lundi 29 décembre 2014

Canal Play versus Netflix

La télévision change... Elle devient un objet connecté parmi d'autres et le propre des objets connectés est de fonctionner à la demande, par stimulation de données ou d'actions. C'est le cas de la télévision qui devient progressivement écran de diffusion des medias qui nous intéressent.

Cela a commencé avec les offres de Box, principalement en provenance des acteurs de télécoms mais ceux-ci ont toujours un problème de légitimité et d'ADN par rapport aux contenus.

Actuellement, Canal Play bat son plein pour capter des utilisateurs. Action (ou réaction ?) à l'arrivée de Netflix qui bataille face à la spécificité politico-culturelle française. Au-delà des offres de catalogues de chacun de ces acteurs, ce qui marque surtout la différence entre ces deux acteurs c'est l'ergonomie du service.

Côté Canal Play, on vous demande d'installer des composants (Silverlight, entre autres) pour finalement vous annoncer que Canal Play ne peut pas fonctionner avec le navigateur Chrome, ce qui au final pose un vrai problème par rapport au service Chromecast vous permettant de relayer ce qui est diffusé depuis votre ordinateur sur votre téléviseur.

Côté Netflix, on ne peut que s'incliner devant la simplicité d'inscription puis d'utilisation, avec la création rapide de profils permettant à chacun des membres de la famille de pouvoir personnaliser son environnement "culturel" media par rapport à ses choix ; avec l'intégration directe du service Chromecast ; enfin, avec un calcul à la source du débit supporté par votre ligne permettant d'éviter des phénomènes de "bufferisation" en cours de lecture.

L'expérience utilisateur... La dimension ergonomie et facilité d'utilisation (plug and play) fait encore une fois la différence par rapport à la culture ingénieur.

Vous pouvez également lire cet article du Huffington Post sur le sujet : Netflix en France: le meilleur est-il devant nous ? où l'on peut noter (fin d'article) que les opérateurs de Box peuvent finalement revenir sur le devant de la scène par rapport à ces évolutions. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire