborateurs. La direction de la communication fait évidemment partie de ce dispositif, en particulier car son relais d'informations est un signal fort pour les collaborateurs. Un sujet relayé par la direction de la communication est un sujet qui intéresse la direction, qui intéresse l'entreprise, selon son prisme de lecture. Les collaborateurs sont capables de le comprendre. 

Chaque collaborateur peut également apporter ses propres sources d'informations, ses propres centres d'intérêts selon sa propre grille de lecture de ce qui concerne l'entreprise. C'est un signal que la direction doit entendre. Ce sont autant d'informations et de signaux qui permettent à une direction de comprendre ce qui fait sens et intérêt pour les collaborateurs. 

Bien entendu, le cadre de participation doit être défini précisément. C'est le principe de la "règle du jeu" qui doit être la définition de base d'une communauté de pratiques. Les information partagées dans ce type d'espace ne doivent pas être trop "pointues", trop "métier" ou "expert". Si le besoin émerge en ce sens, c'est le signe qu'une communauté de spécialistes a besoin d'être structurée. Le cadre, la règle du jeu, n'est pas un sujet si compliqué à définir. Dans la mesure où une direction utilise des services externes pour assurer la pige et la compilation d'informations, elle définit un "brief" qui va permettre au prestataire de dimensionner sa prestation. Qu'est-ce qui relève de la revue de presse ? Dans une approche entreprise 2.0 - communauté de pratiques, il s'agit simplement de transmettre ces directives aux collaborateurs afin qu'ils sachent ce qui fait sens au niveau de cet espace. 

La maturité aidant, on peut être plus exigeant et inciter les collaborateurs à respecter des règles complémentaires. On peut ainsi envisager de les obliger à "tagguer" les contenus qu'ils référencent. On peut également les inciter à commenter les contenus qu'ils référencent afin d'indiquer aux autres collaborateurs l'intérêt de l'article, ce qui les a interpellé. On enrichit ainsi l'organisation d'une capitalisation enrichie de l'information accessible selon deux niveaux : synthétique par le résumé du collaborateur, détaillé par la source de l'information. 

Le principe collaboratif ne doit pas être pensé de manière centrale (à l'ancienne). Il faut systématiquement s'interroger sur le rôle que vont pouvoir jouer les collaborateurs participants. Il fatu systématiquement se demander ce qu'on attend d'eux, autrement que de lire ce qu'on leur impose. 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire